× Fermer

Diphtérie

Un jeune enfant est vacciné contre la diphtérie, le tétanos et la polio. © Ton Koene

    Une maladie contagieuse et potentiellement mortelle

    La diphtérie est une infection bactérienne contagieuse et potentiellement mortelle caractérisée principalement par une épaisse membrane grise se développant au fond de la gorge ou du nez et qui provoque des maux de gorge et de la fièvre. Elle entraîne souvent une détresse respiratoire due à l'obstruction des voies respiratoires par les membranes. Les bactéries restent dans cette partie du corps, mais produisent une toxine qui se propage dans d'autres parties du corps par le sang, affectant ainsi les nerfs et en particulier le cœur.

    La diphtérie peut être fatale dans 40% des cas. Elle se transmet par voie aérienne d’une personne infectée à une autre (par la toux, les éternuements et en parlant). Même avec un traitement, la maladie et la période de récupération peuvent être longs et un suivi est nécessaire.

    Une maladie oubliée

    «La diphtérie a été éradiquée dans la plupart des pays du monde à travers des campagnes systématiques de vaccination infantile, au point de devenir un type de maladie négligée et oubliée», rapporte Marc Poncin, coordinateur d'urgence pour MSF au Yémen. «Globalement, le recul de la diphtérie ces dernières années s'est accompagné d'un recul  des connaissances relatives à son traitement. Il est donc beaucoup plus difficile pour le personnel de santé d'identifier, d'isoler et de traiter les cas rapidement et efficacement.»

    Pour soigner la diphtérie, les patients doivent être isolés et recevoir des antibiotiques et des antitoxines, mais l'offre mondiale d'antitoxines, qui est l'aspect le plus important du traitement, est très limitée.

    Traitement et prévention

    Les patients atteints de diphtérie doivent être isolés et surveillés. Ils reçoivent des antibiotiques pour éliminer les bactéries de leur gorge et une infusion d'antitoxine pour neutraliser la toxine circulant dans le sang pour ainsi éviter des complications possibles. Plus tôt le traitement est donné, meilleures sont les chances de guérison pour le patient. Pendant la phase de récupération, les patients doivent recevoir un cycle complet d'immunisation, car avoir eu la diphtérie n'assure pas une protection automatique contre celle-ci.

    • L'antitoxine diphtérique est la priorité numéro un pour réduire la mortalité et réduire le risque d'autres complications causées par la diphtérie.
    • Un traitement antibiotique pendant 14 jours aide à réduire la transmission.

    Il est également crucial que les personnes qui ont été en contact étroit avec un patient souffrant de diphtérie reçoivent un traitement prophylactique* et potentiellement le vaccin. Cela les empêchera de développer la maladie et d'enrayer la transmission et aidera ainsi à stopper l'épidémie.

    La vaccination est le meilleur moyen de prévention contre la diphtérie. Elle fait désormais partie des calendriers de vaccination dans la plupart des pays du monde. Des injections de rappel sont nécessaires tous les dix ans, mais certains pays ne peuvent pas toujours se permettre d'administrer des doses de rappel à l'âge adulte. Cela signifie que l'immunité diminue avec le temps, ce qui augmente le risque de contracter la diphtérie. Ceux qui n'ont jamais été vaccinés contre la diphtérie sont donc plus à risque pour la contracter.

    * moyens médicaux mis en œuvre pour empêcher l'apparition, l'aggravation ou l'extension de maladies.

    Les pays touchés aujourd’hui

    On observe, actuellement, des cas de diphtérie dans quatre pays à travers le monde: au Bangladesh, au Yémen, en Indonésie et au Venezuela. Il y a donc un besoin important en antitoxine, mais comme la diphtérie n'a pas été vue depuis des décennies, il n'y en a pas assez dans le monde. Sa disponibilité est limitée: il y a environ 3 000 flacons d’antitoxines dans le monde et il faut en moyenne 4 à 5 flacons par patient, ce qui pose un autre défi pour contenir l'épidémie.

    Dernière mise à jour: 29 décembre 2017