× Fermer
RDC, hôpital MSF, panneaux solaires

RD Congo

Des panneaux solaires pour améliorer les soins

MSF a installé des systèmes photovoltaïques sur les toits de l'hôpital Kigulube dans la région du Sud Kivu pour permettre aux structures de santé d'être autonomes en électricité. RDC. Septembre 2019. © Pablo Garrigos/MSF
Toutes les actualités 
En 2018 et 2019, dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo, MSF a installé des systèmes photovoltaïques sur les toits de l'hôpital Kigulube et du centre de santé de Kusisa. Cette source d'énergie – plus rentable, plus fiable, plus propre – permet au personnel médical de fournir des soins de meilleure qualité et assure aux structures de santé une indépendance énergétique pérenne, pour des programmes durables.

    Les défis logistiques

    Pour les équipes de MSF, l'alimentation en électricité des structures de santé dans lesquelles elles interviennent est un défi majeur, particulièrement dans les régions isolées et difficiles d'accès. 

    Les générateurs diesel représentent la solution la plus courante pour garantir le bon fonctionnement des installations et des équipements. Mais assurer leur approvisionnement régulier en carburant est parfois extrêmement compliqué.

    « L'hôpital de Kigulube est situé au cœur d'une jungle et entouré de routes escarpées et de sentiers de pierres », explique Miguel Balbastre, chef de projet MSF.

    Les équipes, notamment pendant la saison des pluies, sont obligées de transporter le carburant à moto lors de longs trajets à travers la forêt.

    Vers une énergie verte et durable

    Jusqu'à présent, le coût, la capacité et la durée de vie des équipements photovoltaïques ne permettaient pas d'envisager leur installation sur des terrains comme ceux de Kigulube ou Kusisa.

    « Les espaces clés pour sauver des vies dans un hôpital sont le bloc opératoire ou l'unité de soins intensifs, et ceux-ci ont particulièrement besoin d’un approvisionnement électrique continu et fiable », explique Chiara Domenichini, coordinatrice médicale de MSF en RDC.

    Un nouveau type d'équipement offre désormais la possibilité de recourir à l'énergie solaire. 

    « Afin d'alimenter l'hôpital en énergie photovoltaïque, nous utilisons des batteries au lithium de dernière génération qui n'ont même pas été commercialisées à grande échelle », précise Miguel Balbastre.

    Les installations photovoltaïques de Kigulube et de Kusisa se composent de 100 panneaux solaires et de sept batteries, capables d'accumuler l'énergie nécessaire à chaque centre pendant deux jours entiers.

    « Cette installation solaire modifie considérablement le traitement que nous pouvons offrir aux patients de l'hôpital de Kigulube », affirme le Dr Pacifique, directeur de l'établissement. « Auparavant, nous devions parfois opérer dans l'obscurité, car il n'y avait pas de lumière dans l'ensemble du centre. Désormais, toutes les chambres seront équipées en électricité pour assurer un traitement médical adéquat aux malades. »

    Chacune des unités de stockage a une durée de vie utile d'au moins cinq ans et bénéficie d'un régulateur électronique capable de contrôler à la fois la charge et la libération d'énergie de chacune des batteries, ce qui prolonge considérablement sa durée.

    Cette unité de contrôle est capable de détecter les anomalies et peut être contrôlée à distance grâce à une connexion Internet. Tout est prévu pour garantir un approvisionnement continu et autonome en électricité.

    Auparavant, nous devions parfois opérer dans l'obscurité, car il n'y avait pas de lumière dans l'ensemble du centre.
    Dr Pacifique, directeur de l'hôpital de Kigulube

    Les équipes de MSF ont dû relever le défi de transporter tout cet équipement depuis l'Europe vers un coin reculé de l'Afrique. « Les panneaux ont voyagé par bateau à travers le canal de Suez vers la Tanzanie, où ils ont été déchargés au port de Dar es-Salaam », explique Miguel Balbastre.

    « De là, ils ont traversé en camion la Tanzanie et le Rwanda jusqu'à atteindre la ville frontalière de Goma, en RDC. Ils ont alors traversé le lac Kivu en bateau jusqu'à la ville de Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, d'où ils sont partis en hélicoptère jusqu'à la région de Mulungu. Enfin, une cinquantaine de porteurs les ont emmenés à pied jusqu’à l'hôpital. »

    Un investissement viable 

    La mise en place d'un tel système nécessite un investissement initial important mais, compte tenu des énormes économies faite sur l'achat et le transport du carburant, les coûts pourraient être amortis en deux ou trois ans. En effet, ce système coûte 95 % de moins par an qu'un système avec générateurs.

    Puisque MSF est une organisation médicale d'urgence, elle va tôt ou tard rediriger ses ressources vers d'autres régions, mais les dizaines de milliers d'habitants de Kusisa et de Kigulube pourront ainsi continuer à profiter d'hôpitaux fonctionnels.

    « Lorsque MSF sera partie, les structure de santé n'auront pas besoin d'argent supplémentaire et ne rencontreront pas les difficultés habituelles. Elles pourront être autonomes et nous veillerons à ce que tout le matériel que nous laisserons puisse continuer à fonctionner », conclut Chiara Domenichini.