Une équipe de chirurgiens effectue une opération du pied sur un homme à l'hôpital Al Aqsa de Gaza. Palestine, 29 novembre 2023. ©MSF
Actualité
Guerre Gaza-IsraëlTémoignagesTémoignages

Témoignage : Marie-Aure Perreaut Revial, coordinatrice d'urgence pour MSF à Gaza

Le vendredi 2 février 2024

En 1 clic, aidez-nous à diffuser cette information :

Marie-Aure Perreaut Revial est récemment rentrée de Gaza, où elle a travaillé comme coordinatrice d'urgence pour MSF. Elle témoigne ici de l'expérience du personnel et des patients de MSF qu'elle a rencontrés pendant son séjour...

"Lorsque j'ai quitté Gaza, mes collègues m'ont demandé de témoigner de leur histoire. Je n'ai vu que la partie émergée de l'iceberg. Et cette petite partie était insupportable à voir."

Portrait de Marie-Aure Perreaut Revial, coordinatrice des urgences à Gaza ©MSF/Julien Dewarichet

Chaque jour, des dizaines de patients sont amenés au service des urgences de l'hôpital Al Aqsa Shohada, dans la zone intermédiaire de Gaza. Aucun triage n'est possible sur les sites des bombardements, c'est une course pour les ambulanciers afin de sauver ceux qui peuvent encore l'être. 

Le service des urgences est un véritable chaos. Des patients gravement blessés sont allongés sur des cartons : les lits sont pleins. Des journalistes tentent de raconter ce qui se passe ici à des gens qui semblent déterminés à ne pas écouter. Lorsqu'ils reculent pour enregistrer la scène, ils marchent parfois, accidentellement, sur les corps allongés sur le sol.  Certains jours, l'hôpital reçoit plus de morts que de blessés.

Expérience

Nous avons visité Al Aqsa pour la première fois le 23 novembre, la veille de la "pause humanitaire" annoncée. Ce jour-là, l'hôpital a reçu 314 blessés et 121 personnes déjà décédées ou qui sont mortes peu après leur arrivée. Les collègues gazaouis nous ont expliqué qu'ils s'attendaient à un tel nombre de victimes et nous ont rappelé qu'il ne s'agissait pas d'un nouveau conflit. « C'est toujours comme ça avant une trêve »

Après cette première visite, notre équipe a commencé à travailler avec le personnel d'Al Aqsa. Avant la guerre, l'hôpital pouvait accueillir 200 patients. À la fin du mois de décembre, ce nombre avait plus que triplé.

Décisions

Un jour, nous avons été alertés qu'un membre du personnel de MSF et sa famille étaient arrivés au service des urgences, gravement blessés. Nos collègues se sont précipités pour les trouver, au milieu du chaos. 

Plus tard, le Dr Samir* m'a raconté : « J'ai dû faire un choix - j'ai vu Ghassan* et son fils, ils avaient besoin de moi, mais à côté d'eux, j'ai vu une femme gravement blessée, elle aussi avait besoin de moi. Que devais-je faire ? »

Les professionnels de la santé sont contraints de prendre des décisions de ce type tous les jours.

Fin décembre, l'équipe de notre unité de pansement recevait en moyenne 150 patients par jour, presque tous atteints de brûlures ou de lésions dues à des explosions. Beaucoup étaient des enfants. 

Le fils de Ghassan a été touché par des éclats d'obus. Il a subi plusieurs opérations ce jour-là. Les blessures à la gorge l'empêchent de parler. Sa mère a perdu un œil. Ce jour-là, lorsque le Dr Samir est sorti de la salle d'opération à 1 heure du matin, sa veste MSF était couverte de sang. 

Fin décembre, l'équipe de notre unité de pansement recevait en moyenne 150 patients par jour, presque tous atteints de brûlures ou de lésions dues à des explosions. Beaucoup étaient des enfants. L'un des chirurgiens de MSF m'a raconté comment il avait pansé les plaies de bébés qui avaient perdu leurs jambes. Il n'a pas oublié. Des bébés qui n'avaient jamais appris à marcher et qui ne le feraient jamais.

WCNSF

Certains de ces enfants ont un nouvel acronyme inscrit dans leur dossier : "WCNSF", qui signifie "wounded child, no surviving family" (enfant blessé, sans famille survivante). 

Salma*, âgée de neuf ans, fait partie des milliers de WCNSF. Elle a eu le crâne fracturé lorsque la maison de sa famille a été bombardée. Une de ses jambes était cassée, l'autre avait été amputée. Nous l'avons rencontrée dans l'unité de soins intensifs. Elle ne savait pas encore qu'elle était la seule à être sortie vivante des décombres : le personnel épuisé voulait d'abord la laisser se rétablir physiquement. 

L'un des plus grands défis auxquels sont confrontés les hôpitaux du sud et du centre de la bande de Gaza est la capacité d'accueil. Les lits sont nécessaires pour traiter les patients dans un état critique, mais ceux qui ont été stabilisés n'ont nulle part où aller.  Où devons-nous envoyer une patiente comme Salma ? Que lui dire ?

Les soins de santé attaqués

Salma était soignée à Al Aqsa. Comme les quelques autres hôpitaux qui fonctionnent encore partiellement à Gaza, il ne peut fournir que des soins de traumatologie. Les établissements de santé ont fait l'objet d'attaques, d'ordres d'évacuation ou ont été privés de fournitures, d'eau potable et d'électricité : je peux à peine décrire la destruction des soins de santé dont j'ai été témoin. De nombreux hôpitaux et centres de soins primaires ont été contraints de fermer ; des services tels que les soins de maternité ou les maladies chroniques n'existent pratiquement plus. 

