× Fermer
Un garçon est soigné à l'extérieur de l'hôpital général des Cayes

Haïti

HAÏTI SOUS LES DÉCOMBRES : MSF INTENSIFIE SA RÉPONSE AUX BESOINS MÉDICAUX URGENTS

Un garçon est soigné à l'extérieur de l'hôpital général des Cayes, après le seisme le 15 août 2021 aux Cayes, en Haïti. © Richard Pierrin/ Getty Images/ AFP
Communiqués de presse 
En réponse au séisme de magnitude 7,2 qui a frappé la région sud d'Haïti le 14 août et au passage de la tempête tropicale Grace, provoquant de fortes pluies, jusqu'à 25 centimètres et des inondations le 17 août, un plan d’urgence est mis en place en plus des projets que nos équipes mènent déjà à Haïti depuis plus de 30 ans, comme à l’hôpital de Tabarre à Port-au-Prince.

    Dernière mise à jour : 3 septembre - Le bilan est désormais de plus de 2 200 morts et, selon l'Office de la protection civile d'Haïti, de plus de 12 200 blessés (au 25 août). La Direction générale de la protection civile haïtienne indique que 137 000 familles ont été touchées dans les départements de la Grand'Anse, des Nippes et du Sud. Selon l'OCHA, environ 650 000 personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence.

    En termes de construction, près de 53 000 maisons détruites et plus de 77 000 maisons endommagées dans les provinces mentionnées ci-dessus, laissant des milliers de personnes sans abri. De nombreux bâtiments publics sont endommagés ou effondrés et de nombreuses municipalités dans les zones touchées restent isolées du reste du pays. Du lundi 16 août au soir au mardi 17 août au matin, la tempête tropicale Grace est passée par le sud de la péninsule, provoquant des pluies extrêmement fortes, jusqu'à 25 centimètres, et des inondations. La tempête a compliqué les opérations de sauvetage en rendant davantage de zones inaccessibles et en mettant en danger les tentes et les structures temporaires utilisées pour les soins médicaux d'urgence, l'aide et les abris.

    Selon l'OMS, 79 établissements de santé ont été endommagés ou détruits par le tremblement de terre (au 30 août). De nombreux hôpitaux ont dû évacuer leurs patients, et les établissements qui continuent de fonctionner sont débordés et manquent d'équipements médicaux et de médicaments. Selon les premières évaluations de l'UN OCHA, 36 établissements de santé ont été endommagés ou détruits par le tremblement de terre. De nombreux hôpitaux ont dû évacuer leurs patients. Les établissements qui continuent à fonctionner sont débordés et manquent d'équipements médicaux et de médicaments.

    La réponse de MSF

    MSF compte plus de 100 membres du personnel international et plus de 1 260 membres du personnel haïtien travaillant en Haïti sur nos programmes réguliers et notre réponse d'urgence.

    Les équipes sur le terrain apportent leur soutien aux structures de santé locales dans toutes les régions touchées et fournissent des soins de stabilisation et chirurgicaux aux patients qui parviennent à atteindre nos propres structures à Port-au-Prince.

    Le week-end du 20 août, l'équipe de MSF Supply à Bruxelles a envoyé 100 tonnes de matériel à destination d'Haïti via deux avions. La cargaison comprend des articles pour mettre en place des structures médicales d'urgence et des bureaux pour nos opérations à l'aide de tentes ; des matériaux pour installer des systèmes d'approvisionnement d'urgence en eau potable et des fournitures médicales pour les soins de 30 000 patients, y compris des articles pour la stabilisation, les premiers soins, la vaccination et la collecte de sang. 

    L'équipe Supply de MSF à Amsterdam a envoyé 58 tonnes de matériel à Haïti par avion et par mer (36 tonnes par avion, 22 tonnes par mer). La première cargaison par avion est arrivée le 24 août. Cette cargaison comprend des fournitures médicales, des systèmes d'approvisionnement en eau potable, des articles non alimentaires et du matériel logistique comme des équipements de communication, des véhicules, etc.

    Le personnel international d'urgence, notamment les coordinateurs d'urgence, les équipes médicales (y compris les chirurgiens traumatologues) et les experts en eau et assainissement/logistique sont arrivés en Haïti.

