× Fermer
Staff members at the entrance to our new 32-bed COVID-19 treatment centre in Herat, where we focus on the treatment of patients with severe COVID-19 in need of oxygen therapy. Afghanistan, June, 2020

Afghanistan

« Soigner les patients, c'est notre responsabilité. Il y a beaucoup de travail sur nos épaules »

Des membres du personnel à l'entrée de notre nouveau centre de traitement du COVID-19 de 32 lits à Herat, où nous nous concentrons sur le traitement des patients atteints de COVID-19 sévère et nécessitant une oxygénothérapie. Afghanistan, juin 2020. © LAURA MC ANDREW/ MSF
Témoignages 
Après des mois de combats à la périphérie de Herat en Afghanistan, l'Émirat islamique d'Afghanistan, également connu sous le nom de Taliban, a pris le contrôle de la ville le 12 août. Médecins Sans Frontières (MSF) gère un centre d'alimentation thérapeutique pour patients hospitalisés (IFTC), une clinique pour personnes déplacées et un centre de traitement COVID-19 à Herat. Un médecin afghan de MSF travaillant dans la ville décrit comment nous avons maintenu les services après la fin des combats et les nouveaux défis auxquels ils sont confrontés aujourd'hui, ainsi que les autres services de santé de la région.

    Lorsque les combats se sont approchés de Herat, il y avait beaucoup de peur, les gens étaient inquiets. Je l'étais aussi, ne sachant pas ce qui allait se passer. Lorsque les véritables combats ont commencé à l'intérieur de la ville, beaucoup de gens ont eu peur et sont restés chez eux, mais la situation a changé radicalement en trois heures environ et l'Émirat islamique d'Afghanistan a pris le contrôle total de la ville.

    Pendant les combats, de nombreux blessés ont été amenés à l'hôpital régional de Herat.

    Lorsque les gens entendaient parler de victimes ou de bombes, ils enfourchaient leur vélo et se rendaient à l'hôpital pour dire qu'ils voulaient donner du sang.

    Les dons ont été si nombreux que l'hôpital a annoncé qu'il avait suffisamment de réserves et qu'il appellerait les gens s'il en fallait davantage. Je trouve inspirant que pendant les combats, des gens couraient vers l'hôpital pour aider. C'est un très bon esprit.

    Le matin après la prise de contrôle par les talibans, je me suis rendu à notre ITFC pour aider à soutenir le personnel. Quand je suis arrivé à l'hôpital, il n'y avait pas encore grand monde ; les gens ne savaient pas quelle était la situation dans la ville ou si nous étions encore ouverts. Nous avons tout d'abord donné des médicaments à tous nos patients, puis nous avons contacté notre personnel pour leur faire savoir que la ville était ouverte et qu'ils pouvaient venir travailler en toute sécurité. Au bout de quelques heures, notre équipe était au complet et nous avons continué à traiter les patients.

    Certains de mes collègues m'ont raconté que lorsqu'ils quittaient la maison pour venir travailler le matin, certains de leurs voisins s'inquiétaient pour eux et leur demandaient « qu'est-ce que tu fais ? Tu dois rester à la maison ».

    Ils ont expliqué que notre travail consiste à aider les gens, et que c'est le moment où ils ont besoin d'aide parce que les autres établissements de santé sont fermés. De nombreux membres du personnel sont arrivés avec cette attitude et cela faisait plaisir à voir. 

    Avant les combats, nous avions 95 enfants malnutris admis dans le centre. Nous n'avons que 42 lits, et bien que nous ayons ajouté 18 lits supplémentaires en installant des tentes pour servir de salles temporaires, nous étions toujours bien au-delà de notre capacité. Pendant les combats, le nombre de patients est tombé à environ 60, mais les chiffres augmentent à nouveau, nous avons environ 80 patients admis, et le nombre augmente de jour en jour.

    Nous gérons également une clinique près des camps où de nombreuses personnes déplacées se sont installées, y compris d'autres provinces comme Badghis et Farah. Le premier dimanche après la prise du pouvoir, de nombreux patients sont venus dans notre clinique car beaucoup d'autres organisations ont suspendu leurs activités, soit pour des raisons de sécurité, soit parce qu'elles ne sont pas en mesure de payer les salaires. MSF a trouvé un moyen de payer tout son personnel et cela a rendu les gens plus calmes et plus pleins d'espoir.

    Nous avons commencé à travailler avec deux médecins, puis trois et maintenant quatre. Nous avons mis en place un système de triage, afin de voir en premier lieu les personnes qui avaient besoin d'une attention médicale plus urgente. Il y avait beaucoup de gens qui venaient à la clinique, un jour un de nos médecins a examiné plus de 150 patients.

