× Fermer
Épidémie, coronavirus, prévention

Épidémie de coronavirus : que font les équipes MSF ?

Matériel envoyé vers Hong Kong par MSF depuis MSF Supply, centre d'approvisionnement situé à Bruxelles. 12 février 2020. © Marta Garcia Arjona/MSF
Toutes les actualités 
Les équipes de MSF se tiennent prêtes à soutenir les autorités sanitaires dans différents pays pour faire face à l’épidémie de coronavirus COVID-19.

    Mise à jour au 14 février 2020

    MSF a envoyé des équipements de protection médicale spécialisés à l'hôpital de Wuhan Jinyintan, dans la capitale de la province de Hubei, en Chine, l'épicentre de l'épidémie actuelle de coronavirus COVID-19.

    « À la date du 14 février, il y avait plus de 64 000 cas de COVID-19, dont 99% en Chine, explique Gert Verdonck, coordinateur d'urgence de MSF. L'équipement de protection médicale est essentiel. Nous voulons donc contribuer à soutenir les agents de santé de première ligne, avec la protection spécialisée dont ils ont besoin pour travailler en toute sécurité dans le cadre d’une épidémie d’une telle ampleur. »

    Ces 3,5 tonnes de fournitures sont expédiées depuis MSF Supply à Bruxelles, en Belgique, via la Hubei Charity Federation, pour atteindre l'hôpital de Wuhan Jinyintan, l'un des hôpitaux à l'avant-garde du traitement des patients atteints du COVID-19.

    De plus, MSF a également fait don d’une tonne d'équipements de protection individuelle au service d'ambulance St John de Hong Kong, pour aider celui-ci à travailler jusqu'à ce que ses stocks puissent être reconstitués. Le personnel transporte des patients à haut risque et il est donc important de s'assurer qu'ils disposent de la protection spécialisée dont ils ont besoin pour travailler en toute sécurité.

    Informations au 5 février 2020

    En Asie du sud-est, MSF a pris contact avec les autorités sanitaires d’une dizaine de pays, afin d’envisager d’éventuelles formes de soutien de MSF à des besoins. Dans certains de ces pays, MSF envisage d’effectuer des donations ponctuelles d’équipement (thermomètres, masques) à la demande des autorités. 

    Dans les pays de la région où MSF mène déjà des projets médicaux – comme au Pakistan, au Bangladesh, au Cambodge, aux Philippines et en Papouasie-Nouvelle-Guinée – MSF travaille à la révision et au renforcement des mesures d’hygiène et de prévention de la transmission des maladies au sein de ses équipes et dans les structures médicales dont elle est en charge.

    Ailleurs, MSF se tient prête à intervenir en soutien aux autorités sanitaires pour répondre à d’éventuels cas de coronavirus, en particulier dans des régions où les capacités de prévention, détection et prise en charge des cas sont moins développées, comme dans certains pays d’Afrique sub-saharienne par exemple.

    Questions fréquentes sur le coronavirus 2019-nCoV

    Qu’est-ce que le 2019-nCov et quels sont les symptômes ?

    Le virus actuellement appelé 2019-nCoV a été découvert début janvier en Chine et identifié comme un membre de la famille des coronavirus. Le 2019-nCoV semble être transmis par des gouttelettes, propagées par la toux.

    Les principaux symptômes sont une faiblesse générale et de la fièvre, une toux et parfois de la difficulté à respirer à un stade avancé. Dans 20 % des cas signalés, le virus a entraîné une pneumonie. Les premiers symptômes de certains patients sont légers et la gravité de la maladie varie selon les patients.

    Le 2019-nCov est-il dangereux ?

    Parce qu’il est apparu récemment, notre compréhension du virus est encore en évolution. Certaines personnes infectées par le 2019-nCoV en sont décédées, d'autres n'ont été que légèrement malades.

    Le 2019-nCov est probablement plus dangereux pour les personnes âgées ou les personnes souffrant d'autres infections, comme c'est souvent le cas avec les maladies infectieuses.

    La plupart des cas signalés à ce jour ont été légers ou modérés : environ 20 % des personnes infectées ont été gravement malades. Fin janvier, environ 2 à 3 % des patients ayant contracté la maladie en sont décédés.

