× Fermer
MSF Tchad rougeole épidémie

Tchad

L’épidémie de rougeole n’est pas encore maîtrisée »

Les équipes médicales de MSF à Kieke, dans le parc national de Zakouma, pendant les journées de vaccination de masse contre la rougeole. Tchad. Avril 2019. © Juan Haro
Toutes les actualités 
L’équipe d’urgence de MSF a vacciné 107 000 enfants contre la rougeole suite à l’intensification de l’épidémie qui dure depuis un an.

    Une partie du Tchad, dont la capitale N’Djamena et la ville d’Am Timan, est au cœur d’une épidémie de rougeole qui dure depuis un an déjà et qui gagne en intensité. Pour aider à la maîtriser, une équipe d’urgence de MSF a conduit une campagne de vaccination massive à Am Timan, visant à protéger 107 000 enfants contre la maladie potentiellement mortelle.

    Le Tchad suit un schéma d’épidémies de rougeole qui commencent généralement au printemps et s’éteignent quand les pluies commencent en juin. Cependant, l’épidémie de rougeole de 2018 est toujours en cours. Cette épidémie n’est toujours pas maîtrisée. 
    Theresa Berthold, coordinatrice d’urgence MSF

    Officiellement déclarée au Tchad en mai 2018, l’épidémie de rougeole en cours a affecté 69 des 126 districts du pays. En janvier, l’épidémie a gagné en intensité, avec 9 000 cas de rougeole et 68 décès reportés durant les trois premiers mois de 2019. C’est une augmentation énorme par rapport à l’année précédente, avec 5 336 cas de rougeole et 96 décès reportés par le ministère de la Santé entre mai et décembre 2018.

    L’équipe d’urgence de MSF au Tchad est arrivée dans la ville d’Am Timan en janvier, quand le nouveau pic a été déclaré. Pendant quatre semaines, 150 membres du personnel MSF ont vacciné 107 000 enfants à Am Timan ville et dans 13 zones de responsabilité du district d’Am Timan. L’équipe d’urgence a aidé également à soigner les patients atteints de la rougeole à l’hôpital d’Am Timan ainsi que dans trois centres de santé, dispensant des soins gratuits. L’équipes de MSF a traité 1 677 enfants atteints de formes sévères de rougeole au cours des trois premiers mois de 2019. 

    Dans les jours qui ont précédé la campagne de vaccination de masse, l’équipe de MSF à Am Timan a rendu visite aux communautés locales – y compris la population nomade – afin de partager des informations sur la façon de protéger les enfants de la rougeole. « Nous avons vu un certain nombre de pères nomades faire plusieurs kilomètres pour faire vacciner leurs enfants après avoir entendu parler de la campagne de notre équipe », déclare Berthold. « L’un d’entre eux nous a amenés par la suite dans sa communauté pour que nous puissions vacciner les autres enfants qui se trouvaient là. »

    Dans la capitale N’Djamena, MSF a transformé son ancien centre nutritionnel thérapeutique monté en juillet 2018 en une unité dédiée à la prise en charge hospitalière des enfants atteints par la rougeole. Le soutien aux structures de santé de la ville s’est progressivement étendu, avec 21 centres de santé actuellement soutenus par MSF dans lesquels environ 1 500 patients atteints de rougeole ont été soignés. En travaillant avec 270 relais communautaires, MSF contribue également à renforcer les capacités de dépistage actif dans la ville, afin de détecter les cas de rougeole et d’orienter les malades vers les soins appropriés. 

    La campagne de vaccination de masse de MSF à Am Timam n’est pas la seule à avoir eu lieu au Tchad durant l’année dernière, mais la réponse nationale actuelle semble ne pas être suffisante pour contrôler l’épidémie.

    Pour atteindre l’immunité collective, 95% des enfants doivent être vaccinés. Le Tchad est loin d’atteindre cela, avec juste un enfant sur trois de moins de cinq ans (37%) vacciné contre la rougeole, et juste un sur quatre totalement immunisé contre les maladies infantiles courantes, selon les dernières données partagées par les autorités sanitaires tchadiennes. 

    « Un effort concerté du ministère de la Santé et des organisations internationales est nécessaire pour mettre fin à l’épidémie », déclare Martin Braaksma, chef de mission MSF au Tchad.

    Sans campagne de vaccination de masse nationale pour tous les enfants de moins de cinq ans au Tchad, la santé de centaines de milliers d’enfants souffrant de malnutrition est mise en péril.
    Martin Braaksma, chef de mission MSF au Tchad

    « Le nombre d’enfants malnutris devrait augmenter pendant la période de soudure, qui commence en juin ou juillet. Un système national de traitement gratuit de la rougeole devrait également être mis en place », toujours selon Martin. 

    La combinaison entre la malnutrition et la rougeole est particulièrement dangereuse, étant donné que la rougeole peut aggraver la malnutrition, alors que la faible immunité causée par la malnutrition peut aggraver la rougeole et augmenter le risque de décès.

    « C’est seulement en atteignant le point où tous les enfants au Tchad sont totalement immunisés que les futures épidémies de rougeole peuvent être prévenues et que les personnes pourront échapper au cercle vicieux des épidémies annuelles qui mettent les vies de milliers d’enfants en danger », déclare Martin Braaksma. 

    MSF au Tchad

    MSF travaille au Tchad depuis 37 ans. Son unité de réponse d’urgence au Tchad délivre une réponse médicale rapide face aux urgences épidémiques, prodiguant un traitement de qualité gratuit et conduisant des campagnes de vaccination d’urgence. MSF mène également des activités médicales à Moissala dans la région de Mandou.