× Fermer

De la réflexion à la mise en œuvre : sept projets de recherche opérationnelle en 2018

Recherche opérationnelle 
Offrir des soins pour les réfugiés atteints du diabète, fournir une prophylaxie pour prévenir la transmission du VIH aux travailleurs du sexe, dépister la tuberculose en milieu carcéral ou distribuer des trousses de désinfection à la population dans le cadre d'une épidémie d'Ebola. Sept chercheurs de Médecins Sans Frontières (MSF) expliquent comment la recherche opérationnelle soutient des projets, notamment au Malawi, au Mozambique, à Bruxelles et en Suède.

    La recherche opérationnelle (RO) joue un rôle clé dans la conception des programmes de MSF à travers le monde. Il n'y a pas deux études en RO qui se ressemblent ; elles abordent différents défis posés par les crises humanitaires, qui vont des crises migratoires aux maladies infectieuses ou non transmissibles, en passant par l'évaluation des méthodes de recherche et des stratégies d’implémentation. Dans une série de vidéos documentaires, du personnel sur le terrain et des chercheurs travaillant pour MSF discutent de leurs derniers projets de recherche, de leurs principales conclusions et de la contribution de ces travaux à l’amélioration des programmes sur le terrain.

    Dans les prisons, au milieu des travailleurs du sexe et pendant l'épidémie d'Ebola

    Parallèlement aux programmes de MSF, des projets de recherche opérationnelle sont mis en place dans certains des endroits les plus défavorables et difficiles d'accès. Au Malawi, le coordinateur médical de MSF, Reinaldo Ortuño Gutierrez, a documenté la prévalence et les risques de transmission de la tuberculose dans deux prisons surpeuplées. «Nous avons réussi à prouver la valeur ajoutée de l’utilisation d'une radiographie mobile pour un meilleur dépistage de la tuberculose dans les prisons

    Pour prévenir la transmission du VIH à des travailleurs du sexe au Mozambique, MSF a lancé en 2016 une étude pilote en distribuant une prophylaxie pré-exposition. «Les résultats ont été étonnants», raconte José Carlos Beirão, responsable de la recherche opérationnelle de MSF au Mozambique. «Nous avons constaté une forte demande et l'acceptation des médicaments, car les personnes réclament une protection supplémentaire à l’usage du préservatif.»

    En Afrique de l'Ouest, une autre étude en RO se focalise sur une mesure non conventionnelle prise pendant le pic de l'épidémie d'Ebola en 2014/2015, lorsque les centres de traitement étaient si densément peuplés que de nouveaux patients ne pouvaient plus y être admis : «Nous avons documenté la mise en œuvre et la faisabilité de la distribution de kits de désinfection domestique au Libéria», explique Engy Ali, chercheur à l'Unité de recherche opérationnelle LuxOR.
     

    Physiothérapie pour les victimes de violences sexuelles, soins pour les réfugiés syriens atteints du diabète

    Un autre projet novateur est au cœur d'un projet de recherche dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA), offrant la kinésithérapie comme traitement complémentaire pour les victimes de violences sexuelles. «Les résultats de la recherche ont confirmé ce que nos cliniciens voyaient déjà», précise Julia Paulsson-Jandl, chef de mission MSF. «L'intégration de la kinésithérapie dans le panel de soins a permis de réduire considérablement la douleur et d'améliorer la qualité de vie des victimes de violences sexuelles

    Krystel Moussally, épidémiologiste pour MSF, a mené une autre étude sur une maladie non transmissible qui est très répandue : «Nous avons compilé toutes les données disponibles sur les réfugiés syriens atteints du diabète qui ont été traités dans les cliniques MSF en Jordanie et au Liban, et nous avons enregistré un résultat clairement positif concernant le traitement du diabète sur une période de six mois», explique-t-elle.

    Une perspective différente sur la migration

    Il existe également des projets de recherche visant à mieux comprendre les schémas et les défis des crises migratoires en Europe et autour de l'Europe. Au centre humanitaire de Bruxelles, où MSF offre des services de santé mentale aux migrants transitant par la Belgique, Umberto Pellecchia travaille sur une étude visant à mieux comprendre les schémas de migration et les conditions de vie dans la ville. «Nous cherchons à faire prendre conscience de la souffrance vécue par les migrants en transit, mais aussi à démontrer aux acteurs gouvernementaux qu'il est possible de leur offrir les services et les soins nécessaires», déclare l'anthropologue MSF.

    En Suède, un autre projet dans un pays de destination des migrants a exploré les lacunes au niveau des soins de santé mentale. Comme l’explique Tomas Thiels, coordinateur des opérations de MSF : «Nous étions convaincus qu'il existait d'énormes lacunes en matière de soins de santé mentale et de soins psychosociaux pour les migrants dans les centres d'accueil, et nous voulions éviter que les gens ne se retrouvent dans un isolement total ou finissent dans des structures de soins psychiatriques

    Les interviews vidéo ont été réalisés en juin 2018 pour la Journée de la recherche opérationnelle qui se déroule chaque année à Bruxelles.

    * Image principale : dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA), la recherche opérationnelle a permis l’évaluation de la kinésithérapie comme traitement complémentaire efficace pour les victimes de violences sexuelles. © Sima Diab/MSF