× Fermer
Le docteur Tatiana Azarova lors d'une consultation avec un patient dans la clinique mobile MSF

MSF souligne la nécessité d’une couverture sanitaire universelle

Le docteur Tatiana Azarova lors d'une consultation avec un patient dans la clinique mobile MSF de Pavlopil, en Ukraine. © Maurice Ressel
Au Luxembourg 
Dans une lettre ouverte, MSF aux côtés de 12 organismes de la société civile interpellent les ministres de la Famille, de la Santé, de l'Immigration et de la Sécurité sociale, sur les inégalités d'accès aux soins au Grand-Duché de Luxembourg. Les mineurs, les jeunes précaires, ou encore les sans-papiers doivent être couverts par la Caisse nationale de santé (CNS), estiment-ils dans une lettre ouverte publiée le 29 juin 2021.

    Les membres du groupe de travail Santé au sein du « Ronnen Dësch » demandent à ce que « l'accès gratuit aux soins » soit garanti pour tous au Luxembourg. La lettre pointe notamment du doigt le sort réservé aux jeunes de moins de 25 ans dans une situation précaire. « Non scolarisés » et ne percevant pas le Revis, la prise en charge de leurs soins par la CNS « n'est pas garantie » selon les signataires. MSF et leurs cosignataires pointent également du doigt la situation des personnes en situation irrégulière, à commencer par les mineurs.

    Lisez la lettre en cliquant ici

                                                                      Luxembourg, le 29 juin 2021

    Madame Corinne Cahen, Ministre de la Famille, de l'Intégration et à la Grande Région

    Madame Paulette Lenert, Ministre de la Santé

    Monsieur Jean Asselborn, Ministre de l'Immigration 

    Monsieur Romain Schneider, Ministre de la Sécurité Sociale 

    Concerne:  Couverture Sanitaire Universelle

    Mesdames, Messieurs les Ministres,

    Les soussignés apprécient les efforts menés par le  gouvernement pour lutter contre la pandémie du Covid-19.

    Le souci des plus démunis a fait partie de vos préoccupations et nous vous en remercions.

    La pandémie a cependant aussi fait ressortir l'impossibilité ou les obstacles pour l'accès aux soins de certaines parties de la population résidente.

    Le concept de  couverture sanitaire universelle a amené les soussignés, réunis dans le groupe de travail d'expert du terrain SANTE du RONNEN DESCH, à analyser la situation et à faire des propositions concrètes.

    Comme l'accord de coalition évoque un accès universel et solidaire aux soins de santé, les soussignés se permettent de vous faire part de leurs considérations.

    La prise en charge de l'assurance maladie par l’État des mineurs est garantie par la convention des droits de l'enfant. Ce droit est consacré dans notre législation. Toutefois, il s'interrompt à l'âge de 18 ans.

    Par contre, la prise en charge des jeunes de moins de 25 ans non scolarisés et non bénéficiaires du REVIS n'est pas garantie. Il en est de même des déboutés du droit d'asile, des personnes en attente d'un transfert DUBLIN ou des personnes sans inscription au registre principal des personnes physiques et sans adresse de référence. La situation des personnes sans couverture d'assurance maladie doit trouver une issue. 

    De même, les personnes en situation de séjour irrégulier relèvent du souci de santé publique. Comme vous l'avez lu, nous avons indiqué des pistes existantes, telle la "Gesondheetshëllef": une mesure qui permettrait la prise en charge des personnes vivant au Luxembourg, mais vulnérables et exclues de l'assurance maladie. 

    Le volet du tiers payant semble progresser et nous nous en félicitons. 

    Vous trouverez, joint à ce courrier, l'ensemble des recommandations que nous proposons en faveur de la mise en place de la Couverture sanitaire universelle au Luxembourg.

    Nous avons eu l'occasion de discuter ces propositions avec l'AMMD, l'Entente des Offices Sociaux, le LCGB, l'OGBL, la Patientevertriedung et l'UEL en y recueillant à chaque fois un écho très positif. 

    Nous avons eu aussi l'occasion de vous les présenter de vive voix, respectivement à vos services: une fois encore un accueil très favorable leur a été réservé. 

    Une approche globale de la santé pour tous doit également comprendre  le traitement des traumatismes tout comme l'interprétariat dans les services sociaux et de santé, de même que des services d'écrivain public permettant à des populations fragiles de comprendre et de s'exprimer. 

    Le moment d'agir est arrivé 

    Nous sommes bien conscients que vos efforts se sont concentrés sur la lutte contre la pandémie. Comme nous pensons que la lutte contre le Covid-19 et l'instauration d'une couverture de santé universelle sont des mesures complémentaires, nous souhaitons remettre ce questionnement au centre des débats. 

    Et nous réaffirmons par la présente notre volonté et disponibilité à contribuer à la mise en place de l'éventail des mesures pouvant garantir un accès aux soins pour toutes et tous.

    Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs les Ministres, l’expression de nos salutations très distinguées.

    Les signataires

    Ainhoa Achutegui (Planning Familial), Cassie Adelaide (Passerell), Dr Guy Berchem (Médecins sans Frontières), Nadine Conrardy (Croix-Rouge luxembourgeoise), Marc Crochet (Caritas), Carole Devaux (Comité de surveillance du SIDA), Christine Garnier (Centre LGBTIQ+ CIGALE), Serge Kollwelter (Ronnen Desch), Sosthène Lembella (CLAE), René Meneghetti (Suchtverband), Raoul Schaaf, (CNDS), European Anti Poverty Network - Letzebuerg, Dr Bernard Thill (Médecins du Monde), Laura Zuccoli (Asti).