× Fermer
MSF Greece Chios Camp

Grèce

Qui est qui ?

Aquarelle représentant une zone du Camp de réfugié de l'île de Chios dessinée par l'artiste suisse Carole Isler. Grèce. Mars 2019. © Carole Isler/MSF
Toutes les actualités 
L'artiste Carole Isler a été invitée par MSF à se rendre en Grèce pour entendre les récits des demandeurs d'asile, réfugiés et autres migrants qui ont traversé la Méditerranée à la recherche d'une vie meilleure et plus sûre, pour se retrouver ensuite piégés dans le pays et dans l'incapacité d'aller plus loin.

    Plus de 50 000 migrants et réfugiés de pays comme la Syrie, l'Afghanistan et l'Irak sont arrivés en Grèce en 2018. MSF a continué à fournir des soins médicaux et de santé mentale aux migrants dans les îles grecques et sur le continent. Des milliers de migrants sont contraints de vivre dans des camps, des abris temporaires mis en place par des ONG, des maisons squattées ou dans la rue. En outre, depuis l'accord UE-Turquie de mars 2016, les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés qui transitaient par les îles grecques sont restés piégés dans l'attente que leur statut soit déterminé. Par conséquent, ils passent de longues périodes dans des centres d'accueil inadéquats, avec un accès limité aux soins de santé et la crainte constante d'être renvoyés en Turquie, ce qui aggrave leurs problèmes médicaux et l'état de leur santé mentale.

    L'artiste Carole Isler a visité certains de nos projets en Grèce à Athènes et sur l'île de Chios en février 2019, où elle a dessiné des portraits de personnes et d'employés de MSF. Ce projet se propose d'utiliser l'art pour briser les barrières invisibles entre "nous" (habitants de l'Europe) et "eux" (personnes en mouvement). 

    Quelle est votre passion ? Quel souvenir de l'année écoulée vous fait sourire ? Et que signifie être humain ?  Carole Isler a exploré ces trois questions avec des demandeurs d'asile, des réfugiés et d'autres migrants, ainsi qu'avec le personnel de MSF.

    De retour en Suisse, elle a transformé les esquisses du terrain en aquarelles pour le Festival international de la bande dessinée Fumetto à Lucerne. Les visiteurs du festival ont également été invités à faire des portraits, dans une réalité éloignée des camps de réfugiés surpeuplés, des conditions d'hygiène précaires et de l'insécurité. Malgré les réalités très différentes, les deux séries de portraits sont beaucoup plus semblables qu'elles ne sont différentes.

    Ces portraits montrent des hommes, des femmes et des enfants du monde entier - des gens qui ont des espoirs, des passions et de l'humanité. 

    Les portraits

    Roya

    MSF Greece Migrants

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Quand j’avais 11 ans j’avais l’habitude de dessiner, et j’étais plutôt douée. J’ai pratiqué du sport aussi. Je faisais du taekwondo, mais ce n’est pas autorisé pour les femmes en Afghanistan. J’aimerais devenir une avocate pour le droit des femmes.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    L’année dernière j’ai rencontré un homme dont je suis tombée amoureuse. Aujourd’hui nous vivons ensemble et je suis vraiment heureuse.

    Que signifie d’être humain ?
    Si l’on peut aider quelqu’un, on devrait le faire. J’essaie d’aider quiconque en a besoin. Je ne comprends pas la jalousie. Je ne ressens jamais de jalousie pour les autres, si je peux aider je le fais tout simplement.

     

    Nicolas

    MSF Greece

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Football, musique, cinéma.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    La victoire de l’équipe de football de Barcelone contre Paris.

    Que signifie d’être humain ?
    Un grand cœur, ne pas faire aux autres ce que l’on ne veut pas qu’on nous fasse, l’empathie.

     

    Michel

    MSF Greece

     

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Lire, les jeux vidéo et le tricot.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    En 2017, j’ai obtenu mon diplôme de médecine en Grèce.

    Que signifie d’être humain ?
    Vivre tout simplement, rien d’autre. Je suis un nihiliste. 

    Alya
     

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Ma passion c’est l’écriture. Je prends des notes tous les jours, j’écris des poèmes, principalement quand je suis triste. Quand je suis heureuse je ne peux pas écrire. J’aime aussi écouter de la musique.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    L’année dernière a été une année difficile. Cependant, l’année dernière je me suis mariée avec mon second mari. Nous nous sommes rencontrés en Syrie et nous nous sommes enfuis ensemble.

    Que signifie d’être humain ?
    Tous les humains ont bon cœur. Ce qui fait de nous des bons êtres humains est le fait de montrer du respect aux autres. Les valeurs et combien nous donnons aux autres : c’est la solidarité. Comme MSF, ils donnent et aident les gens sans rien attendre en retour. 

     

    Matthiaos

    MSF Greece

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Le cinéma, la musique, la danse et le sport.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    Les vacances de Noël avec ma famille.

    Que signifie d’être humain ?
    Comprendre et pardonner. 

