× Fermer
Destruction dans la ville de Gaza où les frappes aériennes israéliennes ont tué des centaines de personnes depuis le 10 mai 2021.

Palestine

Gaza : un an après, retour sur les effets dévastateurs des bombardements israéliens

Destruction dans la ville de Gaza où les frappes aériennes israéliennes ont tué des centaines de personnes depuis le 10 mai 2021.© MSF
Toutes les actualités 
Du 10 au 21 mai 2021, des bombardements de l’armée israélienne sur la bande de Gaza ont tué 256 personnes, dont 66 enfants. 2 000 Palestiniens ont été blessés, dont plus de 600 enfants et 400 femmes. Certains ont subi des blessures entraînant une invalidité à long terme telle que la perte d’un membre. En Israël, il y a eu 13 morts et 700 blessés à la suite de tirs de roquettes qui ont eu lieu depuis la bande de Gaza. Trois habitants de Gaza témoignent des blessures ou des violences qu’ils ont subies.

    La plupart des Palestiniens de Gaza ont déjà subi le traumatisme de la guerre, notamment en 2014 et lors de la « Marche du retour »  en 2018. Ce traumatisme - craindre pour sa vie, voir sa maison en ruine et subir des difficultés économiques quotidiennes - a été aggravé par les événements de mai 2021.

    Sur les deux millions de Palestiniens vivant à Gaza, plus de 40 % sont des enfants âgés de 14 ans ou moins. Ces enfants ont vécu toute leur vie sous blocus israélien, ont survécu à trois offensives majeures d'Israël et ont subi des traumatismes répétitifs et continus.

    Un an après, deux patients traités par Médecins Sans Frontières (MSF) et un membre du personnel MSF partagent leurs témoignages pour démontrer les impacts à vie des hostilités de l'année dernière.
     

    Ahmad*, mari de 41 ans et père de quatre enfants

    J'ai été blessé le premier jour des bombardements. J'étais chez moi quand la maison a été touchée. Nous ne savions pas si c'était une bombe ou si quelque chose dans la maison avait explosé. Nous venions d'entendre un bruit massif et la maison a tremblé. C'est alors que j'ai vu ma main presque arrachée, qui pendait au bout de mon bras.

    Toute la famille était réunie, c'était le ramadan. Une partie de la maison a été détruite, deux de mes cousins ​​sont morts et un autre de mes proches est devenu handicapé. L'explosion a été si forte que les voisins ont également été blessés. Le fils du voisin marchait dans la rue et a perdu ses deux yeux. Il n'avait que 9 ans et il ne pourra plus jamais voir. Il jouait juste dehors.

    Les gens essayaient de mettre les victimes dans des voitures. Les ambulances ne pouvaient pas nous atteindre, car les bombes tombaient de partout. J'étais dans une voiture avec 4 autres victimes. L'une d'elles était l'enfant d'un voisin. Elle est morte sur les genoux de son père, juste à côté de moi, sur le chemin de l'hôpital. Nous ne savions pas si nous arriverions vivants à l'hôpital : autour de nous, tout avait été bombardé.

    J'ai finalement atteint l'hôpital Al-Shifa et une semaine après, j'ai été transféré à l'hôpital MSF Al-Awda. Dans les deux hôpitaux, ils craignaient que les bombes ne nous touchent.

    J'ai eu 8 interventions chirurgicales différentes et ma main a été amputée. Pendant que j'étais à l'hôpital, je craignais pour ma famille. Leur santé mentale a été profondément affectée et les bruits forts font encore pleurer mes deux plus jeunes enfants. Ma mère est celle qui a le plus souffert. Elle a fait une dépression nerveuse et est maintenant prise en charge par des professionnels de la santé mentale. Elle ne peut toujours pas en parler sans faire une crise de panique.

    Ce qui fait le plus mal, c'est que je ne peux pas subvenir aux besoins de ma famille. J'étais chauffeur et je ne peux pas conduire sans ma main. J'étais responsable non seulement de ma femme et de mes enfants, mais aussi de mes parents âgés. Ahmad*, un mari de 41 ans et père de quatre enfants

    J'étais censé recevoir une prothèse de main, mais à cause du blocus, je n'ai aucune idée de la date à laquelle cela va arriver.

    Parfois, je me demande pourquoi j'ai survécu. J'aurais aimé mourir avec les autres, pour pouvoir enfin quitter Gaza. La mort est la seule issue.

