× Fermer

MSF célèbre les vingt ans de sa « Campagne d’Accès »

Le 27 avril 2016, une douzaine de volontaires de MSF ont délivré au siège de Pfizer à New York, le nom de 40 000 personnes demandant à Pfizer et GSK de réduire le prix du vaccin de la pneumonie à 5 dollars par enfant. © Edwin Torres
Toutes les actualités 
La Campagne d’Accès aux Médicaments essentiels (CAME) de MSF célèbre vingt ans d’actions menées pour garantir l’innovation médicale et l’accès à des médicaments, des diagnostics et des vaccins abordables.

    MSF célèbre cette année les vingt ans de sa « Campagne d’Accès », créée pour garantir l’accès à des médicaments, des diagnostics et des vaccins abordables notamment à travers la recherche et le développement, pour les patients MSF et toutes les populations qui les nécessitent. Cet événement est l’occasion de faire le point en regardant ce que nous avons appris et accompli et ce qui reste à faire en matière d’innovation médicale et d’accès pour les personnes dans le besoin. 

    MSF a lancé la Campagne d’Accès en 1999 en réponse à l’épidémie de VIH/sida qui faisait rage dans les pays en développement. En effet, les « cocktails » de médicaments, qui permettaient de lutter contre le VIH et de sauver des vies, ont transformé cette maladie en une pathologie chronique gérable dans les pays riches, mais ils étaient inaccessibles dans le reste du monde. Parallèlement, le personnel médical de MSF n’avait pas de traitement adéquat pour des maladies négligées telles que la tuberculose, le paludisme et la maladie du sommeil africaine car les groupes pharmaceutiques ne considéraient pas qu’il était profitable de développer des médicaments qu’ils ne pourraient pas vendre à prix fort.

    Jugeant que nous ne pouvions pas rester sans rien faire face à cette injustice qui emportait tant de gens sous nos yeux, MSF a créé la Campagne d’Accès pour surmonter les nombreux obstacles qui empêchaient les patients d’obtenir le traitement dont ils avaient besoin pour rester en vie et en bonne santé. Nous avons cherché en particulier à faire baisser les prix et à garantir la disponibilité des médicaments dans les pays qui en ont le plus besoin, en encourageant en particulier la recherche dans le but d’offrir de meilleures possibilités de traitement. 

    Ces vingt dernières années, MSF, qui a pu s’appuyer sur l’indignation et les revendications de la société civile pour que la vie des patients ait plus de poids que les brevets et les bénéfices des entreprises notamment pharmaceutiques, a réussi à rendre les médicaments et les vaccins essentiels et vitaux plus abordables et davantage disponibles :

    • Le prix des médicaments contre le VIH a finalement baissé de plus de 99%. Alors qu’en 2000 il fallait compter plus de 10 000 dollars pour traiter un patient pendant une année, il faut moins de 100 dollars par année aujourd’hui. Les monopoles des groupes ont été levés pour faire marcher la concurrence et produire des médicaments génériques abordables fabriqués principalement en Inde. 
       
    • Au début des années 2000, MSF a plaidé pour l’utilisation de traitements plus efficaces contre le paludisme dans le cadre de sa campagne « ACT Now », en poussant les pays à recourir aux combinaisons thérapeutiques à base d’artémisinine (CTA), une mesure prise dans la plupart des pays africains en 2008. 
       
    • En 2003, MSF a co-fondé DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative/ initiative Médicaments contre les Maladies Négligées), qui propose un modèle de développement pour des médicaments innovants à but non lucratif destinés aux patients négligés. Au total, huit traitements ont été développés contre le paludisme, le VIH pédiatrique, la leishmaniose, la maladie de Chagas, la maladie du sommeil avec notamment le fexinidazole, un traitement entièrement par voie orale lancé récemment. 
       
    • À la fin des années 2000 et début 2010, la Campagne d’Accès de MSF a ajouté à son portfolio la nutrition et les vaccins. Dans le cadre de sa campagne « Starved for Attention », elle a obtenu des résultats en améliorant la qualité de la nourriture que les organisations d’aide apportaient aux enfants souffrant de malnutrition et elle a réussi, dans le cadre de sa campagne « A Fair Shot », à rendre le vaccin contre la pneumonie abordable pour les acteurs humanitaires qui traitent les enfants au cœur des crises. 
       
    • En 2013, l’introduction de nouveaux médicaments pour traiter l’hépatite C vendus 1 000 dollars le comprimé a ravivé la problématique mondiale autour du coût élevé des médicaments, notamment ceux contre le cancer ou l’insuline, dont les prix déjà exorbitants sont en hausse. En soutenant les actions juridiques contre le monopole détenu dans de nombreux pays par des compagnies telles que Gilead Sciences, MSF, avec d’autres organisations de la société civile, a contribué à réduire le prix des médicaments essentiels contre l’hépatite C à environ 1 dollar le comprimé dans certains pays. Mais des dizaines de millions de personnes sont toujours en attente de traitement. La lutte continue. 

    L’innovation médicale et la crise de l’accès aux médicaments prennent une dimension toujours plus globale, puisque certains défis auxquels nous faisons face depuis des dizaines d’années dans plus de 70 pays se posent désormais dans les pays en développement comme dans les pays développés. Il est temps d’admettre que les modèles actuels pour développer et vendre les médicaments ne permettent pas de fournir les traitements dont les populations ont besoin à un prix abordable. Il faut que les gouvernements et la communauté des chercheurs fassent entendre leurs voix et proposent des solutions audacieuses à un problème qui se pose à l’échelle mondiale. Autrement et simplement dit, « business as usual » sera dévastateur.
    - Els Torreele, directrice exécutive de la Campagne d’Accès de MSF