× Fermer
Un quart des victimes de violences sexuelles traitées dans la clinique MSF à Bangui ont moins de 18 ans. © MSF/Olivia Watson

République centrafricaine

Les dimensions complexes du traitement des victimes de violences sexuelles en République centrafricaine

Toutes les actualités 
Dans certaines sociétés, les violences sexuelles sont extrêmement fréquentes. Les femmes, les hommes, les filles et les garçons sont agressés sexuellement dans différents contextes, aussi bien dans les situations de conflit que dans la vie quotidienne. C’est pourquoi, en République centrafricaine, Médecins sans frontières (MSF) a adopté une approche globale pour aider les victimes de viol et d’autres formes de violence sexuelle.

    En décembre 2017, MSF a ouvert une clinique pour le traitement des victimes de violences sexuelles et a soigné un peu moins de 800 personnes depuis lors. Parmi celles-ci, la majorité était des femmes et le quart était des enfants.

    Luciano Canchelara est un psychologue qui travaille à la clinique de violence sexuelle de MSF à Bangui depuis trois mois.

    Traiter les victimes de violences sexuelles est vraiment un problème complexe, les personnes affectées par leur épreuve le sont de trois manières principales : au niveau physique, psychologique et social. Si, comme l’affirme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la santé peut être comprise comme «un état de bien-être physique, mental et social parfait (complet), et pas seulement l’absence de maladie», nous devons alors nous attaquer à ce problème sous les trois angles, afin de ramener nos patients à un état aussi sain que possible.

    À Bangui, la capitale de la République centrafricaine, nous rencontrons des personnes qui viennent à notre clinique avec les conséquences physiques évidentes d'une agression, par exemple avec des blessures différentes ou des complications gynécologiques. Ces patients risquent également de contracter des maladies sexuellement transmissibles telles que le VIH et l’hépatite B, entre autres. Le traumatisme de l'expérience laisse également des traces au niveau psychologique.

    Dans le cas des garçons et des filles en particulier, il existe des symptômes psychologiques tels que des troubles du comportement, des sentiments de profonde tristesse et une peur paralysante. Tous ces signes indiquent que quelque chose ne va pas et, derrière ceux-ci, on trouve souvent un épisode de violence sexuelle. Les patients adultes présentent également fréquemment des signes de stress post-traumatique ou de graves altérations de l'humeur qui peuvent les empêcher de continuer leur vie quotidienne.

    Stigmatisation sociale

    Malheureusement, il y a aussi beaucoup de stigmatisation entourant la violence sexuelle. Certains enfants cessent d'aller à l'école, tandis que d'autres sont rejetés par leurs pairs et même - dans le cas des enfants et des adultes - rejetés par leurs propres familles. Il est également fréquent de trouver des personnes qui, en raison du conflit armé, ont dû déménager de chez elles dans d'autres villes et vivent dans de très mauvaises conditions. Beaucoup de ces personnes ont déjà subi des agressions sexuelles à un autre moment et ont perdu des membres de leur famille à cause de conflits armés et de maladies.

    Telle est la complexité du problème auquel nous sommes confrontés en République centrafricaine et c'est pourquoi mes collègues ont conçu un modèle de prise en charge des patients couvrant l'assistance médicale, psychologique et sociale. Cela signifie qu'il faut traiter toutes les blessures tout en prenant des mesures pour prévenir les maladies sexuellement transmissibles que la violence sexuelle peut entraîner. Dans le même temps, nous avons un service de santé mentale pour réduire l'impact et soulager les symptômes mentaux des survivants. Nous avons une salle spéciale pour servir les enfants et une autre chambre pour les adultes. Enfin, notre équipe de travailleurs sociaux est chargée de soutenir la réinsertion des survivants dans la communauté. Ils peuvent fournir aux patients des informations sur les implications juridiques de l'attaque, évaluer différents besoins et orienter le patient vers des services pouvant aider, tels que l'éducation, l'alimentation et le soutien juridique.

    Notre objectif est de reconnaître la souffrance dans toutes ses dimensions et de soutenir les patients avec un traitement humain. Nous essayons de répondre à toutes les dimensions de la souffrance humaine liée à la violence sexuelle. Les résultats que nous voyons avec cette approche holistique sont bien meilleurs que ce que nous pourrions voir si ces départements n’étaient pas liés.

    Nous croyons, qu'en agissant de la sorte, nous pouvons faire ce pour quoi nous sommes ici à Bangui : servir et soigner les survivants et les soutenir dans leur nouvelle vie.