× Fermer
MSF Mexique Route migratoire

Mexique

« Ce pays n’est pas une option pour ma famille »

Un homme lourdement chargé porte un enfant à coté d'un chemin de fer le long d'une des routes migratoires vers les États-Unis. Mexique. Décembre 2018. © Arlette Blanco/MSF
Toutes les actualités 
Actuellement au Mexique, des milliers de migrants et de demandeurs d'asile vivent dans des abris ou dans les rues de Reynosa, Mexicali et Nuevo Laredo, des villes frontalières avec les États-Unis, et sont fortement exposés à la violence. Ils vivent dans l'incertitude car le gouvernement américain les a obligés à rester au Mexique, même pour ceux qui ont déposé légalement leur demande d'asile aux États-Unis. Tous craignent pour leur sécurité et ne voient pas de perspective pour la suite.

    Dans ces villes, les abris où les migrants et les demandeurs d’asile peuvent se réfugier sont rares, et la plupart ont déjà atteint leur capacité d’accueil maximum. Ceux qui n’ont pu trouver une place ont été obligés de dormir dans la rue, avec peu d’argent en poche et aucun accès aux services de santé ou à une assistance légale.

    Omniprésence de la violence dans la région

    Même si l’administration américaine continue d’invoquer « l’état d’urgence » à la frontière mexicaine, la vraie crise se trouve au niveau des traitements inhumains et de la violence terrible subis par les migrants et demandeurs d’asile dans leur pays d’origine. C'est cette violence, qui sévit au Guatemala, au Honduras et au Salvador, qui pousse des milliers de familles à prendre la décision de fuir pour survivre. Pourtant, ces exactions se répètent. Ils ont pris la route pour s’échapper de cette violence, mais plus d'une fois au Mexique, au cours de leur voyage, ils y ont été confrontés à nouveau. 

    « À ce niveau de la frontière, dans la ville de Nuevo Laredo, les kidnappings sont fréquents en ce moment, alors les migrants évitent de passer dans les rues parce que c'est très dangereux », explique Felipe Reyes.

    Faire face à un tumulte d'émotions

    Felipe est psychologue MSF et vient en aide aux migrants, aux demandeurs d'asile et aux Mexicains déportés dans deux refuges de la ville, La Casa Amar et Casa del Migrante Nazaret. Dans ces abris, MSF offre une assistance médicale, psychologique et sociale à des centaines de personnes qui arrivent ici.

    Cette situation est très difficile pour eux, ils doivent gérer tristesse, dépression, sentiment de culpabilité et pensées suicidaires. Ils souffrent de troubles du sommeil et d'anxiété parce que les listes d'attente pour entamer les procédures d'asile sont très longues et qu'il n'y a aucune certitude d’obtenir l’asile.
    Felipe Reyes, psychologue MSF

    Avec ses collègues MSF, Felipe Reyes est chaque jour témoin de ces traumatismes. 

    Volé, agressé, kidnappé - sans savoir vers qui se tourner

    José est hondurien, il a été victime de vols et a subi des agressions pendant son trajet vers le Mexique. Il est parti avec sa sœur et son frère pour atteindre la frontière mexicaine où ils avaient l’intention de déposer leur demande d’asile, car des gangs au Honduras avaient menacés de les tuer. Mais ils n’ont pas trouvé la sécurité au Mexique non plus. Il raconte avec douleur le kidnapping de sa sœur lorsqu’ils sont arrivés à Nuevo Laredo.

    « Quand nous sommes descendus du bus, des hommes nous ont tiré à l’écart mon frère et moi et ont emmené ma sœur ailleurs. Après quelques heures, nous avons été relâchés, mais pas elle. Nous n’avons toujours pas eu de nouvelles depuis. Nous avons payé une rançon de 5 000 dollars, c’était tout ce que nous possédions, mais ils ne l’ont pas libérée. Je ne sais pas qui pourrait nous aider. Nous ne faisons pas confiance à la police. Notre plan était d'entamer le processus de demande d'asile aux États-Unis, mais maintenant, je ne partirai pas d’ici tant que je ne saurai pas ce qui lui est arrivé. » 

    Construire une nouvelle vie - mais le Mexique n'est pas une option

    Pour ces hommes et ces femmes qui ont fui la violence de leur pays d'origine avec leur famille, les équipes MSF observent combien il est difficile pour eux de trouver leur place, leur nouvelle identité. Ils doivent faire cohabiter leur désir de construire une nouvelle vie pour leurs enfants, la terreur dans laquelle ils vivent au Mexique et la peur de devoir retourner dans leur ancien foyer.

    « Depuis deux ans, nous subissons des extorsions, et ce sera le cas jusqu’au jour où nous ne pourrons plus payer. J’ai hypothéqué ma maison et vendu tout le reste », se souvient Margarita, une Guatémaltèque de 36 ans, qui est arrivée à la frontière mexicaine avec son mari et ses trois filles âgées de seize, sept et six ans.

    Mon rêve n’a jamais été le rêve américain. J’ai eu une belle vie avec ma famille mais les gangs ne nous ont pas laissé le choix. Nous voulons respecter les procédures. On nous a donné un visa humanitaire, mais le Mexique n’est pas une option pour nous.
    Margarita, une Guatémaltèque qui a fui son pays à cause de la violence

    Pour cause : elle a failli se faire kidnapper à la gare routière de Nuevo Laredo. « Ils voulaient prendre mes filles. J’ai crié de toutes mes forces et nous avons réussi à nous échapper. Nous allons patienter ici, comme on nous a dit de le faire, avant de déposer une demande d’asile aux États-Unis ». Margarita est résignée : elle sait qu’elle n’a pas d’autre choix pour le moment.

    Malgré son âge, la plus jeune des enfants de Margarita est consciente de la situation difficile qu’à dû traverser sa famille. Quand sa mère lui demande si elle veut retourner au Guatemala, elle répond sans hésitation : « Non, parce que là-bas, ils te tuent. »