    C'est une période d'incertitude, les gens travaillent très dur, ils sont fatigués mais nous espérons que ça va se calmer. Les gens ont de l'espoir, mais ils ont encore peu d'idées sur ce que l'avenir leur réserve.

    La principale inquiétude est que les autres établissements de santé, par exemple ceux qui reçoivent des fonds de la Banque mondiale, ne pourront pas poursuivre leur travail à Herat, car la Banque mondiale a cessé de les financer. Nous n'avons aucune idée précise de ce qui va se passer. Certains membres du personnel travaillant pour d'autres organisations n'ont pas reçu de salaire depuis des mois. Cela s'est déjà produit auparavant, mais les gens avaient alors l'espoir d'être payés un jour. Maintenant, avec tant d'incertitude, les gens me disent qu'ils n'ont plus d'espoir, beaucoup cherchent un autre emploi.

    Il y avait un enfant mal nourri dans notre centre, issu d'une famille extrêmement pauvre. Nous avons soigné l'enfant et fourni de la nourriture à la mère tandis que le père restait dehors. Nous leur avons demandé comment ils pouvaient se rendre à l'hôpital car le père nous a dit qu'avant il n'avait même pas 10 afghanis (0,10 USD). Ils ont vendu leurs moutons et leurs vaches et ont utilisé cet argent pour se rendre à l'hôpital. D'autres doivent emprunter de l'argent à leurs proches. 

    Les gens sont très heureux lorsque nous parvenons à soigner leurs enfants. Un patient de deux ans et demi est venu nous voir de Badghis, à environ 250 km de là. Le bébé a d'abord été admis dans le service de dermatologie de l'hôpital régional de Herat (HRH) car il souffrait d'une affection cutanée. Six jours plus tard, il a été envoyé à l'ITFC de MSF car il souffrait de malnutrition, mais l'état de sa peau était toujours très mauvais. Nous avons vu que l'enfant aurait besoin d'une greffe de peau au service de chirurgie de l'HRH, mais nous avons d'abord traité la malnutrition.  

    Pendant tout le temps où le bébé était avec nous, son père frappait à la porte, demandant comment l'enfant allait et se demandant comment il pouvait encore être malade après un mois et demi. Nous lui avons parlé et lui avons dit de nous laisser traiter le patient. Nous l'avons convaincu de faire confiance à notre traitement, à nos procédures, à l'environnement et au suivi étroit du patient.

    Pendant deux semaines, il est retourné s'occuper de ses autres enfants à Badghis, sa femme restant à l'ITFC. À son retour, il a constaté une grande amélioration de l'état de son bébé et a discuté avec sa femme, qui était très heureuse. Après dix jours supplémentaires, nous avons pu le faire sortir.

    Depuis, au moins une fois par mois, le père nous appelle pour dire "salut" et dire Salam à tout le monde, et qu'il a été inspiré par le traitement que nous avons donné. Lorsque les combats ont commencé à Herat, c'est lui qui nous a appelés pour nous demander si nous allions bien et il a fait de même après la prise de la ville.

    Traiter les patients est notre responsabilité, c'est ainsi que je vois les choses. Pour l'instant, MSF est la seule organisation internationale travaillant à Herat, les autres ayant cessé leurs activités. Avant, nous pouvions orienter les gens vers d'autres prestataires de soins de santé, mais aujourd'hui, les gens ont l'impression que nous sommes leur dernière option lorsqu'ils viennent nous voir.

    Par rapport à l'époque précédente, il y a plus de responsabilités, plus de défis. Il y a beaucoup de travail sur nos épaules.

    MSF en Afghanistan

    Depuis la fin des combats en Afghanistan, les activités de Médecins sans Frontières (MSF) se poursuivent dans les cinq sites de ses projets : Herat, Kandahar, Khost, Kunduz et Lashkar Gah.

    Maintenant que les gens peuvent se déplacer facilement dans les provinces, le personnel de MSF a constaté une forte augmentation du nombre de patients. Les structures de santé sont soumises à une forte pression avec des pénuries de personnel et d'équipement.

    MSF travaille en Afghanistan depuis 1980, avec une courte absence suite à l'assassinat de notre personnel en 2004. Depuis le retour de MSF dans le pays en 2009, nous avons négocié notre accès avec les deux parties belligérantes pour expliquer nos activités et obtenir l'assurance que nos structures médicales, notre personnel, nos patients et nos véhicules soient respectés. Ce dialogue avec l'Émirat islamique d'Afghanistan (AIE, également connu sous le nom de Taliban) se poursuit aujourd'hui. MSF s'engage à rester en Afghanistan aussi longtemps que la situation nous le permettra.

    En 2020, les équipes MSF ont assuré plus de 130 500 consultations ambulatoires, assisté plus de 36 300 accouchements et réalisé plus de 6 900 interventions chirurgicales.

    Faites un don