× Fermer
MSF Mauritanie Mberra

Mauritanie

MSF remet le projet de santé de Mbéra à l’ONG ALIMA

Vue d’une partie du camp de Mbéra dans le sud-est de la Mauritanie. Août 2018, Mauritanie. © Nyani Quarmyne
Toutes les actualités 
Six ans après l’ouverture de son projet d’urgence dans la zone de Bassikounou, proche de la frontière entre la Mauritanie et le Mali, l’organisation médicale humanitaire MSF a remis les clés du projet à l’ONG internationale ALIMA (Alliance pour l’Action médicale internationale).

    « Malgré la volatilité du contexte, la situation dans le camp de Mbéra et dans les proches districts est aujourd’hui devenue chronique et est beaucoup plus stable qu’à notre arrivée », a déclaré René Colgo, chef de mission pour MSF en Mauritanie. «Nous restons toutefois vigilants sur la situation dans la région et continuerons, en tant qu’organisation médicale d’urgence, de surveiller la situation sanitaire et épidémiologique, afin de pouvoir répondre aux besoins

    Très rapidement après le début de la crise malienne, en février 2012, MSF avait mis en place des activités médicales et nutritionnelles pour prendre en charge les besoins des réfugiés maliens fuyant les régions du centre et du Nord Mali en plein conflit, ainsi que des populations locales. Depuis, les équipes MSF ont offert des soins d'urgence et de santé primaires aux réfugiés du camp de Mbéra et aux communautés hôtes à Bassikounou et Fassala, des localités proches. L’organisation était à la fois à l’œuvre dans les centres de santé de Mbéra, Bassikounou et Fassala, tout en appuyant également 2 autres cliniques dans la zone et l’hôpital régional de Néma du ministère mauritanien de la Santé, afin de permettre aux populations les plus vulnérables de la zone d’accéder gratuitement aux services de santé.

    Entre 2012 et 2018, plus d’un million de consultations ont ainsi été réalisées, par les équipes de MSF et du ministère de la Santé, incluant soins pré- et postnatals, planning familial, obstétrique et néonatalogie, maladies chroniques et infectieuses, et nutrition.

    Plus de 8 500 hospitalisations ont été effectuées à Bassikounou depuis 2013 et près de 1 500 opérations chirurgicales ont été menées depuis 2014, dont des procédures orthopédiques et de chirurgie viscérale, mais aussi des césariennes (un tiers des opérations).

    Au cours de son intervention dans le camp, MSF a mis en place un programme unique de prise en charge des maladies chroniques, dont principalement l’hypertension et le diabète, comprenant une cohorte totale de plus de 1 000 patients.

    En 2017, MSF proposait enfin un soutien en santé mentale aux réfugiés du camp, suivant une cohorte régulière d’environ 100 patients. MSF a également construit une unité d'obstétrique au centre de santé de Barkéol (région d'Assaba) et donné du matériel. 

    Poser les bases pour prendre en charge les plus vulnérables

    En 2018, avant de remettre le projet, une campagne de vaccination multi-antigène au camp de Mbéra et dans tout le district de Bassikounou a également été lancée, comprenant un premier tour en août et un second en octobre dernier.

    Plus de 7 000 enfants de 0 à 5 ans et 18 000 femmes ont été vaccinés, afin de les protéger contre des maladies telles que la rougeole, la tuberculose, la coqueluche, la diphtérie, le tétanos ou encore la  poliomyélite.

    Selon les chiffres du HCR, le camp compte encore près de 57 000 réfugiés maliens (novembre 2018), dont le retour est aujourd’hui encore compromis par la situation au Mali. La situation humanitaire au camp de Mbéra s’est stabilisée au cours des derniers mois, pour laisser place à une réponse axée sur le développement sanitaire et non plus à la réaction purement humanitaire. C’est sur la base de ce constat que les équipes de MSF ont réalisé une passation du projet avec l’ONG ALIMA, fin 2018. L’ONG dispose en effet de l’expérience et des capacités pour travailler à la fois dans les situations d'urgence et de post-urgence, afin de contribuer à la résilience des populations vulnérables.  

    Cette expertise sera notre atout le plus précieux à Bassikounou et dans le camp de Mbéra, dans la prise en charge des populations locales et hôtes.
    Mahaman Saley, coordinateur d'ALIMA pour les urgences et les ouvertures de mission

    Présente sur une dizaine de pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale de 2009, ALIMA reprendra ainsi la suite des activités, en partenariat avec le ministère de la Santé et avec le soutien du HCR. L’organisation MSF, quant à elle, se tient prête pour faire face à de nouvelles urgences humanitaires en Mauritanie, dans la région du Sahel ou ailleurs.

    MSF dans la région du Sahel

    L’organisation médicale humanitaire MSF est présente dans la bande sahélienne depuis 1981, et en Mauritanie depuis 1994, afin de fournir des soins aux populations les plus vulnérables. Aujourd’hui, nos équipes sont présentes sur plus de quinze projets répartis entre le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad, pour fournir des soins de santé primaire aux populations, incluant soins pédiatriques et santé maternelle (pré- et postnatals, planning familial, obstétrique), maladies chroniques et infectieuses, nutrition, chirurgie d’urgence. Des équipes sont également mobilisées dans la région (Mali et Tchad) pour répondre rapidement aux épidémies et autres urgences.