Rita Dmitrenko, 61 ans. Originaire de Kobzartsi, province de Mykolaiv. Dans cette ancienne ville de la ligne de front, MSF a soutenu le seul poste de santé pendant des semaines. © Nuria Lopez Torres
News

« Tout a été bombardé... mais ce n'était pas la fin » MSF déploie des cliniques médicales mobiles près de la ligne de front

On Wednesday, February 21, 2024

In 1 click, help us spread this information :

Suite à la reprise partielle de la région de Kharkiv par les forces ukrainiennes en septembre 2022, et au déplacement de la ligne de front loin de Kupiansk, une équipe médicale de Médecins Sans Frontières (MSF) est arrivée dans le village de Liudmyla pour offrir des soins médicaux. Les bombardements n'ayant laissé aucun bâtiment public permettant à l'équipe d'installer une clinique, Liudmyla a accepté que l'équipe utilise sa maison, où elle a offert des consultations médicales et psychologiques à des membres de toute la communauté.

Il y a environ six mois, tout a été bombardé : le centre médical, la pharmacie et toutes les infrastructures détruites... mais ce n'était pas la fin », raconte Liudmyla Karatsiuba. « Nous avons construit des maisons, nous avons renforcé notre communauté ». 

Liudmyla habite près de Kupiansk, l'une des zones les plus instables de la ligne de front en Ukraine, dans le nord-est du pays.

Je suis toujours les conseils des psychologues de MSF et j'enseigne à mes voisins l'exercice de respiration à la bougie pour retrouver le calme et l'équilibre », explique Liudmyla. « Cela m'a aidée à rester concentrée sur mon utilité à l'âge de 75 ans. Actuellement, je me consacre à l'agriculture et à l'élevage de lapins. »

 

Liudmyla, patiente de MSF, et son mari Vasyl © MSF

L'exercice de respiration auquel Liudmyla fait référence est une technique simple utilisée pour réduire le stress et l'anxiété. Les équipes mobiles de MSF en Ukraine ont partagé des exercices de respiration qui peuvent être facilement transmis aux gens dans le cadre de leur travail de traitement et de sensibilisation aux soins de santé mentale. Les mêmes équipes ont travaillé avec la communauté de Liudmyla pour reconstruire le seul centre médical local, où les travailleurs du ministère de la Santé sont maintenant de retour.

« Notre centre médical est maintenant appelé "musée" par les citoyens, car il est très récent. Il y a maintenant un endroit où aller lorsque nous avons besoin d'un traitement ou d'un médicament », explique Liudmyla en souriant.

Liudmyla est un cas typique des patients que MSF rencontre près de la ligne de front. 

Depuis l'escalade dramatique de la guerre en février 2022, MSF a mis en place des cliniques mobiles dans les régions adjacentes. « La plupart de nos patients sont des femmes de plus de 60 ans, dont beaucoup souffrent de maladies chroniques comme l'hypertension et le diabète », explique Maksym Zharikov, coordinateur médical adjoint de MSF en Ukraine. 

Si certains ont été évacués, d'autres n'ont pas pu partir ou ont choisi de rester dans leur communauté. Il est urgent de fournir des services médicaux aux patients résidant à 20-30 kilomètres de la ligne de front ». 

Cette tendance est constante depuis le début de la guerre en 2014 : les villages situés près de la ligne de front se réduisent, les marchés et les centres médicaux sont moins approvisionnés et la population est moins nombreuse. 

Cependant, suite à l'escalade de la guerre, près de 10 millions de personnes sont aujourd'hui déplacées, soit à l'intérieur de l'Ukraine, soit en tant que réfugiés à l'étranger.

Des organisations comme MSF ont pu aider certaines de ces communautés en leur apportant des fournitures, des soins médicaux et en les aidant à se reconstruire. Cependant, le plus souvent, ce sont les communautés elles-mêmes, avec l'aide d'organisations locales de volontaires, qui effectuent ce travail. Au cours des deux dernières années, il est devenu de plus en plus difficile d'atteindre les zones coupées par les combats ou proches des lignes de front.

Aujourd'hui, MSF gère des cliniques mobiles dans 100 villes et villages différents près de la ligne de front dans les régions de Donetsk, Kharkiv et Kherson. Ces cliniques sont généralement composées d'un thérapeute, d'un psychologue, d'un médecin et d'un travailleur social.

Inessa Bondarenko, 70 ans. Elle participe aux activités de groupe et aux sessions organisées par MSF à Ndamyanka. Elle est originaire de Kharkiv. Son mari y est resté mais elle s'est enfuie. Sa fille est réfugiée en Allemagne. Elle vit avec deux chats dans un abri à Ndamyanka (que MSF a aidé à construire). © Nuria Lopez Torres

Soutien psychologique en temps de guerre en Ukraine

« Je vois que mon fils cadet, Vania, a besoin de plus de soins et d'attention maintenant », explique Olena Beda. « Il demande souvent à être pris dans les bras et à savoir combien je l'aime ».

