× Fermer
Un membre du personnel médical s'occupe d'un patient dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Al Gamhouria à Aden, mars 2021. © Athmar Mohammed/MSF

Yémen

Renforcer de toute urgence la riposte au Covid-19 face à la deuxième vague

Un membre du personnel médical s'occupe d'un patient dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Al Gamhouria à Aden, mars 2021. © Athmar Mohammed/MSF
Toutes les actualités 
Au Yémen, Médecins Sans Frontières enregistre un afflux considérable de patients présentant des formes sévères de la Covid-19 et nécessitant une hospitalisation, notamment à Aden.

    « Nous demandons instamment à toutes les organisations humanitaires médicales présentes au Yémen et aux bailleurs de fonds internationaux d'intensifier rapidement leur réponse d'urgence à la Covid-19, explique Raphael Veicht, chef de mission de MSF au Yémen. Tous les volets de l'intervention Covid-19 sont déficients et requièrent un soutien international plus important, de la diffusion des messages de santé publique à la vaccination en passant par l'oxygénothérapie : un soutien est nécessaire à tous les niveaux. »

    Six ans de guerre ont eu un impact dramatique sur le système de santé du Yémen ; la capacité de prise en charge dans les unités de soins intensifs y est limitée.

    MSF apporte son soutien au centre de prise en charge Covid-19 de l'hôpital Al Gamhouria, mis en place en 2020, lors de la première vague de l'épidémie. Sa gestion a ensuite été transférée au ministère de la Santé Publique et de la Population lorsque la situation sanitaire s'est améliorée. 

    À la suite de la forte augmentation des cas de Covid-19, MSF a conclu un nouvel accord avec le Ministère de la santé et la direction de l'hôpital pour relancer une intervention d'urgence le 15 mars dernier. Actuellement, l'équipe du centre est composée de plus de 100 médecins, infirmières et autres membres du personnel. L'association a déployé à Aden une équipe d'urgence, composée d'un coordinateur médical, deux médecins, deux infirmiers en soins intensifs et deux logisticiens.  

    Ces équipes médicales peuvent gérer jusqu’à 11 lits dans l’unité de soins intensifs – tous occupés actuellement – et jusqu'à 46 patients dans le service des hospitalisations.

    « Malheureusement, beaucoup de patients se trouvent déjà dans un état de santé critique à leur arrivée à l'hôpital, détaille Line Lootens, coordinatrice médicale de MSF au Yémen. La plupart des patients ont besoin de très hauts taux d'oxygène et de traitements médicaux. Certains d’entre eux ont également besoin d'une assistance respiratoire au service des soins intensifs, ce qui est techniquement difficile et nécessite une importante prise en charge médicale. »

    « Malgré le soutien de la part des autorités sanitaires, la forte augmentation des cas de Covid-19 au cours des dernières semaines est extrêmement alarmante, conclut Raphael Veicht. Certains pays ont réussi à vacciner la moitié de leur population, mais le Yémen se retrouve au bout de la file d'attente pour l’obtention des vaccins, ce qui souligne une fois encore l'inégalité d'accès dans le monde, personne n'ayant été vacciné dans le pays à ce jour. »