    Mohammad*, mari de 36 ans et père de deux filles et d'un garçon. Il a perdu son fils pendant les bombardements

    C'était le premier jour des bombardements. J'étais devant chez moi avec mon fils, quand un missile a touché la voiture, à moins d'un mètre de nous. Je ne me souviens pas exactement de l'ordre des événements, mais j'ai ensuite vu que mes jambes étaient blessées. Quand j'ai regardé sur le côté, mon garçon était inconscient. Son abdomen était ouvert et ses deux mains avaient disparu. J'ai commencé à crier. Ma femme et mes deux filles étaient dans la maison et sont arrivées en courant. Elles criaient aussi. Il y avait beaucoup de blessés autour de nous et aucune ambulance en vue.

    Les voisins emmenaient les morts et les blessés dans leurs voitures, se précipitant vers l'hôpital. Mon fils est parti le premier en voiture, mais je pense qu'il était déjà mort à ce moment-là. Il n'y avait pas de place pour moi dans ce véhicule. J'ai été transporté dans un autre, avec trois autres personnes grièvement blessées. J'ai dû me mettre dans le coffre avec mes jambes pendantes.

    La route vers l'hôpital ressemblait à l'enfer sur terre. Partout où nous regardions, c'était détruit, il y avait des incendies partout, des bombes continuaient de tomber du ciel. La moitié de Gaza a été bombardée.

    Ce n'était pas comme les autres guerres que j'ai vues auparavant. Ils visaient des civils, il n'y avait nulle part où fuir. Les flammes étaient partout. Après cela, ma famille a été complètement détruite. Ma femme m'a quitté. Elle a fait une dépression nerveuse dont elle ne s'est jamais remise. Mohammad*, mari de 36 ans et père de deux filles et d'un garçon. Il a perdu son fils pendant les bombardements

    Elle m'a reproché la mort de notre fils. Une seule de mes filles est restée avec moi. Cela fait un an maintenant et je suis toujours coincé dans un lit d'hôpital. J'ai subi tellement de chirurgies et d'interventions que j'en ai perdu le compte. Je souris parce que je ne peux rien faire d'autre, j'ai besoin de sourire.

    Ashraf*, membre du personnel de MSF âgé de 30 ans, marié et père de deux enfants

    En mai 2021, lorsque les bombardements ont commencé, mes enfants avaient peur et criaient. Rien de ce que nous disions ne pouvait les calmer. J'ai essayé de leur mentir, en disant que c'étaient des feux d'artifice, mais ma fille pouvait voir que je ne disais pas la vérité. Elle a dit que les feux d'artifice n'étaient jamais aussi bruyants et qu'ils avaient de jolies couleurs. Ceux-ci faisaient trop de bruit et tout ce qu'elle pouvait voir, c'était le feu autour de notre immeuble.

    Je pense que ma plus grande peur était de perdre ma famille. Je travaille pour MSF et ma femme est professionnelle de santé. Nous devions nous relayer pour aller à l'hôpital pendant que l’autre gardait les enfants.

    Pendant que j’étais à l'hôpital, j'étais constamment inquiet, j’avais peur que mon téléphone sonne et que quelqu'un me dise que ma famille était morte. Ashraf*, membre du personnel de MSF âgé de 30 ans, marié et père de deux enfants

    Les ambulances de MSF ne pouvaient pas bouger. Ils ciblaient tout. Même l'hôpital n'était pas sûr. Pendant que nous étions au bloc opératoire, des bombes tombaient autour de nous. Des frappes aériennes ciblaient un bâtiment au nord de l'hôpital, à moins de 300 mètres. D’autres visaient un lieu situé à 100 mètres au sud. La salle d'opération tremblait constamment, comme s'il y avait un tremblement de terre. Nous avions peur d'être la prochaine cible.

    Je n'avais jamais vu une telle intensité de bombardements lors des attaques précédentes. C'était une pluie de missiles, une pluie battante. Des bombes à chaque seconde, partout. Gaza semblait être complètement en feu. Sur le chemin de l'hôpital, nous avons pu voir les bâtiments au milieu de la ville, complètement détruits, et des corps dans les rues. Une majorité de ces bâtiments abritaient de nombreuses familles.

    Dans les hôpitaux, une foule de personnes est arrivée avec de nombreuses blessures différentes. Une fois de plus, Gaza a été submergée par l’attaque massive d'Israël. Il n'y avait pas assez de sang pour les transfusions, nous n'avions pas assez de moyens pour les soins intensifs. Nous ne pouvions tout simplement pas traiter autant de personnes en même temps. Notre objectif était simplement de sauver autant de vies que possible sur place. La septicémie était partout, tout comme les transmissions potentielles de Covid-19 et d'autres maladies.

    C'était plus court que les attaques précédentes, mais beaucoup plus intense. Rien de ce que nous avions appris des escalades de violences passées ne nous a aidé cette fois-ci. Nous attendions tous notre tour pour mourir. Avant, on avait des pauses avec les bombardements, des couloirs humanitaires.

    Faites un don