    Dans les premières heures qui ont suivi le séisme, l'équipe MSF basée à Port-à-Piment et une équipe médicale d'urgence de Port-au-Prince ont commencé à aider les patients blessés dans la province du Sud. L'hôpital de Port-à-Piment, où MSF gère un projet de santé sexuelle et reproductive, a été endommagé. Les patients, pour la plupart venus pour des soins de maternité, ont été évacués vers une tente où notre équipe continue de prodiguer des soins. MSF a construit une nouvelle structure pour abriter l'hôpital local et ses propres services jusqu'à ce qu'une solution à long terme soit trouvée.

    Aux Cayes, la capitale de la province du Sud, une équipe MSF est arrivée à l'Hôpital Immaculée Conception (HIC) le 20 août pour donner du matériel médical, et une équipe médicale MSF a commencé à travailler dans l'hôpital le 23 août. Au 31 août, l'équipe avait participé à 88 opérations chirurgicales pour des survivants du séisme et pour des personnes ayant d'autres besoins chirurgicaux. MSF fournit également des soins postopératoires et de santé mentale. MSF a installé cinq tentes à l'extérieur de l'hôpital pour ajouter 40 lits de patients en raison des besoins médicaux élevés. MSF gère également des cliniques mobiles et mène des activités d'approvisionnement en eau et d'assainissement dans plusieurs camps informels qui accueillent des milliers de personnes déplacées par le séisme et les catastrophes naturelles précédentes. MSF a fourni des dons, tels que des tentes et du matériel médical, à différents hôpitaux des Cayes pour assurer la poursuite des activités médicales.

    Depuis le 23 août, MSF organise également des cliniques mobiles quotidiennes dans les zones rurales et reculées les plus durement touchées par le séisme, où de nombreuses personnes blessées ou souffrant d'autres pathologies n'ont pas pu atteindre des centres de soins opérationnels pendant des semaines. Les cliniques mobiles de MSF se concentrent sur la fourniture de services de soins de santé primaires et sur le transport des patients souffrant de pathologies plus graves vers des structures en état de marche, lorsque cela est possible. Outre les blessures causées par le séisme et les plaies et infections qui en découlent, les patients des cliniques mobiles souffrent souvent d'infections respiratoires et vaginales, d'affections cutanées, de signes de malnutrition et d'autres maladies associées aux mauvaises conditions de vie et au manque d'accès à l'eau et aux services d'hygiène. MSF a également commencé à proposer des consultations de santé mentale dans ses cliniques mobiles.

    Aujourd'hui, la réponse de MSF dans le département des Nippes est centrée sur Baradères et ses environs, à l'ouest du département des Nippes, avec une population d'environ 52 000 habitants. Il s'agit d'une zone montagneuse isolée, aux routes difficiles, et donc difficile d'accès. Les dommages causés aux infrastructures de santé et aux systèmes d'approvisionnement en eau sont importants à Baradères et touchent l'ensemble de la population.  En plus des dommages aux infrastructures publiques, environ 6 120 familles ont vu leur maison endommagée ou détruite, ce qui oblige les gens à dormir dehors ou sous des abris de fortune. Deux semaines après le tremblement de terre, les équipes identifient toujours les patients qui ont besoin d'être référés en raison de blessures dues au tremblement de terre et facilitent ces transferts. À l'heure actuelle, la réponse comporte trois volets principaux :

    • Premièrement, assurer l'accès aux soins de santé en soutenant les établissements de santé et en faisant fonctionner des cliniques mobiles dans les endroits reculés des villages et des montagnes environnants. La destruction et l'endommagement des maisons, des centres de santé et des installations sanitaires suscitent des inquiétudes quant à l'apparition potentielle, au lendemain du séisme, de maladies infectieuses telles que la rougeole, la diphtérie, le choléra et les infections des voies respiratoires.
    • Deuxièmement, l'approvisionnement en eau potable. Nous sommes en train de mettre en place une usine de traitement d'urgence des eaux de surface afin de fournir immédiatement de l'eau potable et, par ailleurs, nous envisageons de réparer les infrastructures hydrauliques qui ont été endommagées par le tremblement de terre.
    • Enfin, nous fournissons des abris et des articles non alimentaires (NFI), tels que des jerrycans, des bâches en plastique, des cordes, des couvertures et du savon, aux familles dont les maisons ont été endommagées ou détruites. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur les familles les plus vulnérables et, une fois l'ensemble de nos fournitures en place, nous visons à distribuer les NFI à plus grande échelle.

