× Fermer
MSF Demokratische Republik Kongo Masernepidemie

RD Congo

Épidémie nationale de rougeole : MSF appelle à une mobilisation massive

Des mères et leurs enfants qui attendent d'être vaccinés au centre de santé de Lunyeka le premier jour de la campagne de MSF contre la rougeole. République démocratique du Congo. Mai 2019. © Pablo Garrigos/MSF
Toutes les actualités 
Suite à la déclaration nationale d’épidémie de rougeole communiquée par le ministère de la Santé ce lundi 10 juin, MSF appelle l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux à une mobilisation massive pour vacciner plus d’enfants et soigner les patients affectés par la maladie.

    L’épidémie de rougeole qui frappe la République démocratique du Congo (RDC) risque d’être la plus meurtrière depuis sa forte résurgence dans le pays en 2011-2012. Au cours des cinq premiers mois de 2019, plus de 1 500 décès liés à la rougeole ont été officiellement comptabilisés, soit près des ¾ du nombre total de décès enregistrés sur toute l’année 2012 lors de l’épidémie la plus mortelle de cette dernière décennie. 

    « Les équipes de MSF, en collaboration avec les équipes du ministère de la Santé, mettent tout en œuvre pour couper la chaîne de transmission de la maladie en offrant une vaccination de riposte à des populations dès que des cas de rougeole sont rapportés et en soignant les patients affectés. Mais au vu de l’ampleur de l’épidémie, outre les efforts déjà menés ces derniers mois, davantage de moyens et d’acteurs sont requis. Assurer l’approvisionnement en vaccins et médicaments s’impose au plus vite », explique Rachel Séguin, Coordinatrice médicale de MSF en RDC.

    Depuis le début de l’année, MSF combat l’épidémie de rougeole aux côtés des équipes locales du ministère de la Santé dans dix provinces du pays : Haut-Lomami, Lualaba, Tanganyika, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Tshopo, Kasaï, Kasaï Central, Haut-Uélé, et Ituri. Mais face à l’ampleur de l’épidémie, MSF renforce ses moyens de lutte et déploie des équipes dans de nouvelles zones de santé afin d’y lutter contre la propagation de l’épidémie.

    « La rougeole a causé beaucoup de dégâts dans mon village. Il y avait des morts dans quasiment chaque maison. Certaines familles ont perdu deux, trois voire quatre enfants », témoigne Albertine, habitante de la zone de santé de Kamwesha (Kasaï) où MSF est intervenue au mois de mai dernier. 

    La rougeole touche principalement les enfants. En RDC, plusieurs facteurs expliquent sa récurrence parmi lesquels :

    • la faible couverture vaccinale,
    • l’approvisionnement irrégulier – voire les ruptures de stocks en vaccins,
    • un système de surveillance affaibli,
    • des moyens logistiques limités mettant à mal la chaine de froid,
    • des conflits armés et des déplacements qui paralysent le système sanitaire de certaines zones,
    • ou encore un problème d’accès financier ou géographique aux structures de soins. 

    Les facteurs entrainant la résurgence de la rougeole sont nombreux, mais vu la récurrence de la maladie, il est vital qu’un système d’approvisionnement stable des vaccins soit assuré dans le pays.
    Dr Ousmane Moussa, Chef de Mission de MSF en RDC

    « Plusieurs programmes sont prévus pour augmenter la couverture vaccinale plus tard dans l’année, mais dans l’immédiat, il est urgent de contenir l’impact de l’épidémie pour sauver un maximum de vies en assurant la vaccination des enfants et la prise en charge gratuite des patients affectés, avec des stratégies ciblées et flexibles selon l’évolution de l’épidémie dans chaque zone de santé », conclut le Dr Ousmane Moussa.

    La rougeole est une maladie virale extrêmement contagieuse pour laquelle aucun traitement n'existe. Le seul moyen de lutter contre cette maladie est la vaccination.

    En 2019, les équipes MSF ont vacciné 361 079 enfants et assuré la prise en charge médicale de 14 785 patients.

    MSF en République démocratique du Congo

    MSF est présente en République démocratique du Congo depuis 1977. L’organisation s’est dotée de plusieurs équipes de réponse aux urgences à travers le pays qui ont pour vocation de répondre aux urgences sanitaires et humanitaires (épidémies, pandémies, déplacements de populations, catastrophes naturelles, etc.). Ces équipes assurent la surveillance épidémiologique et répondent aux urgences dans un court délai par des actions médicales ponctuelles visant à limiter la morbidité et la mortalité.