× Fermer
Migrants also use the shelters to gather information on routes to continue on their way through Mexico. © Juan Carlos Tomasi

Honduras, Mexique

Février - Amérique centrale

 

    Des migrants consultent cette carte pour identifier l’itinéraire qu’ils vont suivre pour continuer à fuir les violences dont ils sont victimes. Nous sommes alors en février 2018, et ils font une escale à la 72, un centre d’accueil pour migrants dans le sud du Mexique, où ils peuvent se reposer, se restaurer, bénéficier de soins et avoir accès à internet et à un téléphone.

    Chaque année, quelques 500 000 personnes fuient les pays d’Amérique centrale, déplacées par les menaces, l’extorsion, le recrutement forcé dans des gangs, et un taux d’homicide comparable à ceux de pays en guerre. Bon nombre d’entre elles n’ont d’autre choix que d’entamer un périple dangereux vers le nord, dans l’espoir de rejoindre les États-Unis pour y vivre en sécurité, au risque d’être grièvement blessées, ou de trouver la mort en chemin.

    En réponse, MSF dispense des soins médicaux et psychosociaux en gérant des projets dans des hôpitaux, des cliniques, ainsi que dans des camps de migrants le long des routes du nord.

    Les services psychologiques sont indispensables ici. Si vous arrivez avec une blessure par balle, nous pouvons vous soigner, mais la blessure psychologique associée à ce traumatisme n’est pas toujours visible. Je rencontre des gens dont le deuil n’est pas fait, qui souffrent d’anxiété et de troubles dépressifs ou qui ont subi des violences sexuelles et domestiques.
    Brenda Villacorta, psychologue de MSF

    Photo principale : les migrants utilisent les refuges pour recueillir des informations sur les itinéraires à suivre pour continuer leur route à travers le Mexique. Février 2018. © Juan Carlos Tomasi