    Dans quelle mesure la maladie est-elle contagieuse ?

    Notre compréhension du virus et de la maladie continue d'évoluer. Le virus semble se propager par la toux des personnes malades, cependant l'efficacité avec laquelle le virus se transmet d'une personne à l'autre n'est pas encore totalement comprise.

    Quel lien avec le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) ?

    Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) sont toutes deux des infections du système respiratoire. Elles sont causées par des types de coronavirus (respectivement SRAS-CoV et MERS-CoV) qui ont un lien avec le coronavirus actuel (2019-nCoV).

    Le SRAS a été découvert en 2002 en Chine continentale et s'est propagé dans plusieurs autres pays. Plus de 8 000 personnes sont tombées malades, et 774 d'entre elles sont mortes de la pathologie. Depuis 2004, aucun nouveau cas de SRAS n'a été enregistré. MSF est intervenu en Chine continentale, à Hong Kong et au Vietnam pour cette épidémie de SRAS.

    Le MERS a été découvert en 2012, lorsqu'une épidémie a démarré en Arabie saoudite. Plus de 1 200 personnes sont tombées malades, et 449 d'entre elles sont mortes. Le MERS continue d'infecter des gens de nos jours, principalement dans les pays du Moyen-Orient. MSF n'est pas intervenu lors des épidémies de MERS.

    Qu’est-ce qui peut être entrepris/effectué pour répondre à cette épidémie ?

    Pour le moment, les autorités sanitaires pilotent les activités de réponse, y compris le diagnostic du virus, la prise en charge des patients, la recherche et suivi des cas contacts et les recherches visant à mieux comprendre la maladie.

    Comme il s'agit d'un nouveau virus, il n'existe actuellement ni vaccin ni traitement spécifique (seuls les symptômes sont actuellement traités). Les connaissances sur le virus et sur la maladie évoluent constamment.

    Nous savons qu'en cas d'épidémie de maladie respiratoire, il est important de respecter les règles d’hygiène, à savoir se laver les mains, de tousser en se couvrant la bouche (mouchoirs ou à défaut, tousser dans sa manche par exemple), d'éviter tout contact étroit avec des personnes présentant des symptômes de maladies respiratoires et d'informer un médecin lorsqu'on se sent malade.

    La sensibilisation du public au virus et le renforcement des mesures de prévention comme celles-ci sont des éléments clés de la prévention.

    Qu'a fait MSF pendant l'épidémie de SRAS ? MERS ?

    Pendant l'épidémie de SRAS, MSF a soutenu l'hôpital Bach Mai au Vietnam à travers la mise en place d’une salle d'isolement. En Chine continentale, nous avons organisé des formations à la prévention et au contrôle des infections auprès du personnel de santé dans la ville de Guangzhou.

    À Hong Kong, nous avons apporté un support aux formations du personnel de santé en matière de prévention et de contrôle des infections, à l'éducation sanitaire de la population et avons fait don d'équipements de protection. MSF n'est pas intervenue pour les épidémies de MERS.

    Comment puis-je éviter d'être infecté ?

    Comme pour les autres coronavirus, l'infection par gouttelettes semble être le principal mode de transmission, c'est pourquoi les mesures de contrôle de la prévention des infections, comme le lavage des mains et les comportements adéquats face à la toux et aux éternuements sont importantes pour la prévention.

    L'hygiène des mains est primordiale et il est ainsi conseillé de se laver souvent et consciencieusement les mains à l'eau et au savon pendant au moins 20 secondes. S'il n'y a pas de saleté visible sur les mains, un gel hydroalcoolique peut également constituer un bon outil pour se prémunir des contaminations.

    En cas de toux et d’éternuements, il est conseillé d’essuyer la bouche et le nez à l’aide d’un mouchoir en papier à jeter immédiatement à la poubelle, tout comme les masques usagés, et de se laver les mains par la suite.

    Un masque est une mesure préventive permettant d’éviter d'inhaler le virus ou de le transmettre si vous êtes malade. Enfin, il est recommandé d’éviter de toucher les cordes du masque au moment de l’enlever et de le mettre rapidement dans une poubelle.