Des enfants marchent dans les décombres d'un bâtiment détruit par une frappe aérienne israélienne. Gaza, 24 novembre 2023. © Mohammed ABED
Actualité
Guerre Gaza-IsraëlToutes les actualités

Aucun endroit n'est sûr à Gaza, la population est écrasée par des bombardements intenses et continus

Le mardi 19 décembre 2023

En 1 clic, aidez-nous à diffuser cette information :

Deux mois après le début de la guerre, les frappes incessantes et aveugles d'Israël sur Gaza ont transformé le nord de la bande de Gaza en un tas de décombres et atteignent maintenant la région du centre et le sud avec une brutalité croissante. 

Les souffrances des Palestiniens piégés à Gaza ne peuvent plus être exprimées par des mots.

La quasi-totalité des 2,2 millions d'habitants de Gaza étant désormais acculés dans le sud de la bande, les frappes des forces israéliennes sur ce qui était censé être une zone sûre prouvent que nulle part on n'est à l'abri. 

Selon le ministère de la santé, près de 19 000 personnes ont été tuées et plus de 50 000 ont été blessées au cours des dix dernières semaines à Gaza, et l'offensive en cours continue de faire des centaines, voire des milliers, de nouvelles victimes chaque jour.

Les défis du traitement des blessés de guerre à Gaza

À l'hôpital Nasser de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, où travaille Médecins Sans Frontières (MSF), les morts et les blessés arrivent en masse presque tous les jours depuis la fin de l'éphémère trêve du 1er décembre. La gravité des blessures et le nombre de patients poussent le système de santé de Gaza à un point de rupture, même dans cette partie de la bande, après son effondrement dans le nord, où, selon l'OMS, seul un hôpital fonctionne encore partiellement.

Le service des urgences de l'hôpital Nasser est complètement saturé et les nouveaux patients sont soignés à même le sol. Les médecins enjambent les corps des enfants morts pour soigner d'autres enfants qui mourront de toute façon », explique Chris Hook, responsable de l'équipe médicale de MSF à Gaza.

Des chirurgiens opèrent un patient gravement blessé dans le sud de Gaza, à l'hôpital Nasser. Gaza, 23 novembre 2023. © Mohammed ABED

« De plus en plus de structures temporaires sont érigées, des tentes sont utilisées comme salles de soins et cliniques temporaires. Chaque bâtiment disponible est rempli de lits pour les patients. Nous avons désespérément besoin de plus de lits d'hôpitaux ».

Le traitement des blessés de guerre est compliqué car les détonations des armes explosives et l'effondrement des bâtiments provoquent des blessures multiples et simultanées sur de nombreuses parties du corps. À Gaza, le siège complet d'Israël rend impossible l'accès aux médicaments essentiels, y compris les médicaments contre la douleur qui sont indispensables aux interventions chirurgicales, ainsi qu'aux outils médicaux nécessaires pour réparer les corps brisés et brûlés. 

Les quelques chanceux qui survivent ont des blessures qui changent leur vie. De nombreux blessés souffrent de brûlures extrêmes, de fractures majeures qui ne guérissent pas correctement et qui peuvent nécessiter des amputations », explique Chris Hook.

« Beaucoup de ces patients, même s'ils parviennent à reprendre une vie à peu près normale, souffriront de douleurs chroniques sévères qui nécessiteront une prise en charge importante de la douleur. Ce serait une charge énorme, même pour le système de santé le plus fonctionnel, et encore plus pour un système soumis à une pression intense, comme celui de Gaza ».

Des centaines de personnes campent dans des abris temporaires dans le sud de Gaza. Les conditions générales de vie de la plupart de ces personnes sont épouvantables : elles vivent dans des structures temporaires faites de quelques morceaux de bois assemblés et recouvertes de bâches en plastique. Gaza, 24 novembre 2023. © Mohammed ABED

A l'hôpital Al Aqsa, dans la zone centrale de Gaza, une équipe MSF a assuré des interventions chirurgicales d'urgence et des soins ambulatoires. Du 1er au 11 décembre, environ un patient sur trois (640 sur 2 058) a été déclaré mort à son arrivée. Le 6 décembre, le nombre de personnes décédées à l'arrivée à l'hôpital Al-Aqsa a dépassé le nombre de blessés. Le personnel de l'hôpital s'efforce de maintenir des protocoles d'hygiène efficaces et de réduire le risque d'infection pour les patients tout en faisant face à un manque de fournitures et d'équipements essentiels. Il s'agit d'une tâche remarquablement difficile, mais essentielle, car un nombre croissant d'infections peut rapidement se transformer en un défi médical supplémentaire, tant pour les patients que pour les travailleurs de la santé débordés.