Dans les abris surpeuplés, sans eau ni nourriture, sans les conditions d'hygiène les plus élémentaires, les gens sont plus malades qu'avant, mais ils n'ont plus accès aux soins de santé.

Les habitants de Gaza ne sont-ils donc plus malades ? N'y a-t-il plus d'appendicite ? Plus d'asthme ni de gastro-entérite ? La vérité est que dans les abris surpeuplés, sans eau ni nourriture, sans les conditions d'hygiène les plus élémentaires, les gens sont plus malades qu'avant, mais ils n'ont plus accès aux soins de santé.

À la mi-novembre, MSF a commencé à soutenir le centre de santé Shohada, le plus grand fournisseur de soins de santé primaires à Khan Younis. Les besoins étaient énormes. Après seulement une semaine, nous avions déjà fourni des consultations externes à plus de 600 personnes, dont la moitié avait moins de cinq ans. Ces personnes souffraient d'infections respiratoires, de maladies de peau ou de diarrhée, autant de maladies qui peuvent entraîner de graves complications, en particulier chez les jeunes enfants. Toutes sont la conséquence directe de leurs conditions de vie désastreuses. 

Des femmes ont été amenées d'urgence, tellement déshydratées qu'elles se sont effondrées. Les mères mendiaient du lait maternisé : n'ayant rien à manger, elles n'avaient plus de lait maternel et leurs bébés étaient affamés. 

Le 1er décembre, à la fin de la "pause", le quartier où se trouvait le centre de santé a reçu l'ordre d'évacuer. Notre équipe a été contrainte de partir et le centre de santé a cessé de fonctionner.

Santé mentale

Parmi les milliers de patients qui ont perdu leur accès aux soins ce jour-là, il y avait un petit garçon de cinq ans traité par notre psychologue. Il lui avait dit lors d'une séance qu'il voulait mourir. 

Lorsqu'ils m'ont raconté cela, j'ai pensé non seulement aux enfants, mais aussi aux psychologues, qui gardent ce traumatisme tout en vivant eux-mêmes les mêmes expériences.

À l'hôpital Al Aqsa, l'équipe de santé mentale de MSF a organisé des séances d'art avec des enfants. Certains ont dessiné leur famille, tuée lors des bombardements. Ils ont dessiné les jambes et les bras de leurs mères sur le sol, à côté de leurs corps. 

Lorsqu'ils m'ont raconté cela, j'ai pensé non seulement aux enfants, mais aussi aux psychologues, qui gardent ce traumatisme tout en vivant eux-mêmes les mêmes expériences.

Héros  

Les membres de notre équipe à Gaza ont perdu des membres de leur famille, des maisons, des collègues.

Une collègue a appris sur les médias sociaux que sa sœur avait été tuée. Elle est venue travailler malgré tout, pour oublier, parce qu'il n'y a rien d'autre à faire.

Une attaque contre l'hôpital Al Awda Jabalia a tué deux de nos médecins, le Dr Mahmoud Abu Nujaila et le Dr Ahmad Al Sahar

Le troisième membre de leur équipe n'était pas là ce jour-là - il était venu travailler avec nous à l'hôpital Al Aqsa. Plus tard, lorsque deux survivants de cette même attaque sont arrivés à Al Aqsa, c'est ce médecin qui a pansé leurs blessures.

Les membres du personnel soignant de Gaza sont présentés comme des héros. Mais les qualifier de héros suggère qu'ils peuvent magiquement soulager cette souffrance insupportable par leurs propres moyens. Cela suggère qu'ils n'ont pas besoin de soutien. 

Le jour où le Dr Samir a été blessé lors du bombardement de l'immeuble voisin, sa fille l'a vu en train de saigner. Elle lui a dit : « Les médecins ne sont pas censés saigner ». C'est pourtant le cas.

L'illusion de l'action humanitaire 

Les journalistes étrangers me demandent souvent de comparer Gaza aux autres crises dans lesquelles j'ai travaillé. Je réponds qu'à Gaza, il y a une crise humanitaire, mais pas de réponse humanitaire

Les responsables israéliens font des déclarations sur le nombre de camions autorisés à traverser Rafah chaque jour, comme s'il existait un rapport acceptable entre le nombre de camions et le nombre de personnes tuées. Mais l'aide humanitaire n'est pas une question de camions, et les fournitures autorisées ne correspondent en rien à l'ampleur des besoins. 

Une réponse humanitaire est celle qui permet d'évaluer, de planifier et de travailler en fonction des besoins de la population civile. Au lieu de cela, MSF et quelques organisations internationales fournissent des soins médicaux très limités dans des conditions tout à fait anormales.

Les travailleurs de la santé à Gaza défendent les valeurs de l'humanité dans une période de grande obscurité. Pendant ce temps, les personnes qui ont le pouvoir d'arrêter cette catastrophe humanitaire ne le font pas. 

Pendant qu'ils hésitent, les médecins, les infirmier-e-s et les Palestiniens sont massacrés

Lorsque j'ai quitté Gaza, mes collègues m'ont demandé de témoigner de leur histoire. Je n'ai vu que la partie émergée de l'iceberg. Et cette petite partie était insupportable à voir.

 

Depuis que Marie-Aure a écrit ce témoignage, l'hôpital Al-Aqsa a reçu un ordre d'évacuation et l'équipe MSF a été évacuée.

*Tous les noms ont été changés.

Nos actualités en lien