× Fermer

Méningite

© Elisabeth Griot

    La méningite à méningocoques est une forme de méningite bactérienne hautement contagieuse. Il s’agit d’une inflammation grave des méninges, la mince membrane entourant le cerveau et la moelle épinière.

    La grande majorité des cas de méningite et de décès surviennent en Afrique. Pendant la saison sèche (de décembre à juin), des épidémies frappent régulièrement la « ceinture de la méningite », une région d'Afrique qui s'étend sur tout le continent, du Sénégal à l'Éthiopie.

    Même lorsque la maladie est diagnostiquée précocement et qu'un traitement adéquat est instauré, cinq à 10 pour cent des patients décèdent généralement dans les 24 à 48 heures après l'apparition des symptômes. Sans traitement, jusqu'à 50 pour cent des cas peuvent mourir.

    Symptômes 

    Les symptômes comprennent des maux de tête soudains et intenses, de la fièvre, des nausées, des vomissements, une photophobie (une faible tolérance à la lumière) et une raideur de la nuque.

    Traitements

    Une gamme d'antibiotiques peut traiter l'infection, notamment la pénicilline, l'ampicilline, le chloramphénicol et la ceftriaxone. Dans les régions où les infrastructures et les ressources médicales sont limitées, le chloramphénicol huileux ou la ceftriaxone sont les médicaments de choix, car une dose unique suffit pour traiter efficacement la méningite à méningocoques.

    Toutefois, les vaccinations de masse en temps opportun sont le moyen le plus efficace de limiter la propagation des épidémies. L'OMS a estimé que les vaccinations de masse ont réussi à éviter jusqu'à 70 pour cent des cas présumés dans des épidémies individuelles de méningite en Afrique. De larges campagnes de vaccination préventive ont été menées au Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Ghana, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Soudan et Tchad. Elles ont permis de réduire le nombre de nouveaux cas. 

    En 2016, MSF a vacciné 169 200 personnes contre la méningite en réponse à une épidémie.