× Fermer

Liban

« Émotionnellement, c’est difficile »

Les habitants couvrent leurs fenêtres avec des bâches en plastique. Des milliers d'appartements et de magasins ont été endommagés par les déflagrations qui ont brisé les vitres et les portes en bois. © Mohamad Cheblak/MSF
Témoignages 
Anita Williams - conseillère en résistance aux antibiotiques pour LuxOR
Une double explosion s'est produite mardi 4 août vers 18h (heure locale) sur le port de Beyrouth, au Liban. L'onde de choc libérée par ces explosions massives a causé d’importants dommages humains et matériels. Anita Williams, membre de LuxOR, et dont le poste de conseillère en résistance aux antibiotiques pour l’unité de recherche est basé à Beyrouth, témoigne.

    « Je n’ai pas été directement affectée par les explosions. Mon appartement n'a aucun dommage. Si le bureau MSF a subi quelques dégâts, ils restent mineurs.

    Émotionnellement, c’est difficile. Des amis ont été blessés, leurs appartements endommagés. Et en plus, je ne peux même pas les aider pour nettoyer. En raison des mesures de précaution liées à la pandémie de Covid-19, je suis en quarantaine. J'étais de retour à Beyrouth lundi, soit 24h avant l'explosion.

    La désolation sur place est immense. Beaucoup de personnes ont perdu leurs moyens de subsistance. Elles avaient déjà du mal à joindre les deux bouts à cause de l'effondrement de l’économie et du covid, et maintenant à cela s’ajoute ces explosions destructrices.

    Je connais un couple qui avait investi toutes ses économies pour ouvrir une boulangerie. Les fours ont été détruits. Comment peut-il maintenant gagner de l’argent pour reconstruire ce qui a été détruit ? »

    Mais je veux agir avec MSF pour surmonter ce drame. Des actions sont déjà en place et nous continuons d'identifier les besoins.

    La priorité dans les jours à venir sera le suivi des populations sinistrées qui ont perdu leur foyer. Nous envisageons également de transférer des patients ayant besoin de soins post-opératoires vers l’hôpital MSF de Bar Elias, afin de réduire la charge des hôpitaux de Beyrouth.


    Je fais un don