× Fermer

Éthiopie, Soudan

Conflit au Tigré : notre assistance médicale aux personnes réfugiées au Soudan

Le passage frontalier de Hamadayet, où les personnes fuyant les violences traversent le fleuve pour se rendre au Soudan. Elles emportent avec elles tout ce qu'elles peuvent, certaines ont leur bétail et d'autres sont parties sans rien. Novembre 2020. © Jason Rizzo/MSF
Toutes les actualités 
Le 4 novembre, le Premier ministre éthiopien a ordonné une action militaire contre le Front de libération du peuple de Tigré (FPLT) dans la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie, à la suite d'une attaque contre une base militaire.

    L'escalade du conflit touche déjà des centaines de milliers de personnes et risque de déstabiliser d'autres parties du pays et de la région, avec des conséquences humanitaires potentiellement catastrophiques.

    Le 7 novembre, la première vague de personnes en provenance d'Éthiopie a commencé à arriver au Soudan. Au 25 novembre, l’ONU avait enregistré 42 000 arrivées, mais le nombre est probablement plus élevé, car beaucoup n'ont pas été enregistrées.

    Je ne sais pas pourquoi ils se battent, j'ai vu beaucoup de gens mourir, même des personnes âgées, j'en connais tellement. Je suis confus, je ne sais pas pourquoi ils ont fait ça.
    Un jeune réfugié éthiopien au Soudan

    Aujourd'hui, les personnes entrent au Soudan par trois endroits : le principal point d'arrivée se trouve à Hamdayet dans l'État de Kassala, dans l'est du Soudan, qui représente les deux tiers (68 %) des arrivées. Près d'un tiers (30 %) entrent dans l'État de Gedaref, dans le sud-est, tandis qu'un très petit nombre (2 %) entrent au Soudan plus au sud, dans l'État du Nil Bleu.

    Nous intervenons à deux endroits où sont accueillies des personnes réfugiées, dans l'est et le sud-est du Soudan : la zone de transit de Hamdayet et le camp de Um Rakuba.

    1) La zone de transit de Hamdayet, à Kassala

    Des équipes de MSF sont présentes au sein du point de passage de Hamdayet, où elles assistent à la traversée du fleuve qui sépare l'Éthiopie du Soudan.

    De nombreuses personnes racontent à nos équipes qu'elles ont fui leur maison brusquement et rapidement, parfois sans même pouvoir emporter leurs affaires pour le voyage. Elles ont dû marcher pendant des heures, et parfois des jours, dans un environnement très dur et aride avant d'atteindre le Soudan.

    À leur arrivée au Soudan, la grande majorité des personnes se trouve dans une zone de transit à Hamdayet, à côté de la frontière avec l’Éthiopie, où manquent abris, accès à la nourriture, aux installations sanitaires et à l'eau potable.

    La plupart des personnes réfugiées de Hamdayet doivent dormir en plein air - près des routes, sous les arbres - et séjournent dans une zone marchande du village de Hamdayet. Certaines personnes sont hébergées dans des maisons et, jusqu'à présent, les habitants des villages frontaliers du Soudan se sont montrés très ouverts et solidaires envers leurs voisins d'Éthiopie.

    Nous voyons également des personnes retourner en Éthiopie, soit pour aider à ramener les membres de leur famille restés au pays, soit pour récupérer leurs biens. Certaines retournent pour vendre leurs biens et revenir au Soudan avec de l'argent.

    Augmentation des besoins des réfugiés

    La première équipe de MSF est arrivée à Hamdayet le 16 novembre et trois jours plus tard, nous avons commencé à mener des activités. Comme première réponse aux besoins du nombre croissant de réfugiés, l'équipe travaillant au sein de ce point de passage a commencé à fournir des messages de promotion de la santé, des soins de santé, des activités de santé mentale, et à contrôler l'état nutritionnel des nouveaux arrivants.

    Nous menons également des activités relatives à l'eau et à son assainissement. Dans la clinique que nous avons mise en place, nos équipes effectuent environ 300 consultations par jour ; le plus grand nombre de maladies étant liées à des infections respiratoires, au paludisme ou à la diarrhée.

    Un petit nombre de personnes blessées et quelques personnes ayant subi des violences basées sur le genre ont été vues à la clinique, et de nombreuses personnes ont besoin d'un traitement continu pour des maladies chroniques telles que la tuberculose.  

    2) Le camp de Um Rakuba, à Al-Qadarif

    Après être enregistrées par l'ONU, certaines personnes arrivant à Hamdayet sont placées dans des bus et conduites au camp d'Um Rakuba dans l'État d’Al-Qadarif, le seul camp opérationnel officiel de la région, dédié aux arrivées d'Ethiopie.

    Um Rakuba se trouve à environ 8 heures de route de la frontière. Le camp est censé accueillir 10 000 personnes ; il en accueille déjà plus de 8 000. Des discussions sont en cours pour établir un camp supplémentaire, car le nombre de personnes réfugiées continue d'augmenter.

    Les conditions sanitaires dans le camp sont extrêmement mauvaises, notamment du fait du manque de latrines. Dans le camp d'Um Rakuba, nos équipes ont assuré 453 consultations médicales entre le 19 et le 23 novembre. Elles y traitent principalement des diarrhées et des infections urinaires.

    MSF, don, médecins sans frontières, santé, maladieDeux patients sont arrivés avec des blessures par balle et ont été envoyés à l'hôpital de Gedaref pour un traitement complémentaire. Quinze personnes souffrant de malnutrition aiguë sévère et 154 personnes souffrant de malnutrition modérée ont été identifiées et ont reçu des suppléments nutritionnels.

    Certaines personnes présentent des symptômes d'anxiété et d'insomnie en raison de la violence qu'elles ont vue ou subie en Éthiopie, et des conditions de leur voyage au Soudan.

    « Un jour avant que les violences ne commencent, je travaillais dans ma boutique, quand soudain j'ai entendu des bruits de guerre, des bruits très forts. Je ne sais pas pourquoi ils se battent, j'ai vu beaucoup de gens mourir, même des personnes âgées, j'en connais tellement. Je suis confus, je ne sais pas pourquoi ils ont fait ça. Au Tigré, les gens se cachent dans la brousse, jeunes et vieux. Le plus difficile, c'est que nous n'avons pas d'argent, rien à cuisiner, personne n'a rien pu prendre avec soi avant de devoir partir. Je suis venu avec deux pantalons », a confié un homme d’une trentaine d’années à notre équipe sur place.

    L'un des principaux problèmes auxquels l'équipe est confrontée est la pénurie de médicaments pour les maladies non transmissibles et les maladies chroniques. Nous travaillons avec d'autres organisations locales pour assurer l'approvisionnement nécessaire.

    Notre équipe a également identifié de nombreux médecins parmi les arrivants d'Éthiopie qui séjournent dans le camp. Comme le personnel des organisations humanitaires n'est pas autorisé à passer la nuit dans le camp, nous travaillons avec ces médecins pour trouver un système qui permettra d’avoir un soutien médical 24 heures sur 24.

    Enfin, à Khartoum, notre équipe négocie avec les autorités pour faciliter l'importation de fournitures médicales, ainsi que les procédures urgentes d'obtention de visas pour le personnel supplémentaire qui arrivera en renfort.


    Je fais un don