Ce qui se passe aujourd'hui dans le sud de Gaza semble faire écho à l'approche suivie par les forces israéliennes dans le nord de la bande. La politique de la terre brûlée qui ne laisse aucun espace sûr pour les gens, les attaques constantes et les ordres d'évacuation répétés donnés par les forces israéliennes à des quartiers entiers, ainsi que le siège total imposé à la bande de Gaza ont rendu l'accès aux soins extrêmement difficile pour les gens, et pour le personnel médical de les fournir. Depuis le 1er décembre, MSF a dû suspendre son soutien à trois dispensaires dans le sud et réduire sa présence à l'hôpital Nasser. Il est impératif de mettre fin aux déplacements continus de population pour permettre aux malades et aux blessés de recevoir les soins dont ils ont besoin de toute urgence.

Les Palestiniens font une longue queue devant la station-service pour faire le plein d'essence afin de cuire leurs aliments à Khan Yunis. © Mohammed ABED

Les infections se multiplient alors que le système de santé atteint son point de rupture

Alors que le risque d'attaques violentes persiste pour les civils de Gaza, les infections résultant de blessures mal soignées augmentent rapidement, mettant des vies en danger.

Les risques d'infection sont incroyablement élevés en raison des conditions dans lesquelles les gens doivent vivre et du fait qu'il n'est tout simplement pas possible de fournir les soins hospitaliers à long terme dont ces patients ont réellement besoin », explique Chris Hook.

Dans l'hôpital européen, une petite équipe médicale de MSF a récemment commencé à traiter des patients qui ont été blessés au début de la guerre et dont les blessures se sont infectées en raison du manque de soins médicaux.

Il n'y a que quelques centres de soins primaires, dont la clinique Al-Shaboura soutenue par MSF, actuellement ouverts dans le sud, ce qui signifie qu'il y a peu de traitements disponibles pour les maladies infectieuses comme les infections respiratoires, la diarrhée, la varicelle, les poux et la gale, qui se propagent de façon incontrôlée dans les abris surpeuplés, augmentant ainsi les risques pour les Palestiniens déplacés.

Une famille s'abrite sous une tente dans le sud de Gaza. La plupart des abris fragiles dans lesquels les gens vivent sont battus par les vents violents et les fortes pluies. Gaza, 24 novembre 2023. © Mohammed ABED

Des conditions de vie épouvantables et une faim généralisée

Les abris pour les personnes déplacées constituent un autre besoin urgent, car les nouveaux déplacés s'ajoutent au nombre déjà élevé de personnes vivant dans des conditions désespérées. 

En parcourant les rues au sud de Khan Younis et près de Rafah, on voit les abris temporaires s'étendre de plus en plus au fur et à mesure que les gens arrivent. Les conditions générales de vie de la plupart de ces personnes sont épouvantables : elles vivent dans des structures temporaires faites de quelques morceaux de bois assemblés et recouvertes d'une bâche en plastique, sans isolation de la terre ou du sol en béton. Elles peinent à trouver suffisamment d'eau pour satisfaire leurs besoins en matière d'hygiène ». 

Les abris précaires peinent à se maintenir, battus par les vents violents et les pluies torrentielles.

Avec l'augmentation du nombre de personnes arrivant dans le sud, la nourriture devient plus difficile à trouver et le peu disponible est trop cher pour que les gens puissent l'acheter.

Pendant une trêve de sept jours en novembre, l'hôpital Nasser a bénéficié d'un bref répit en recevant des patients souffrant de blessures violentes et a été submergé par des personnes diabétiques et d'autres patients chroniques qui n'ont pas pu accéder aux soins médicaux dont ils avaient besoin pendant les combats. La situation allait changer à nouveau lorsque les hostilités ont repris le 1er décembre. Cette fois-ci avec une intensité encore plus grande. Nous ne savons pas ce qu'il est advenu de ces patients chroniques une fois que les installations ont été submergées par les arrivées massives de blessés de guerre, ni comment ils pourront survivre.

Le 17 décembre, la maternité de l'hôpital Nasser a été la cible de tirs. Une patiente a été tuée, les autres ont été blessées dans cette attaque. 

Les attaques contre les soins de santé doivent cesser maintenant.

Nos actualités en lien