× Fermer
Severe flooding, South Sudan, MSF, Assessment

République du Soudan du Sud

Inondations sévères : MSF évalue les besoins urgents dans les zones touchées

D'après une évaluation aérienne de Bor à Pibor, on peut voir des zones complètement submergées par les inondations. Octobre 2019. Soudan du Sud. © MSF
Toutes les actualités 
MSF a lancé des évaluations d'urgence dans l'est et le nord-est du Soudan du Sud, où de graves inondations ont laissé des milliers de personnes bloquées dans des zones inaccessibles, menaçant d'aggraver une crise humanitaire déjà catastrophique.

    MSF demande à tous les acteurs de mobiliser des ressource urgemment afin d'atténuer les effets des inondations sévères dans les zones touchées, et de veiller à ce que Pibor soit dûment pris en compte.

    À Pibor, dans l’est du pays, MSF a été contrainte de réduire ses activités vitales et de libérer les patients lorsque l’hôpital et le complexe ont été complètement inondés, empêchant les patients et la communauté d’avoir accès aux soins de santé.

    Afin de continuer à prodiguer des services médicaux, l’équipe de MSF a construit une installation sous tente sur un terrain plus élevé, mais celle-ci risque être inondée d’ici quelques jours.

    « Dès que possible, les neuf patients qui restent sous nos soins seront déplacés vers un endroit plus sûr. Avec une équipe renforcée comprenant un coordinateur de terrain, un responsable des activités médicales et un responsable de l'eau et de l'assainissement, MSF collabore de manière urgente avec ses collègues du personnel national à Pibor pour déménager à nouveau et installer un autre centre de tentes temporaire dans un lieu plus élevé », déclare Roderick Embuido, coordinateur médical de MSF au Soudan du Sud.

    Les organisations internationales et nationales doivent se mobiliser immédiatement pour assurer la fourniture de nourriture, d'eau, d'abris et de soins de santé, et veiller à ce qu'une attention adéquate soit accordée à Pibor, où toute la population est maintenant coupée des soins et de l'assistance.
    Kim Gielens, chef de mission de MSF au Soudan du Sud

    À Maban, dans le nord-est du pays, le HCR estime que plus de 200 000 personnes ont été touchées par les inondations.

    Dans le centre de santé de MSF, un enfant gravement malade recevant de l’oxygène est décédé lorsque des générateurs inondés ont provoqué une panne de courant. Le complexe de MSF a également été inondé et les routes sont devenues impraticables, empêchant temporairement l'équipe d'atteindre le centre de santé.

    « Nous sommes extrêmement préoccupés par la population des zones périphériques autour de Pibor et de Maban. Notre priorité est de mener d’urgence des évaluations aériennes et terrestres afin de comprendre l’impact plus large et d’adapter nos activités existantes dans la ville de Pibor face à une situation en constante évolution.»

    « Nous savons que la montée et la contamination des sources d’eau entraînent l’apparition de maladies mortelles d’origine hydrique telles que le choléra et l’hépatite A. Nous pouvons également nous attendre à une augmentation rapide du nombre de cas de diarrhée aqueuse aiguë, de paludisme et d'infections des voies respiratoires - trois des plus grandes causes de mortalité au Soudan du Sud. Les organisations internationales et nationales doivent se mobiliser immédiatement pour assurer la fourniture de nourriture, d'eau, d'abris et de soins de santé, et veiller à ce qu'une attention adéquate soit accordée à Pibor, où toute la population est maintenant coupée des soins et de l'assistance », déclare Kim Gielens, chef de mission de MSF au Soudan du Sud.

    MSF craint que les inondations augmentent les risques de malnutrition en raison de la destruction des stocks de denrées alimentaires et des cultures. À Maban, les patients nous disent que le peu de nourriture disponible sur les marchés est devenue trois fois plus cher et n’est plus abordable.

    Dans un pays où le paludisme est la principale cause de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans et où MSF traite près de 300 000 patients par an, toute augmentation de cette maladie à transmission vectorielle, mettant en danger la vie du patient, aura de graves conséquences pour les personnes privées d'accès aux soins.

    Nous pouvons également nous attendre à une augmentation rapide du nombre de cas de diarrhée aqueuse aiguë, de paludisme et d'infections des voies respiratoires - trois des plus grandes causes de mortalité au Soudan du Sud.
    Kim Gielens, chef de mission de MSF au Soudan du Sud

    De plus, MSF s'inquiète du risque d'augmentation du nombre de victimes de morsures de serpents, car les serpents se dirigeront vers des terres plus sèches où se rassembleront les personnes déplacées par les inondations. Nous constatons souvent les conséquences fatales de l'enveniment par morsures de serpents dans notre hôpital de Pibor, auquel les gens n'ont désormais plus accès.

    Sept millions de personnes, soit environ les deux tiers de la population, ont déjà un besoin urgent d'aide humanitaire au Soudan du Sud et les conséquences des graves inondations ne feront qu'aggraver leur situation, sapant la résilience, les mécanismes de survie et l'accès aux services qui sauvent des vies.
     

    MSF au Soudan du Sud

    MSF travaille au Soudan du Sud depuis 1983, apportant des soins médicaux dans de nombreuses régions du pays où l'accès aux soins de santé et autres services humanitaires reste limité.

    S'appuyant sur ses valeurs d'indépendance, de neutralité et d'impartialité, MSF est en mesure de réagir rapidement aux urgences médicales en fournissant une assistance médicale en fonction des besoins et sans distinction d’origine, de religion, de sexe ou d'appartenance politique.

    MSF gère actuellement 15 projets au Soudan du Sud.