× Fermer
Liban. Accès aux soins. Vallée de la Bekaa.

Liban

« À la fin du mois, il ne reste rien pour payer les médicaments »

Ahmed vit avec ses enfants dans un abri de fortune. Vallée de la Bekaa. Liban. 2020. © Karine Pierre/Hans Lucas pour MSF
Témoignages 
Découvrez l'histoire d'Ahmed, réfugié syrien qui vit avec sa famille dans un campement informel dans la périphérie d’Arsal, dans la vallée de la Bekaa.

    Ahmed, âgé de 34 ans, est père de quatre enfants. Il est arrivé au Liban avec sa famille après avoir quitté Flitah en Syrie en 2015. Depuis, ils vivent dans un campement informel dans la périphérie d'Arsal, une ville située au nord de la vallée de la Bekaa, près de la frontière syrienne.

    Aujourd'hui, Ahmed est venu à la clinique MSF à Arsal avec ses deux filles et sa femme. Il y a environ quatre mois, sa plus jeune fille, Zeinab, âgée de 18 mois, a été diagnostiquée avec de l’anémie.

    « Elle avait l'air très malade. Elle était très pâle et ne mangeait quasiment rien, se souvient Ahmed. Le médecin nous a prescrit un supplément de fer et nous a conseillé de lui donner plus de légumes et de fèves, car nous ne pouvons plus nous permettre de manger de la viande. »

    L'anémie est liée à une carence en fer et est fréquente chez les personnes qui ont un accès limité à certains aliments comme la viande ou les pois.

    Ahmed était berger avant de venir au Liban. En raison de douleurs au dos, il a dû arrêter de travailler, mais de temps en temps, il aide son oncle à garder le troupeau dans les montagnes autour d'Arsal.

    Depuis que la crise économique a frappé le Liban, la famille d'Ahmed a de plus en plus de mal à acheter des produits de première nécessité.

    « Un kilo de viande coûtait 17 000 livres libanaises avant, mais maintenant cela coûte environ 60 000 livres libanaises, explique Ahmed. C'est la même chose pour le thé, le sucre et même certains légumes comme les tomates. Tous les prix ont au minimum quadruplé et cela ne fait qu'empirer. À la fin du mois, il ne reste plus rien pour les vêtements ou les jouets des enfants, ni pour les médicaments. Nous économisons tout ce que nous avons pour la nourriture et le chauffage, surtout maintenant pendant l'hiver. »

    Arsal est située à 1 500 mètres d’altitude. La neige et les températures glaciales sont fréquentes pendant les mois d'hiver.

    Pendant qu'Ahmed attend que Zeinab et sa sœur Fatima, âgée de six ans, voient un médecin, sa femme, Halima, qui souffre également d'anémie, est en consultation prénatale avec une sage-femme.

    Leur cinquième enfant doit naître dans deux mois ; une bouche supplémentaire à nourrir pour le budget déjà serré de la famille.

    « Toute notre famille bénéficie des services médicaux de cette clinique, même mes parents, qui souffrent tous deux de maladies chroniques. Ils viennent aussi ici pour recevoir leur traitement », dit Ahmed.

    Lors de la consultation, le médecin constate que l'état de Zeinab s'est amélioré, mais que Fatima souffre d'une infection respiratoire. Les conditions de vie précaires de la famille – un abri fait de blocs de ciment et de bâches plastiques – ont probablement contribué à l'état de santé de la jeune fille. Souriant timidement, Fatima avoue qu'elle aimerait être médecin quand elle sera grande.

    « Je m'inquiète pour l'avenir de mes enfants, conclut Ahmed, mais j'espère que s'ils vont à l'école et apprennent à lire et à écrire, ils pourront avoir une vie meilleure. »

    MSF au Liban

    Au Liban, MSF fournit des soins médicaux gratuits aux personnes les plus vulnérables, qu’elles soient libanaises ou venant d’un autre pays. MSF est présente dans une dizaine de lieux différents à travers le pays.

    Nos activités incluent des services de santé mentale, de santé sexuelle et reproductive, de pédiatrie, de vaccination et de prise en charge des maladies non transmissibles. Avec une équipe de plus de 600 personnes, MSF effectue quelques 150 000 consultations chaque année du nord au sud du Liban.

    MSF est intervenue pour la première fois au Liban en 1976 et est présente dans le pays sans interruption depuis 2008.

    Faites un don