     

    Parisa

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    En principe je suis très occupée avec mes enfants d’un et deux ans. Comme ils sont très jeunes, je dois m’occuper d’eux, surtout que nous vivons dans un camp de réfugiés.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    Mon meilleur souvenir le plus récent, est celui de ma mère. Ma sœur et moi avons été élevées par ma mère. Nous n’avions pas de père. Elle nous avait acheté des habits pour la fête des mères et nous avons été si heureuses de nos nouveaux habits, alors que c’était son jour à elle.

    Que signifie d’être humain ?
    Il est important pour les enfants d’être élevés par deux parents. Cela signifie qu’ils grandiront sous l’égide d’une famille. Les enfants grandiront et comprendront comment être humains.

     

    Yousef
     

    MSF GreeceQu’est-ce qui te passionne ?
    Le basket-ball. Je veux aussi travailler autant que possible dans le domaine humanitaire, j'aime guider les gens. Je connais le Moyen-Orient mais aussi la culture occidentale et je m'améliore chaque jour en faisant ce que je fais. Apprendre tous les jours, s'améliorer, se développer.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    Le 12 septembre 2018, je faisais partie du plus grand transfert de Samos vers le continent après neuf mois sur l'île. Partager ce moment avec 380 personnes (familles, célibataires, …), être libre en dehors de l'île... Tout le monde était content. C'était la première fois depuis longtemps que j'étais heureux. Il y avait un lien. Les gens chantaient et dansaient. C'était comme le réveillon du Nouvel An. Ils avaient hâte d'avoir la chance d'avoir un logement convenable, un accès aux soins de santé et à l'éducation.

    Que signifie d’être humain ?
    Tout le monde devrait être traité comme des êtres humains. Les besoins fondamentaux doivent être satisfaits et les gens doivent être entendus. Chacun devrait pouvoir vivre dans des conditions de vie humaines. Sois libre. La liberté de circulation, la liberté d'expression et les droits fondamentaux (qui ne sont pas respectés dans le camp) devraient s'appliquer à tous. Égalité de traitement pour tous, sans distinction de nationalité, de couleur ou de religion. Neutralité. 

     

    Shirin

    MSF Greece

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Je travaillais dans un magasin de beauté en Afghanistan. J’aime coudre et confectionner des habits. Je n’ai pas eu l’opportunité de faire des études, donc j’aimerais apprendre les langues. J’essaie d’apprendre le grec, mais je veux apprendre aussi l’anglais.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    En 2018 deux mauvaises choses me sont arrivées. J’ai perdu mon frère et mon bébé est devenu aveugle. C’est pourquoi je n’ai pas de bon souvenir de l’année dernière. Je suis très triste pour mon bébé et j’ai le mal du pays. J’ai obtenu le droit d’asile ici, mais je ne suis pas heureuse.

    Que signifie d’être humain ?
    Un humain est quelqu’un qui aide les autres. En Afghanistan il n’y a pas de gens comme ça. 

     

    Delvin

    MSF Greece

    Qu’est-ce qui te passionne ?
    Les gens qui me sourient me rendent très heureuse. J’aime les humains et la mentalité des Grecs.

    Quel souvenir de l’année passée te fais sourire ?
    Je souris en permanence grâce à mes enfants. En 2019, l’arrivé de mon fils est ce qui m’a rendue très heureuse. En 2018, je n’avais qu’une idée en tête : aller en Europe. Je suis venue ici, les gens m’ont beaucoup aidée et mes enfants vont à l’école. Je n’aurais jamais imaginé devoir rester ici en Grèce, mais maintenant, je veux rester ici.

    Que signifie d’être humain ?
    Je vois le bien chez tout le monde. J’essaie d’éviter les mauvaises personnes. Je pense que chacun a des valeurs. 

    MSF en Grèce

    MSF à Athènes

    Sur le continent, des milliers de demandeurs d'asile, de réfugiés et d'autres migrants sont contraints de vivre dans des camps, des abris temporaires mis en place par des ONG, des maisons squattées ou dans la rue. Alors que les soins de santé sont garantis pour tous, quel que soit leur statut d'immigration en vertu de la législation grecque, l'accès aux soins peut être extrêmement difficile en raison des barrières linguistiques et administratives.

    MSF gère une clinique à Athènes qui fournit des soins de santé sexuelle et reproductive, y compris des examens prénatals et postnatals, des services de planification familiale et des soins pour les survivant(e)s de violences sexuelles. La clinique offre également des conseils psychologiques, des soins psychiatriques et des traitements pour les maladies non transmissibles comme l'épilepsie, le diabète et les maladies cardiaques.

    MSF à Chios

    Environ 12 000 hommes, femmes et enfants vivent dans les hot spots des îles grecques, où ils attendent le résultat de leur demande d'asile dans des conditions épouvantables. Les procédures d'asile sont complexes et les demandeurs doivent attendre jusqu'à trois ans avant d'obtenir une décision.

    A Chios, les équipes de MSF prennent en charge les patients vivant dans le hotspot Vial ainsi que dans les logements du centre-ville. L'équipe fournit des soins médicaux et psychologiques à des milliers de patients. La majorité des maladies traitées peuvent être liées aux conditions de vie misérables, aux longues périodes d'attente pour les procédures d'asile et aux expériences traumatisantes qui se sont produites pendant le voyage ou qui les ont poussées à fuir leur foyer.