× Fermer

Haïti

A Jérémie, une équipe chirurgicale MSF en soutien aux soignants haïtiens

Xavier Kernizan, chirurgien orthopédique MSF, dans la salle d'opération de l'hôpital Saint Antoine de Jérémie. En moins d'une semaine, l'équipe chirurgicale de MSF a traité 54 patients pour des blessures dues au tremblement de terre, dont beaucoup viennent de la région environnante. © Steven Aristil
Témoignages 
Suite au tremblement de terre du 14 août, une équipe chirurgicale MSF a démarré une intervention en soutien à l’hôpital de Jérémie, parmi les villes les plus touchées. En une semaine, elle a traité 54 blessés, dont 36 ont été opérés. Entretien avec le Dr Xavier Kernizan, un chirurgien orthopédiste qui travaille habituellement à l'hôpital MSF de Tabarre, à Port-au-Prince.

    Où vous trouviez-vous au moment du tremblement de terre?

    Je rentrais de l'hôpital MSF de Tabarre et j'ai senti les secousses sur la route. Au début, je ne pensais pas qu'il s'agissait d'un séisme très puissant. C'est par la suite que j'ai commencé à recevoir des photos et des images de ce qui s'était passé. J'ai vu une discussion informelle dans un groupe de discussion MSF selon laquelle nous pourrions envoyer une équipe, et j'ai dit à notre responsable des activités médicales que si MSF avait besoin d'un chirurgien orthopédique, j'étais disponible, et il a dit que nous partirions à 14 heures.

    Tout était alors prêt et nous avons pris la route pour les Cayes. Le moment le plus tendu a été la traversée du quartier de Martissant pour rejoindre la route vers la région Sud, touchée par le séisme.

    Il y a régulièrement des affrontements armés dans ce quartier, et nous avions entendu des informations inquiétantes qui ont augmenté l’appréhension pour notre sécurité, et non à cause du tremblement de terre.

    Quelle situation avez-vous trouvée dans le Sud ?

    Le premier endroit où nous sommes arrivés était la ville des Cayes. C'était très impressionnant. Cela m'a rappelé le tremblement de terre de 2010, car c'était pratiquement le même niveau de destruction - des maisons complètement effondrées, des décombres dans les rues.

    Il y avait des endroits où on ne pouvait pas du tout passer, où il fallait trouver un autre chemin. Nous avons passé notre première nuit aux Cayes, avant de poursuivre notre route ; un de nos collègues apportait déjà son aide au bloc opératoire de l'hôpital.

    Le lendemain matin, nous sommes partis pour Jérémie. Avant d'atteindre Rivière Glace, nous avons su que la route était bloquée. Nous savions déjà que la route était bloquée par un glissement de terrain, mais nous voulions vérifier s'il était tout de même possible de passer entre les rochers. Mais c'était peine perdue. Nous sommes sortis du véhicule et avons pris des photos de la façon dont les rochers bloquaient la route sur au moins un kilomètre. Puis nous avons eu une petite frayeur parce que nous étions près de la falaise, et puis il y a eu une réplique, et quelques pierres sont tombées. Nous avons fait demi-tour vers Les Cayes, et avons finalement pris un hélicoptère pour rejoindre Jérémie.

    Comment s’est passé le début de votre intervention à Jérémie ?

    La première difficulté que nous avons rencontrée a été d’établir des contacts, de savoir qui nous devions voir, car personne ne savait qui nous étions et ce que nous étions venus faire. Il a fallu un jour et demi avant de pouvoir réellement travailler.

    Le personnel de l'hôpital Saint-Antoine a fait un travail extraordinaire avec le peu de personnel et de ressources dont il disposait.

    De nombreux blessés avaient déjà été pris en charge, leurs plaies avaient déjà été débridées - nettoyées des tissus morts - lorsque nous sommes arrivés. Certains avaient des fixateurs externes pour fixer les os cassés, et certains patients avaient déjà été envoyés à Port-au-Prince par hélicoptère. Un certain nombre de médecins originaires de cette région sont également revenus de leur travail dans d’autres régions du pays pour soutenir l'hôpital.

    Alors, quand nous sommes arrivés, nous avons demandé : « Comment pouvons-nous vous aider ? » Nous avons repris là où ils avaient commencé. Et nous avons donc opéré de nombreux patients.

    Le dimanche, nous avions quatre patients, le lundi, neuf patients, puis 10 à 12 patients par jour. En général, nous avons quitté l'hôpital entre 23 heures et minuit, afin de voir le maximum de patients. Nous réduisons donc le nombre de patients en attente d’un traitement ou d'une opération.

    Maintenant, est-ce que vous voyez des patients pour des chirurgies de suivi ?

    Oui, nous commençons les suivis. Plus d’une semaine après le séisme, la majorité de nos patients sont maintenant des personnes que nous avons déjà vues, qui reviennent pour un débridement, une nouvelle chirurgie ou un plâtre. Mais il y a encore des personnes en provenance de l'arrière-pays, où l’aide n’est pas arrivée.

    MSF à Jérémie

    Au 20 août, l'équipe chirurgicale de MSF à Jérémie a traité 54 patients pour des blessures dues au séisme du 14 août, comme des fractures. Trente-six de ces patients ont été opérés, tandis que d'autres ont reçu des plâtres ou des attelles.

    MSF fournit également des soins chirurgicaux à son hôpital de Tabarre, à Port-au-Prince. Jusqu'à présent, plus de 45 patients y ont été admis pour des blessures causées par le séisme, en plus des patients traités aux urgences et transférés ensuite dans d’autres structures de soins.

    Faites un don