× Fermer

Lituanie

Les renvois répétés à la frontière lituanienne causent des souffrances mentales et physiques aux personnes en déplacement.

Toutes les actualités 
Dans de nombreux cas, les autorités lituaniennes ont renvoyé de force des migrants et des réfugiés en Biélorussie, ce qui a entraîné une violation de leurs droits. Le Service national des gardes-frontières lituanien (SBGS) affirme publiquement avoir procédé à des milliers de refoulements à la frontière depuis le début de l'année.

    Des demandeurs d'asile et des migrants, y compris des familles avec de jeunes enfants, sont soumis à des renvois répétés à la frontière entre la Lituanie et la Biélorussie, avec un accès limité, voire inexistant, aux besoins essentiels ou à des procédures d'asile équitables. Médecins Sans Frontières (MSF) est consternée par l'impact médical et humanitaire des politiques migratoires hostiles de la Lituanie envers les personnes en déplacement, ainsi que par le recours à des pratiques inhumaines telles que les refoulements en réponse aux personnes en quête de sécurité.

    Dans de nombreux cas, les autorités lituaniennes ont renvoyé de force des migrants et des réfugiés en Biélorussie, entraînant une violation de leurs droits. Le Service national des gardes-frontières lituanien (SBGS) affirme publiquement avoir procédé à des milliers de renvois à la frontière depuis le début de l'année. 

    " Il est inacceptable que le gouvernement lituanien tente de normaliser ces mauvais traitements et ce déni de droits en réaction au déplacement de personnes qui ont fui leur pays par désespoir, à la recherche de sécurité et d'une vie meilleure ", déclare Georgina Brown, responsable de MSF en Lituanie. " Les personnes en situation de déplacement en Lituanie ont droit à un traitement digne et humain, y compris la sécurité et la protection internationale. Et pourtant, nous savons que de nombreuses personnes qui tentent d'entrer en Lituanie se voient refuser tout cela et se retrouvent au contraire bloquées, isolées et maltraitées. "

    Certaines personnes ont raconté à MSF qu'elles ont été repoussées à plusieurs reprises de l'autre côté de la frontière pendant des jours, voire des semaines.

    "Pendant 30 jours, nous ne nous sommes pas fixés à un seul endroit. Nous avons fait une dizaine d'allers-retours entre la Biélorussie et la Lituanie pendant cette période. Les gardes n'arrêtaient pas de nous faire entrer et sortir, revenir et repartir. Une fois capturés, on nous a donné de la nourriture en boîte qui était périmée et sèche. Je n'ai même pas pu en manger, je les gardais pour mes enfants. Puis ils nous mettaient dans des voitures et nous ramenaient à la frontière. C'était le jeu du chat et de la souris. J'étais traumatisée, je voulais juste aller quelque part où il y aurait un abri pour mettre fin à nos souffrances ", a raconté une femme à MSF.

    Ces renvois répétés aggravent la détresse et le traumatisme auxquels sont confrontés les migrants et les demandeurs d'asile aux frontières de l'Union européenne.

    "Les personnes qui ont déjà subi plusieurs traumatismes tels que des violences sexuelles et des tortures dans leur pays d'origine sont maintenant confrontées à ce nouveau traumatisme que sont les refoulements violents. Elles ont l'impression d'être chassées et poursuivies à travers la frontière, encore et encore. Elles se sentent déshumanisées et souffrent d'un niveau de stress et d'anxiété plus élevé encore ", explique Heidi Berg, psychologue MSF en Lituanie.

    La peur d'être détectés et repoussés pousse également les personnes en déplacement en Lituanie à essayer de traverser des zones isolées sans accès aux soins de base et à l'aide médicale. Les équipes médicales de MSF en Lituanie ont soigné des personnes souffrant de problèmes de peau et des membres inférieurs après avoir parcouru de longues distances à travers des forêts et des marécages, ainsi que des familles et des personnes épuisées qui ont dormi exposées aux éléments, souvent sans vêtements ni chaussures adéquats.

    Les équipes MSF ont connaissance de personnes qui ont contracté des maladies gastro-intestinales après avoir été forcées de manger des baies et des plantes et de boire l'eau des marais par faim, soif et désespoir.
    A l'approche de l'hiver, MSF s'alarme des conséquences encore plus graves pour la santé physique et mentale des personnes soumises à ces mauvais traitements. 


    Les politiques migratoires hostiles de la Lituanie sont un nouvel exemple d'un État membre de l'UE qui crée délibérément des conditions dangereuses pour les personnes qui demandent asile aux frontières. Les personnes continueront à faire des voyages désespérés vers les endroits où elles pensent pouvoir trouver une protection internationale, de la sécurité et un avenir meilleur, quels que soient les risques ou le manque de bienveillance auxquels elles seront confrontées, et malgré l'absence de routes sûres et légales. Le gouvernement lituanien ne peut pas continuer à répondre de manière aussi abusive aux personnes vulnérables qui cherchent la sécurité à ses frontières. 

    "Des personnes ont fui les conflits, les persécutions et le danger avec à peine plus que les vêtements qu'elles portent sur le dos, en quête d'une protection internationale. Des parents sont venus avec leurs jeunes enfants, des personnes atteintes de maladies chroniques ont enduré des voyages difficiles et stressants. Les refoulements, les clôtures et autres efforts inhumains de dissuasion ne les arrêteront pas. Alors que l'hiver approche et que les températures dans les forêts à la frontière chutent, les autorités lituaniennes doivent de toute urgence cesser ces pratiques cruelles et répondre aux besoins de ceux qui tentent d'entrer dans le pays avec humanité ", a déclaré Georgina Brown, responsable MSF en Lituanie.