× Fermer

Nigeria

Trois roues qui sauvent des vies

Toutes les actualités 
L'utilisation innovante de triporteurs pour le transport des patients permet à Médecins Sans Frontières (MSF) de surmonter les restrictions de mouvements dans le nord-est du Nigéria.

    Dans le monde entier, les triporteurs offrent un moyen de transport urbain économique. À Gwoza, dans le nord-est du Nigéria, ces petits tricycles, connus localement sous le nom de keke napeps, sont plus qu'un simple moyen de transport en commun : ils sont un moyen de sauver des vies. Chaque mois, environ 260 patients sont transportés à l'hôpital en keke napeps, utilisés comme ambulances de fortune.

    Environ 75 000 personnes vivent à Gwoza. Après des années de conflit entre l'armée nigériane et les groupes connus sous le nom de Boko Haram, la majeure partie de la population dépend entièrement de l'aide humanitaire pour survivre.

    Efficaces en situation d’urgence

    Les restrictions de mouvements et les couvre-feux la nuit font que les soins médicaux d'urgence ne sont pas toujours disponibles à Gwoza. Les femmes enceintes accouchent souvent à domicile, ce qui entraîne des complications et parfois la perte de vies humaines.

    «Le temps est essentiel en situations d'urgence. L'utilisation de véhicules lourds est difficile. Des autorisations militaires sont requises pour emmener des personnes à l'hôpital de nuit, ce qui conduit souvent à des accouchements à domicile, à des personnes ne pouvant pas accéder à nos hôpitaux et donc à des décès», explique Yaya Ramde, coordinateur de MSF à Gwoza. «Nous sommes contraints de trouver des solutions alternatives».

    Les kekes sont légers, économiques, faciles à manœuvrer et ne représentent pas une menace aux yeux de l'armée. Ils sont faciles à repérer dans les rues de Gwoza : blancs, ils arborent clairement et visiblement le logo de MSF et se démarquent de tout autre véhicule en ville.

    Des ambulances de fortune

    À travers les chemins de terre étroits des camps de déplacées de Gwoza, les kekes parviennent à accéder à des zones que les véhicules tout-terrain habituellement utilisés par MSF ne peuvent pas atteindre. MSF a converti une flotte de six keke napeps en ambulances de fortune et les a placés à des points stratégiques de la ville. Les conducteurs ont été formés aux premiers secours et sont équipés d'une radio et d'une trousse à pharmacie.

    Le temps est essentiel en situations d'urgence. Nous sommes contraints de trouver des solutions alternatives.

    L'utilisation de keke napeps est une tentative innovante pour sauver autant de vies que possible dans une situation de conflit difficile et tendue.

    «Nous jouissons d’un meilleur accès à nos patients. Nous avons toujours besoin de l'autorisation de l'armée pour nous déplacer de nuit aux heures de couvre-feux, mais les kekes ont fait une réelle différence», explique Yaya Ramde. Même si des problèmes d'accès aux soins persistent, l'utilisation des keke napeps a considérablement réduit le temps nécessaire pour transporter les patients de leur domicile à l'hôpital.

    Entre juin et décembre 2017, les équipes de Médecins Sans Frontières ont transporté plus de 1 800 patients à l'hôpital en keke napeps. À Gwoza, MSF offre des consultations d'urgence, des soins nutritionnels et d'hospitalisation, ainsi que des services de santé sexuelle et reproductive. Au Nigéria, MSF continue à fournir des soins médicaux dans 12 autres localités des États de Borno et Yobe.

    Photo principale: un "keke napep" transportant des patients à l'entrée du centre de santé MSF de Gwoza, au Nigéria. © Nitin George/MSF