    En outre, les équipes se concentrent sur l'engagement communautaire ainsi que sur la promotion de la santé afin de comprendre les besoins de la communauté, de sensibiliser et d'accepter le travail de MSF, et de partager des messages de santé liés aux maladies infectieuses, à l'eau et à l'assainissement.

    Certaines voies d'accès, comme la route entre Les Cayes et Jérémie, sont sérieusement endommagées et compliquent le déploiement de l'aide. MSF se prépare à transporter des fournitures par voie aérienne et maritime en raison des difficultés rencontrées sur la route. Au 29 août, l'équipe chirurgicale avait soigné 90 patients, pratiquant 113 opérations chirurgicales ou posant des plâtres ou des attelles. MSF fournit également des soins postopératoires et de santé mentale. Dans les communes les plus touchées de Pestel, à trois heures de route de Jérémie, MSF a fait don de fournitures au centre de santé local et a orienté plusieurs patients vers Les Cayes ou Jérémie. Le 30 août, MSF a mené une clinique mobile à Carrefour Citron, à environ 20 minutes de route de Pestel, et a reçu 110 patients, pour la plupart pour des problèmes de santé qui ne sont pas directement liés au séisme.

    À Port-au-Prince, le séisme n'a heureusement pas endommagé d'infrastructures ou de bâtiments. Cependant, des patients blessés provenant des zones touchées sont venus en ville pour être soignés.

    MSF soigne les blessés dans notre hôpital de traumatologie de Tabarre. Lorsque le séisme a frappé, la plupart des lits de l'hôpital de Tabarre étaient déjà occupés par ses patients brûlés et traumatisés. L'hôpital a alors reçu en quelques jours un total de 70 survivants du tremblement de terre, dont 48 ont été admis pour une opération ou un autre traitement. Les besoins dépassant la capacité normale de l'hôpital (70 lits), le personnel a ajouté 19 lits dans les zones couvertes de la cour et ailleurs dans le bâtiment pour accueillir les patients supplémentaires.

    Le 15 août, MSF a commencé à fournir des soins de stabilisation aux patients blessés dans un nouveau centre d'urgence situé dans le quartier de Turgeau à Port-au-Prince, au Centre intégré de diagnostic et de traitement, communément appelé Hôpital du Sacré-Cœur, dont l'ouverture n'était prévue que plus tard dans la semaine. Pour faire face à une éventuelle pénurie de sang, MSF a rapidement lancé une campagne de collecte de sang à Turgeau le 14 août, quelques heures seulement après le séisme, en partenariat avec les autorités locales.

    MSF in Haiti

    MSF est présent en Haïti depuis plus de 30 ans. Nos activités régulières se poursuivent, notamment à l'hôpital de Tabarre à Port-au-Prince, où MSF soigne des patients gravement brûlés ainsi que des personnes dont la vie est en danger. MSF fournit également des soins de santé maternelle, sexuelle et reproductive à Port-a-Piment, dans la province du Sud d'Haïti, et traite les victimes de violences sexuelles et sexistes à Port-au-Prince et aux Gonaïves. 

    Après plus de 15 ans, MSF a été contraint de fermer son centre d'urgence de Martissant, à Port-au-Prince, après qu'un groupe armé ait tiré sur l'établissement le 26 juin 2021, mettant en danger le personnel médical et les patients. Le centre a été temporairement relocalisé dans le quartier de Turgeau. Plus tôt dans l'année, MSF a été contraint de déplacer son hôpital pour brûlés de Drouillard à Tabarre en raison de l'insécurité.

    Environ 650 000 personnes ayant besoin d'une aide humanitaire d'urgence

    Faites un don