× Fermer

République Démocratique du Congo

Dans les zones où des cas confirmés de fièvre jaune ont été signalés, MSF utilise un insecticide afin de tuer les moustiques. © Dieter Telemans

    Cette année, les équipes de MSF ont mené plus de 30 interventions d'urgence lors d’épidémies de rougeole, fièvre jaune, choléra et fièvre typhoïde, et en réponse aux violences et aux crises des réfugiés.

    Des infrastructures et des services de santé déficients continuent de limiter l’accès aux soins médicaux en République démocratique du Congo (RDC). Les provinces orientales restent peu sûres car l’armée congolaise et plusieurs groupes armés s’affrontent pour le contrôle de ce territoire riche en ressources.

    En 2016, une épidémie de fièvre jaune a frappé toutes les provinces frontalières de l’Angola. MSF a aidé le ministère de la Santé à mener une vaste intervention d’urgence et a vacciné plus d’un million de personnes à Kinshasa et Matadi, dans le Kongo-Central. Dans la province du Haut-Uélé, à l’est de la RDC, MSF a collaboré avec le ministère de la Santé pour traiter plus de 84 000 patients pendant un pic particulièrement grave de paludisme. Le Pool d’Urgence Congo a conduit 26 interventions d’urgence liées au choléra, à la rougeole, à la fièvre typhoïde et aux déplacés, et soigné 330 000 personnes dans tout le pays.

    Nord-Kivu

    À Walikale, Mweso, Masisi et Rutshuru, MSF a poursuivi ses programmes médicaux intégrés en appui au principal hôpital de référence et les centres de santé périphériques, et fournit des soins de base et secondaires aux victimes des violences récurrentes qui, sans cela, auraient peu accès à des services médicaux. Près de 35 000 enfants souffrant de malnutrition et/ou d’autres maladies ont été admis dans des hôpitaux soutenus par MSF. Dans la seule zone de Mweso, plus de 270 000 consultations ambulatoires ont été assurées, dont près de la moitié pour du paludisme, et plus de 7 500 interventions chirurgicales ont été pratiquées à l’hôpital de Rutshuru.

    De mars à juin, MSF a répondu à une urgence nutritionnelle dans trois zones de santé de Lubero, et soigné plus de 600 enfants atteints de malnutrition sévère.

    MSF a continué d’aider cinq centres de santé à Goma, et offert dépistage et traitement du VIH/sida. En 2016, l’équipe a soigné plus de 2 600 personnes vivant avec le VIH/sida. MSF a aussi lutté contre une épidémie de choléra et traité plus de 700 patients.

    Sud-Kivu

    MSF soutient deux hôpitaux, plusieurs centres de santé périphériques et différents relais communautaires pour offrir le dépistage et une prise en charge décentralisés du paludisme et de la malnutrition à Lulingu et Kalehe, en particulier chez les enfants et les femmes enceintes. Les équipes ont assuré plus de 284 000 consultations ambulatoires, hospitalisé 10 800 patients, traité plus de 10 700 enfants malnutris et assisté plus de 10 000 accouchements. MSF a aussi poursuivi son aide aux hôpitaux de Shabunda et Matili.

    Les équipes ont enregistré une hausse exponentielle des cas de paludisme ces dernières années à laquelle l’hôpital de Baraka soutenu par MSF peine à faire face. Une structure de 100 lits construite par MSF était de nouveau à saturation et des relais communautaires supplémentaires ont été ouverts pour traiter 200 000 enfants atteints de paludisme, pneumonie et diarrhée. MSF a reçu plus de 450 000 consultations ambulatoires et hospitalisé plus de 17 000 patients.

    Les équipes de MSF continuent de soutenir les centres de santé à Lulimba, Misisi et Lubondja. Cette année, elles ont ouvert de nouveaux relais communautaires et mené près de 200 000 consultations ambulatoires, dont 131 322 cas de paludisme. Elles ont aussi soigné 396 patients atteints de tuberculose et 384 du VIH.

    Ituri, Haut-Uélé et Bas-Uélé

    Début 2016, MSF a ouvert un projet d’aide aux victimes de violence sexuelle dans la région de Mambasa. Cette zone minière de l’Ituri est le théâtre d’attaques récurrentes de groupes armés et de bandits. Les équipes ont soigné plus de 1 100 victimes de violences et 11 900 patients pour des maladies sexuellement transmissibles dans neuf centres de santé soutenus par MSF.

