× Fermer

Palestine

Bande de Gaza : blessures dévastatrices et séquelles à vie

Toutes les actualités 
Sur les 1 286 patients que nous avons reçus au sein de nos cliniques, un tiers d'entre eux ont été blessés par balles lors de la Marche du Retour. Découvrez le témoignage de personnes travaillant pour MSF et le portrait de certains patients après 7 semaines de répression.

    Témoignages de personnes travaillant pour MSF

    Hamed, gardien à la clinique de Gaza

    «Nous avons reçu plus de 500 patients blessés par balle à la clinique de Gaza-city depuis le 30 mars. Cet afflux massif entraine beaucoup de pression, mais nous faisons de notre mieux pour aider les patients et nous savons qu’ils souffrent beaucoup. Je suis un gardien, mais j’ai commencé à porter des brancards, à aider les patients à descendre des ambulances et je vais même parfois acheter de l’eau à ceux qui ne peuvent pas se déplacer. Je suis ici pour aider, c’est humain, et nous sommes des travailleurs humanitaires.»

    Lynn, chirurgienne orthopédique

    «La plupart des patients que nous opérons ont, soit les os brisés, soit des blessures très sévères aux tissus mous accompagnées de lésions nerveuses ou vasculaires. Ils ont parfois tout cela en même temps. Leur convalescence sera extrêmement longue, sans parler des nombreuses chirurgies qu’ils devront subir et de la période de rééducation nécessaire avant de pouvoir marcher de nouveau. Leur vie ne sera plus jamais la même.»

    Samar, pharmacienne

    «En tant que pharmacienne, j’agis en soutien à la réponse d’urgence qui vise à apporter une assistance aux personnes affectées par les récents évènements violents à Gaza. Nous avons rapidement été en mesure de nous mobiliser et avons notamment effectué des donations de médicaments, d’instruments chirurgicaux, de fournitures médicales et d’équipements logistiques auprès du ministère de la Santé qui, en dépit de ces efforts pour gérer la crise, subit de sévères pénuries.»

    Zaher, infirmier

    «En seulement deux mois, nous avons reçu plus de 1200 patients blessés par balle dans nos cliniques. MSF a fait de gros efforts pour gérer la réponse à l’urgence : des équipes chirurgicales ont été déployées, des donations ont été faites et ici, dans les cliniques, nous ne relâchons pas nos efforts pour apporter la meilleure qualité de soins possible aux patients. Les patients sont si nombreux et leurs blessures sont si graves que MSF a du recruter 30 infirmiers supplémentaires pour pouvoir gérer l’afflux.»

    Abu Jasser, facilitateur d’équipe chirurgicale

    «Le ministère de la Santé a demandé le soutien de MSF pour faire face à l’augmentation soudaine du nombre de blessés par balle, et nous avons donc mobilisé des chirurgiens, des infirmiers et des anesthésistes. Nous réalisons en ce moment les secondes opérations et tachons d’éviter les infections, nous procédons à des greffes de peau et de la chirurgie reconstructive. Nous référons ensuite les patients vers les cliniques MSF pour le suivi. Nous travaillons en coopération avec les équipes locales, nous partageons notre expérience et nous faisons au mieux pour supporter le système de santé gazaoui dans cette terrible situation.»

    Regidor, infirmier du bloc opératoire

    «Il y a une phrase dans notre manuel de traitement des plaies que je trouve très juste et qui dit : «Vous devez traiter le patient, et pas juste le trou dans le patient.» Ce que j’ai vu au cours de mes premières semaines de travail au Nord de Gaza, c’est que la majorité des personnes blessées par balle sont des adolescents masculins, qui présentent un haut risque de rester handicapés pour le reste de leur vie si nous ne leur apportons pas les soins satisfaisants.»

    Portraits de patients