× Fermer

Haïti

L’héritage du Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique de MSF à Tabarre

Recherche opérationnelle 
Les accidents de la route, les affrontements entre gangs et les cambriolages sont à l’origine de nombreux traumatismes accidentels et violents chez les habitants de la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Pour traiter ces victimes, MSF offre des soins traumatologiques spécialisés et pratique des opérations de chirurgie orthopédique dans la communauté de Tabarre depuis 2012.

    « Je n’ai été distrait que quelques instants mais cela à suffit à ce que mon bras se fasse écraser », raconte Derlens (9 ans). Après un accident avec une machine à pain, il a été conduit au Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique de MSF à Tabarre, en Haïti, où il a reçu des soins intégrés durant ses deux mois d’hospitalisation. « Après l’accident, j’avais très peur. Je pensais que j’allais perdre ma main. Mais maintenant, je suis guéri et je peux de nouveau l’utiliser », continue Derlens, dont la main refonctionne presque normalement.

    Le Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique de MSF à Tabarre est un centre spécialisé construit en 2012, à la suite du séisme de 2010. Le centre assure la prise en charge intégrée des habitants de la communauté urbaine de Tabarre victimes de traumatismes : urgences, chirurgie, hospitalisation et soins ambulatoires, kinésithérapie, soutien à la santé mentale et services sociaux. En raison des accidents de la route, des affrontements entre gangs armés et des cambriolages, on observe un taux très élevé de traumatismes accidentels et violents à Port-au-Prince et de nombreux patients arrivent avec de graves blessures et des fractures complexes.

    Les fractures et luxations au niveau des bras et des jambes peuvent généralement être traitées à l’aide de fixateurs internes et externes. Dans le cas de la fixation interne, on place des implants, comme des vis, des clous ou des plaques, dans l’os pour stabiliser la fracture et lui permettre de se résorber. Les fixateurs externes sont utilisés pour traiter les fractures ouvertes, qui présentent un risque d’infection plus élevé lorsque le traitement est retardé. Cette technique consiste à insérer des broches dans l’os sain à travers la peau et à soutenir ces broches avec un cadre externe rigide pour réduire la fracture et stabiliser l’os cassé. Depuis 2012, le Centre traumatologique de Tabarre a réalisé plus de 8 500 interventions orthopédiques, dont plus de 3 000 impliquant la pose de fixateurs externes. 

    En 2019, MSF devrait mettre un terme à ses opérations à Tabarre. Les soins traumatologiques seront dès lors fournis par les institutions sanitaires locales. Pour rendre compte du travail novateur de MSF dans le domaine du traitement des fractures avec des fixateurs internes et externes dans un contexte humanitaire pauvre en ressources, une étude de recherche opérationnelle a été menée.  Ses conclusions montrent que le programme chirurgical et traumatologique de MSF a fait la différence pour les victimes de traumatisme qui ont subi une intervention de chirurgie orthopédique, et explique comment les enseignements tirés dans le cadre du projet de Tabarre pourraient être appliqués à des contextes humanitaires similaires dans le reste du monde.

    Des données sur plus de 150 patients – dont les méthodes de traitement et les résultats des interventions chirurgicales impliquant la pose de fixateurs externes – ont été collectées et analysées entre 2016 et 2017. Bien que la majorité des victimes de traumatisme n’aient pas été emmenées directement aux urgences, la plupart d’entre elles ont été opérées dès leur arrivée ou le lendemain. La majorité des patients souffraient de fractures ouvertes de la plus grave catégorie, mais une amputation n’a dû être pratiquée que dans six cas et un seul patient est décédé durant l’opération en raison de blessures graves et multiples. Étant donné la gravité et la complexité des blessures, ainsi que le contexte difficile, ces taux d’amputation et de mortalité peuvent être considérés comme faibles.

    Grâce à une prévention et un contrôle efficace des infections, des procédures cliniques rigoureuses comme le nettoyage des plaies et un faible taux de conversion des fixateurs externes en fixateurs internes, seul un petit pourcentage seulement des patients a présenté des infections au niveau des plaies. Les patients ont également suivi des séances de kinésithérapie et bon nombre d’entre eux ont observé une nette amélioration du fonctionnement de leur membre ainsi qu’une diminution de la douleur, démontrant ainsi l’effet positif des mesures de réadaptation post-opératoire précoces à Tabarre.

    Les résultats prometteurs de l’approche chirurgicale de MSF à Tabarre démontrent qu’il est possible de réaliser des interventions chirurgicales complexes et de fournir des soins traumatologiques de qualité dans des contextes pauvres en ressources caractérisés par des violences urbaines. Grâce à son programme de résidence, le Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique a aussi formé des chirurgiens généralistes et orthopédiques haïtiens.

    Destiné à être temporaire, le Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique de MSF à Tabarre fermera ses portes mi-2019. Il aura permis de traiter avec succès des milliers de patients, de rassurer leur famille et de former des médecins et chirurgiens qui continueront à prendre soin des patients à Port-au-Prince.

    Photo principale : Depuis 2012, MSF assure une prise en charge globale des soins traumatologiques dans son Centre d’urgence chirurgicale et traumatologique de Tabarre, en Haïti. © Christophe Hebting/MSF