× Fermer
Les équipes MSF apportent un soutien en santé mentale aux personnes qui ont fui les bombardements intenses dans le sud et l'est de l'Ukraine. Mai, 2022

Ukraine

100 jours de guerre en Ukraine : Les besoins en santé mentale augmentent drastiquement

Les équipes MSF apportent un soutien en santé mentale aux personnes qui ont fui les bombardements intenses dans le sud et l'est de l'Ukraine. Mai, 2022 © MSF
Communiqués de presse 
Après 100 jours de guerre en Ukraine (3 juin), l'organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières (MSF) apporte un soutien en matière de santé mentale dans les abris pour personnes déplacées, dans les cliniques mobiles des villages isolés et dans les stations de métro des villes. Ces derniers mois, MSF a observé que la guerre, en particulier les bombardements aveugles et l'occupation militaire de certaines zones, a provoqué de graves problèmes psychologiques chez les hommes, les femmes et les enfants.

    Les symptômes les plus courants observés par les psychologues de MSF sont le stress chronique, l'anxiété, les attaques de panique, les problèmes de sommeil, l'insomnie chez les adultes, la peur des sons forts, la perte d'appétit, ainsi que l'énurésie et les cauchemars chez les enfants. À ce jour, les équipes de MSF ont dispensé plus de 100 formations en santé mentale aux prestataires de soins de santé du pays afin venir en aide aux personnes touchées par la guerre.

    En Ukraine, les personnes qui échappent aux bombardements, vivent avec des blessures de guerre ou s'inquiètent pour leurs proches dans les zones de conflit ; en général ils ne tiennent pas compte de leur santé mentale, expliquent les psychologues de MSF. Par conséquent, les conséquences psychologiques du conflit actuel peuvent sembler invisibles, mais cela ne signifie pas qu'elles ne sont pas là.

     « De nombreux enfants que nous avons vus et qui ont assisté à des explosions de bombes, souffrent aujourd’hui d'insomnie, d'énurésie et de cauchemars », explique Oksana Vykhivska, superviseur de la santé mentale de MSF à Kiev. « Les personnes âgées, qui se retrouvent souvent seules après avoir été séparées de leurs proches, sont constamment anxieuses et fondent en larmes. »

    Entre mi-avril et mi-mai, MSF a mené plus de 1 000 séances de santé mentale individuelles et collectives en Ukraine. MSF a observé que de nombreuses victimes souffrent de peur intense, de stress constant, d'inquiétude persistante, de désespoir ou de crises de panique.

    Les équipes MSF ont organisé des consultations avec des personnes déplacées à Berehove, Kharkiv, Chernihiv, Vinnytsia, Ivano-Frankivsk, Uzhhorod, Kropyvnytskyi, Dnipro et Zaporizhzhia.

    Parmi ces personnes, les plus vulnérables, comme les personnes âgées, sont très souvent isolées ; elles ont été séparées de leurs voisins et de leurs proches qui constituaient un précieux soutien au quotidien. Parallèlement, les enfants captent souvent le stress des adultes de leur entourage proche. 

    « Lutter contre la peur de la mort »

    Kateryna a dû fuir sa maison d’Irpin avec sa mère lorsque leur village a été attaqué. Elles ont été évacuées et vivent désormais dans un abri à Mukachevo, dans l'extrême ouest de l'Ukraine. Ici, Kateryna voit un psychologue de MSF - elle souffre de crises de panique depuis qu'elle a fui son village.

    L'une des choses contre lesquelles je lutte est la peur de la mort. J'ai peur de ne pas réussir à faire quelque chose, ou de faire quelque chose de mal et de ne pas y arriver. J'y pense encore et encore, et cela m'empêche de faire quoi que ce soit », dit-elle.

    Ici, les psychologues tentent de stabiliser les patients en identifiant les problèmes auxquels ils sont confrontés, puis ils les aident à trouver des mécanismes d'adaptation.

    À Berehove, les psychologues de MSF travaillent avec les enfants qui ont été évacués des zones de conflit - du 4 avril au 20 mai, 375 enfants ont participé à des séances de santé mentale collectives et individuelles ici. Les enfants présentent des symptômes dus aux traumatismes qu'ils ont subis avant et pendant leur évacuation : comme l'anxiété, une faible estime de soi, des crises de panique et du chagrin.

    Besoin de plus de soutien en matière de santé mentale

    Bien que MSF fournisse un soutien en matière de santé mentale et une formation supplémentaire au personnel psychologique des établissements médicaux en Ukraine, il reste encore beaucoup à faire.

    « Nous devons voir une augmentation urgente la prise en charge des patients souffrant de troubles mentaux dans tout le pays », déclare Vykhivska.

    « Le système de santé national, comme les autres organisations médicales doivent veiller à ce que la réponse aux besoins en matière de santé mentale et les ressources qui la sous-tendent atteignent les personnes les plus vulnérables, en particulier dans les zones rurales, où les gens sont souvent coupés du monde et n'ont pas accès aux structures médicales. »

    Il est crucial que ce soutien soit apporté aux personnes là où elles se trouvent et qu'il implique une collaboration étroite avec les communautés afin que toutes les personnes ayant besoin d'aide la reçoivent.

    Faites un don