    MSF a continué d’aider les hôpitaux régionaux de Boga et Gety, ainsi que plusieurs centres de santé, et offert des traitements aux femmes enceintes et aux enfants, des services d’urgence et de soins intensifs. Au total, les équipes ont soigné 3 300 patients aux urgences et dans l’unité de soins intensifs et plus de 280 victimes de violence sexuelle. Elles ont assisté plus de 600 accouchements à Boga et admis plus de 2 200 enfants dans le service de pédiatrie de l’hôpital de Gety.

    Les équipes de MSF sont aussi intervenues en réponse à des épidémies de choléra et paludisme, et ont porté secours aux déplacés. Dans le Haut-Uélé, plus de 84 000 cas de paludisme ont été traités pendant l’épidémie qui a sévi de mai à août.

    Tanganyika

    MSF a soutenu deux hôpitaux et plusieurs centres de santé à Manono et Kabalo, pendant une urgence nutritionnelle. Fin août, le projet de Kabalo a été fermé mais l’équipe de MSF a continué d’aider le service de pédiatrie de l’hôpital et plusieurs centres de santé à Manono. Plus de 6 000 enfants souffrant principalement de malnutrition et de paludisme ont été admis en pédiatrie. Fin 2016, l’équipe a soigné plus de 200 blessés à l’hôpital suite à une escalade de violences intercommunautaires.

    MSF a continué de juguler l’épidémie de choléra dans quatre zones de santé autour de Kalemie, et donné une citerne de 500 mètres cubes à l’autorité en charge de l’eau avant de fermer le projet en mars. À Nyunzu, MSF est intervenu pour une épidémie de rougeole et a vacciné quelque 90 000 enfants.

    Fin août, MSF a transféré aux autorités sanitaires ses activités dans le territoire de Shamwana. Durant 10 ans, MSF a offert des soins intégrés dans l’hôpital, sept centres de santé et plusieurs relais communautaires spécialisés dans le traitement du paludisme. Les derniers mois, 34 femmes ont été soignées pour des fistules vésico-vaginales.

    Nord-Ubangi

    Le projet de MSF à Bili et Bossobolo a continué d’offrir des soins aux réfugiés de République centrafricaine et aux communautés hôtes. Plus de 80 000 consultations ont été menées et 9 300 patients ont été admis dans les hôpitaux soutenus par MSF.

    Kinshasa

    Dans la capitale, MSF offre des soins médicaux et psychosociaux intégrés aux patients atteints du VIH/sida. Les équipes soutiennent plusieurs hôpitaux et centres de santé, et testent des prises en charge novatrices, telles que les groupes communautaires de patients et la délivrance du traitement antirétroviral pour trois mois. En 2016, plus de 2 500 cas avancés de VIH ont été admis à l’hôpital et 68 000 consultations ont été assurées. En fin d’année, MSF a aidé 10 centres de santé à soigner 160 blessés pendant les violentes protestations contre le Président Kabila. Un soutien similaire a été offert aux structures de santé de Lubumbashi, où 35 blessés ont été soignés.

    Le 11 juillet 2013, quatre membres de l’équipe de MSF ont été enlevés à Kamango, à l’Est de la RDC, alors qu’ils conduisaient une évaluation. Chantal, est parvenue à s’échapper en août 2014 mais nous sommes toujours sans nouvelle de Philippe, Richard et Romy. MSF reste mobilisé pour obtenir leur libération.

    Ressources humaines en 2016 : 3 509
    Coût : 109,8 millions € 
    Première intervention de MSF : 1981

    HISTOIRE DE PATIENT

    Elysée – 18 ans, Ngola (Sud-Kivu)

    "Nous devons souvent fuir les heurts entre groupes armés et armée régulière. C'est pourquoi nous ne pouvons pas cultiver nos champs. Quand nous revenons, nos récoltes ont été pillées, ou totalement détruites ou brûlées. La vie est difficile à Ngola, c'est dur de trouver de la nourriture dans la forêt. Mes trois enfants et moi avons reçu un peu de nourriture une seule fois d'une ONG et maintenant mes enfants sont traités gratuitement au centre de santé de Makala. Je pensais que j'allais en perdre un du paludisme. La distribution de savon, couvertures, tissus (pour porter les enfants, emmailloter les bébés et faire des vêtements), moustiquaires et outils agricoles nous aidera car nous n'avons plus rien. Nous avons tout perdu, nous avons besoin de tout.

    Ngola, dans la zone de Lulingu, est très isolée. MSF est la seule organisation à avoir pu distribuer des secours non alimentaires. Les équipes ont utilisé 30 motos pour cette opération qui a duré plus d'une semaine."
     


    articles liés