Olena, mère de Vania, 9 ans, vit depuis plus d'un an avec ses deux enfants dans un centre d'hébergement pour personnes déplacées de la région de Kirovohrad, après avoir fui la guerre dans la région de Donetsk. Bien qu'ils se soient installés dans une zone relativement éloignée de la ligne de front, les drones et les missiles font partie intégrante de leur vie depuis deux ans. Vania a commencé à avoir des problèmes de sommeil, surtout après les bombardements. Après qu'une équipe de psychologues de MSF a commencé à organiser des séances de jeu en groupe pour les enfants du refuge, Olena a senti que l'anxiété de Vania diminuait ; il a pu retourner à l'école et s'est fait de nouveaux amis.

« Cependant, les bruits forts et les conversations sur la guerre peuvent déclencher un changement soudain de son état », explique Olena.

Au cours des deux dernières années en Ukraine, Médecins Sans Frontières a assuré 26 324 consultations psychologiques individuelles. Dans les centres d'hébergement pour personnes déplacées, le principal groupe de patients est constitué de mères avec leurs enfants.

Vania vit dans un refuge pour personnes déplacées dans la région de Kirovohrad, en Ukraine, où MSF a organisé des séances de santé mentale pour les enfants. En août 2022, la famille de Vania a été évacuée de la région de Donetsk. Sa mère raconte qu'il était très anxieux la nuit et qu'il avait peur de s'endormir. © Yuliia Trofimova

Au début de l'escalade du conflit, nous avons observé chez les enfants des symptômes tels que l'anxiété, les crises de panique et la peur », explique Alisa Kushnirova, psychologue chez MSF.

« Cependant, nous remarquons maintenant que les enfants ont commencé à percevoir la situation anormale comme normale - ils se sont adaptés aux bruits des explosions, bien que nous observions encore des réactions névrotiques. »

 

Nos équipes apportent un soutien psychologique aux familles, y compris aux adultes ; la santé mentale des adultes est essentielle au maintien d'un environnement psychologique positif au sein de la famille, car l'état des parents se répercute souvent sur les enfants.

La psychologue de MSF, Inna Suzova, en compagnie des jeunes enfants de la patiente Inna Gladko. La psychologue a accompagné la patiente à l'école, après une séance de thérapie, pour aller chercher les enfants. © Nuria Lopez Torres

Les évacuations d'urgence de MSF et la réadaptation physique précoce

« Le 18 avril 2023, j'ai perdu ma jambe », raconte Tetiana Doloza. « Le marché où je travaillais comme vendeuse dans la ville d'Ukrainsk, dans la région de Donetsk, a été touché par des missiles, et j'ai été gravement blessée. »

Dix mois se sont écoulés depuis que Tetiana a perdu sa jambe. Aujourd'hui, elle marche dans Kiev avec confiance, en s'appuyant sur une prothèse et des béquilles. Tetiana a été évacuée du marché vers un hôpital et transportée par un train médical MSF vers la région de Lviv, où des médecins et des physiothérapeutes lui ont posé une prothèse. 

« Lorsque les médecins de MSF m'ont emmenée à l'hôpital dans l'ouest du pays, je me suis sentie perdue. Je ne savais pas comment j'allais faire face à une amputation », raconte Tetiana. « Aujourd'hui, avec une prothèse, je vis à Kiev avec mon fils et, à 72 ans, je suis heureuse d'avoir survécu ».

« Entre mars 2022 et décembre 2023, le train d'évacuation médicale de MSF a transporté 3 808 patients, dont 310 étaient dans un état critique », explique Albina Zharkova, coordinatrice de projet pour MSF. 

« En 2022 et au début de 2023, le train d'évacuation était essentiel pour orienter les personnes vers des lieux plus sûrs et des hôpitaux pour qu'elles soient soignées. Aujourd'hui, les besoins ont changé et ce sont nos ambulances qui effectuent des transferts plus courts. »

 

L'équipe médicale de l'unité de soins intensifs du train médical de MSF surveille et stabilise un patient gravement blessé pendant un voyage de Pokrovsk, dans l'est de l'Ukraine, à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine. © Andrii Ovod

Aujourd'hui, en raison d'un changement dans la dynamique de la guerre, les patients restent dans l'est de l'Ukraine, au lieu d'être dirigés vers l'ouest. Mais nos équipes continuent d'assurer le fonctionnement de 15 ambulances qui acheminent les personnes blessées par les bombardements ou les patients souffrant de maladies chroniques vers des établissements médicaux plus éloignés du front.

 Alors que l'attention internationale sur les conséquences humanitaires de la guerre en Ukraine diminue, les combats sur les lignes de front restent plus dévastateurs que jamais. De 2014 à 2022, plus de 14 000 personnes ont été tuées. Depuis février 2022, ce nombre s'est multiplié, avec des centaines de milliers de blessés physiques et psychologiques, et près de 10 millions de personnes déplacées.

Our related news