× Fermer
Des pédiatres MSF s'occupent de bébés nouveau-nés dans le service néonatal de la maternité MSF de Khost.

Afghanistan

Un « hôpital de femmes, pour les femmes » : Préserver l'accès aux soins maternels à Khost

Des pédiatres MSF s'occupent de bébés nouveau-nés dans le service néonatal de la maternité MSF de Khost. © Oriane Zerah
Toutes les actualités 
Afghanistan, sur fond de bouleversements politiques et de leurs conséquences sur les soins de santé et l'économie. À la maternité de Médecins Sans Frontières (MSF) de Khost, les femmes restent au premier plan, fournissant des soins indispensables aux nouvelles mères et à leurs bébés.

    MSF a ouvert cette maternité spécialisée en 2012, afin de fournir des soins maternels et néonatals sûrs et gratuits aux femmes et à leurs bébés dans l'est du pays. Dans les zones rurales et à l'écart des grandes villes, la majorité des femmes n'ont pas un accès adéquat aux soins obstétriques essentiels, et cette situation est encore exacerbée par la pénurie de sages-femmes et de médecins.

    MSF, grâce à son financement privé, n'est pas soumis aux caprices politiques des gouvernements. Alors que nous continuons à fournir des soins à Khost et ailleurs en Afghanistan, nous sommes témoins de coupes sombres dans le financement du système de santé afghan, ainsi que de mesures économiques prises à l'encontre du nouveau gouvernement qui ont contribué à une crise financière. La suspension du financement du système de santé en août 2021 signifie que même lorsque des sages-femmes et des médecins féminins étaient disponibles, ils étaient privés des fournitures et des salaires dont ils avaient besoin pour faire leur travail. Bien que certains financements aient été relancés, dans l'ensemble du pays, le système de santé afghan reçoit moins qu'avant, de sorte qu'il n'y aura pas d'amélioration d'un système qui, pendant des années, n'a pas répondu aux besoins de la population.

    Dans notre maternité de Khost, presque toute l'équipe médicale est féminine, et elle a été décrite comme un « hôpital de femmes, pour les femmes ». MSF est l'un des plus grands employeurs de femmes dans la province, et sur les 450 employés actuels, plus de la moitié sont des femmes, avec des emplois allant des médecins et sages-femmes aux nettoyeurs et nounous. Avoir une équipe de femmes est important dans cette région d'Afghanistan pour assurer la séparation des sexes, mais aussi pour que les patients se sentent à l'aise. C'est un endroit où les familles savent que leurs épouses, mères et filles seront bien prises en charge.

    La maternité de Khost comprend un service d'hospitalisation de 60 lits, une unité d'accouchement de 8 lits, une unité pour nouveau-nés de 28 lits comprenant une unité de soins intensifs néonatals de 10 lits, deux salles d'opération et une zone dédiée aux soins maternels kangourou (dans laquelle les mères sont encouragées à établir un contact peau à peau avec leur bébé). Nous proposons également des vaccinations pour les nouveau-nés, des services de planning familial et entreprenons des activités de promotion de la santé.

    Depuis sa création, la maternité s'est concentrée sur la fourniture de soins de santé aux « cas compliqués », c'est-à-dire aux femmes enceintes qui souffrent d'une forme de complication à la naissance. Cependant, en août 2021, MSF a décidé d'élargir ses critères d'admission en raison des perturbations et de l'incertitude généralisées dans le pays suite au changement de gouvernement. Les marchés et les systèmes de transport étaient fermés, les gens restaient chez eux et beaucoup ne savaient pas si les établissements de santé étaient encore ouverts.

    Bien que la plupart de ces problèmes soient maintenant résolus, un manque de financement a laissé les femmes enceintes se battre à nouveau pour accoucher en toute sécurité.

    Très rapidement, nous avons vu que la capacité du système de santé se détériorait" ».  Lou Cormack, coordinatrice du projet MSF Khost

    « Les établissements publics avaient de moins en moins de médicaments, car la chaîne d'approvisionnement était rompue. Le personnel n'était pas payé. Nous avons même entendu dire qu'un hôpital local effectuait des opérations à la lumière des torches. Le système de santé publique, qui était déjà en difficulté avant la suspension du financement, ne fonctionnait presque plus.»

    Notre équipe a assisté près de 1 650 accouchements en septembre, et plus de 2 000 accouchements en novembre.

    « Nous avons eu tellement de patients ces derniers temps, nous avons eu 73 accouchements en une seule équipe, et le nombre de patients a augmenté au cours des derniers mois », explique Aqila, l'une des sages-femmes de MSF recrutées localement. « Nous savons que cela se produit parce que les établissements de santé publics sont fermés et que les médecins privés sont très coûteux.

    Lorsque les femmes ne peuvent pas se permettre de venir se faire soigner et accouchent à la maison, elles risquent des complications hémorragiques à la naissance ou de graves troubles de l'hypertension artérielle liés à la grossesse par exemple, sans personne sur place pour les diagnostiquer. » Aqila, l'une des sages-femmes de MSF recrutées localement

    Les travailleurs de la santé ont fait de leur mieux pour continuer à fournir des soins aux femmes enceintes, malgré le fait que leurs établissements soient privés des fonds dont ils ont tant besoin.

    « Dans le système public, nous avons entendu parler de personnes qui mettent en commun leur argent pour acheter des articles médicaux afin que leurs établissements restent ouverts », explique Cormack. « Si une femme a besoin d'une césarienne, ils se cotisent tous pour acheter suffisamment de carburant pour que le générateur puisse fonctionner pendant l'intervention. Et ce, malgré le fait que les travailleurs de la santé et les autres fonctionnaires n'ont pas été payés depuis des mois", dit-elle.

    « Nous avons apporté notre soutien aux unités d'accouchement de huit établissements de soins primaires locaux dans les districts ruraux de Khost. Récemment, nous avons effectué une maintenance supplémentaire pour nous assurer qu'elles continuent à fonctionner, en ajoutant un peu de carburant pour qu'elles puissent fonctionner la nuit, et nous avons également fourni des kits pour les accouchements normaux qui comprennent quelques médicaments, des articles d'hygiène et un bonnet pour garder le bébé au chaud.»

    L'organisation qui gère de nombreux centres de santé locaux dans les districts de Khost a maintenant reçu un financement jusqu'en janvier. Une fois que ces centres seront à nouveau pleinement opérationnels et utilisés par la communauté, notre maternité reviendra à ses critères d'admission initiaux, en se concentrant sur les femmes enceintes qui connaissent des complications à la naissance. Cependant, ce qui va se passer après janvier reste incertain.

    En cette période d'incertitude pour l'Afghanistan, et alors que les gens sont confrontés à d'énormes difficultés pour accéder aux soins de santé, Aqila dit qu'elle trouve un grand réconfort en aidant les femmes de sa communauté. "J'aime aider les femmes qui accouchent à Khost. La maternité de MSF est un endroit sûr et formidable pour elles, j'ai accouché mon propre bébé ici", dit-elle.  

    J'aime en faire partie, aider à mettre au monde des bébés et aider les mères. Je suis vraiment touchée pour les mères, car elles souffrent tellement. »

    Faites un don