× Fermer

Tchad

Les inondations de N'Djamena aggravent la crise humanitaire et suscitent des inquiétudes quant à l'apparition de maladies.

©Alexis Balekage/MSF
Toutes les actualités 

    Des inondations majeures ont frappé le centre et le sud du Tchad depuis la mi-août. Les dernières inondations ont touché la capitale, N'Djamena, où les rivières sont sorties de leur lit et des quartiers entiers ont été submergés. L'organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé une réponse d'urgence pour répondre aux besoins les plus urgents des personnes n'ayant qu'un accès minimal aux soins de base et exposées à des risques accrus d'épidémies de maladies infectieuses.  

    " Ces dernières inondations ont exacerbé une situation humanitaire déjà catastrophique ", explique Alexis Balekage, coordinateur du projet de réponse d'urgence de MSF à N'Djamena. " Le Tchad connaît des inondations chaque année, mais l'ampleur du phénomène cette année est bien plus important. Il a entraîné des déplacements à grande échelle et des besoins immenses qui dépassent largement la capacité de réponse actuelle, dans un pays qui continue d'être presque invisible en termes de mobilisation internationale. "

    La récente montée spectaculaire des niveaux d'eau des fleuves Chari et Logone - qui ont atteint 8,14 mètres près de leur confluence à N'Djamena et ont vu les deux fleuves sortir de leur lit - est attribuée à des précipitations exceptionnellement abondantes dans le sud du pays. Selon les Nations unies, au 15 novembre, plus de 155 000 personnes à N'Djamena ont été déplacées de chez elles par les inondations et se réfugient dans divers sites de déplacement officiels et non officiels, ce qui les éloigne des services essentiels et accroît leur vulnérabilité aux risques sanitaires graves, en particulier pendant le pic saisonnier actuel de paludisme.

    "Les personnes déplacées vivent dans des conditions précaires et parfois surpeuplées, avec un accès limité à l'eau potable, à la nourriture et à une hygiène correcte", explique Balekage. "Les mares d'eau stagnante risquent de devenir des lieux de reproduction pour les moustiques, ce qui augmentera probablement la transmission du paludisme, l'une des principales causes de mortalité infantile au Tchad. Nous sommes également préoccupés par l'émergence et la propagation possibles d'autres maladies infectieuses et hydriques si les niveaux d'eau ne baissent pas rapidement et si les opérations humanitaires ne sont pas intensifiées pour répondre aux besoins des populations." 
     

    Les maisons, les écoles, les établissements de santé et les marchés sont complètement submergés par les eaux depuis des semaines. Les gens utilisent des canoës pour accéder à certains quartiers inondés, ce qui les expose au risque d'attaques potentiellement mortelles des hippopotames. En une seule semaine, cinq personnes, dont une femme enceinte, auraient perdu la vie suite à des attaques d'hippopotames.  

    Les inondations ont également submergé des infrastructures vitales telles que les routes et les réseaux d'eau, et ont gravement affecté les moyens de subsistance d'une population qui dépend de l'agriculture. Plus de 465 000 hectares de cultures ont été endommagés et 19 000 têtes de bétail sont mortes, ce qui suscite des inquiétudes quant à la production agricole et à l'insécurité alimentaire. 

    "Notre maison a été inondée et le niveau d'eau a atteint 1,2 mètre à l'intérieur des pièces", raconte Doglessa, qui s'abrite dans le site de déplacement de Walia Hadjarai à N'Djamena. "Ma famille et moi sommes partis ensemble et nous vivons maintenant sous une tente, exposés au froid, aux moustiques et à d'autres dangers. Notre hectare de riz a été submergé par les eaux et je suis actuellement sans emploi. À cause des inondations, nous ne pouvons pas nous rendre rapidement dans un centre de santé pour consulter un médecin. Nous devons payer pour voir un médecin et c'est difficile sans aucun revenu. Mon plus grand souhait est que les eaux baissent rapidement pour que nous puissions rentrer chez nous".

    A Toukra, au sud de la capitale, un centre de santé soutenu par MSF a été complètement inondé, obligeant le personnel à se déplacer vers un autre centre de santé et à y transférer les patients pour la poursuite de leur traitement. 
     

    Il est urgent de mobiliser des fonds supplémentaires

    Les équipes MSF, en collaboration avec le ministère de la Santé, dirigent des cliniques mobiles dans les sites de déplacement et soutiennent les centres de santé existants où les personnes ont trouvé refuge, notamment les camps de Toukra, Ngueli, Guilmey, Melezi, Digangali, Karkanjeri, Miskine, Walia-Hadjarai et Walia-Lycee. Outre les soins de santé de base, le soutien nutritionnel et les vaccinations, les équipes fournissent des services d'eau et d'assainissement.  

    Au cours des dernières semaines, les équipes MSF ont effectué plus de 15 500 consultations, principalement pour le paludisme, les infections des voies respiratoires et la diarrhée. Elles ont également transféré au moins 80 patients vers des hôpitaux pour des soins spécialisés et vacciné 345 bébés contre des maladies infantiles courantes. Les équipes ont également fourni de l'eau potable et des articles de secours essentiels, notamment des kits d'hygiène et des kits de prévention du paludisme, aux familles déplacées.

    Depuis le début de l'année 2022, le Tchad a connu des conditions météorologiques extrêmes liées à la crise climatique qui ont provoqué de graves sécheresses et des précipitations irrégulières, affectant plus d'un million de personnes à travers 18 des 23 régions du pays, selon les autorités sanitaires locales. 

    " En regardant la situation à N'Djamena, en particulier, nous prévoyons que les conséquences drastiques des inondations vont persister pendant des semaines ", explique Sami Al Subaihi, chef de mission MSF au Tchad. " Alors que les niveaux d'eau baissent lentement, rien n'indique que la situation va s'améliorer de sitôt ou que les gens pourront retourner chez eux . La réponse d'urgence de MSF vise à répondre aux besoins directs des populations, mais il est urgent de mobiliser des fonds supplémentaires et une programmation à long terme pour permettre une réponse soutenue et proportionnée à cette crise."

    MSF au Tchad

    MSF travaille au Tchad depuis 1981 et mène actuellement des projets médicaux dans plusieurs régions du pays en soutien aux autorités sanitaires locales. 
    A Moissala, dans la région de Mandoul, MSF offre des soins aux femmes et aux enfants dans les hôpitaux, les centres de santé et à travers des activités communautaires. A Massakoury, dans la province de Hadjer Lamis, MSF gère un programme nutritionnel pour les femmes et les enfants. A l'hôpital Toukra de N'Djamena et dans différents centres nutritionnels ambulatoires, MSF soigne les enfants souffrant de malnutrition aiguë. Dans la province de Sila, à l'est du Tchad, MSF traite les maladies courantes dans le cadre d'un projet de santé communautaire. Dans la ville d'Adré, dans la région de Ouaddaï, près de la frontière orientale avec le Soudan, MSF fournit des soins aux enfants de moins de 15 ans et répond aux besoins des réfugiés. Dans la région de Salamat, au sud-est du Tchad, MSF gère un centre de nutrition thérapeutique pour patients hospitalisés (ITFC) à l'hôpital d'Am Timan et dans cinq centres de nutrition ambulatoires. À N'Djamena, MSF dispose d'une unité d'intervention d'urgence prête à répondre rapidement aux conséquences des conflits, des catastrophes naturelles et des épidémies dans tout le pays.