× Fermer

La maladie de Chagas

© Vania Alves

    La maladie de Chagas sévit presque exclusivement en Amérique latine mais avec l’intensification des voyages internationaux et des migrations, le nombre de cas a augmenté en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et au Japon. 

    La maladie de Chagas n'est pas aussi connue que des maladies telles que le paludisme ou le choléra, mais elle affecte 18 millions de personnes et en tue jusqu'à 12.500 chaque année.

    Elle est causée par le Trypanosoma cruzi, un parasite dont le principal vecteur est la punaise hématophage, un insecte commun dans les zones rurales et les bidonvilles où les habitants vivent dans des maisons en torchis. Elle peut aussi se transmettre par des transfusions sanguines, de la mère à l’enfant pendant la grossesse et, plus rarement, lors de transplantations d’organes.

     La maladie de Chagas comporte deux phases : une phase aiguë, peu de temps après l'infection, et une phase chronique se développant pendant plusieurs années. Dans la phase initiale aiguë, les symptômes sont rares et lorsqu’ils se manifestent, ils sont bénins. Une fois entrée dans une phase chronique, la maladie est asymptomatique pendant des années. À terme toutefois, elle provoque des complications chez environ 30% des personnes infectées, réduisant l’espérance de vie de 10 ans en moyenne. Les complications cardiaques (insuffisance cardiaque, arythmie et cardiomyopathie) sont les causes de décès les plus fréquentes chez l’adulte. 

    Symptômes

    Dans les premières semaines (phase aigüe), le patient ne présente que des symptômes bénins : douleurs musculaires, de la fatigue, de la fièvre ou des vomissements. La maladie de Chagas entre ensuite en rémission, et il se peut qu'aucun autre symptôme n'apparaisse pendant plusieurs années.

    Environ 20 à 30 pour cent des personnes infectées vont évoluer vers la forme chronique de la maladie, ce qui peut causer des troubles cardiaques ou digestifs mortels, engendrant des dommages irréversibles au cœur, à l'œsophage et au côlon. À ce stade, les symptômes peuvent inclure de la constipation, des troubles digestifs, des douleurs abdominales et des difficultés de déglutition.

    Traitements 

    Des millions de personnes atteintes de la maladie, y compris celles infectées il y a plusieurs dizaines d’années, ne sont ni dépistées ni traitées. Sans traitement, la maladie de Chagas peut endommager irrémédiablement les systèmes cardiaque, nerveux et digestif.

    Tout comme les tests diagnostiques de la maladie de Chagas, les traitements sont inadaptés et coûteux. Peu de médicaments permettent de traiter efficacement la maladie : les deux seuls médicaments disponibles contre la maladie de Chagas – le benznidazole et le nifurtimox – ont été développés il y a plus de 40 ans. Le taux de guérison est pratiquement de 100% chez les nouveau-nés, les nourrissons et les cas aigus, mais il diminue à mesure qu’on s’éloigne du début de l’infection. 

    Le traitement actuel peut être toxique et durer plus de deux mois. Des traitements plus sûrs et plus efficaces sont donc nécessaires. Pourtant, peu de nouveaux produits sont en cours de développement.  

    En 2016, MSF a traité 445 patient souffrant de la maladie de Chagas.