× Fermer

Rapport d'activité 2018 MSF Luxembourg

Paroles d'expatriés

© Julie Remy

Paroles d'expatriés

    Bangladesh

    « Le nombre de consultations par mois est impressionnant »

    En août 2017, plus de 700 000 réfugiés rohingyas fuyant la violence au Myanmar pour se mettre en sécurité au Bangladesh ont rejoint ceux qui avaient déjà quitté le pays. Aujourd'hui, près d'un million de réfugiés rohingyas vivent dans des camps et des campements de fortune dans la péninsule de Cox's Bazar.

    Si une couverture en soin de santé primaires est aujourd’hui en grande partie assurée, cette forte concentration de la population pose d’autres défis spécifiques auxquels les équipes MSF sur place doivent faire face. Tenter de contenir le risque d’épidémie et de maladies liées aux mauvaises conditions de vie, fournir un accès à l’eau et aux latrines, et améliorer l’hygiène et la gestion des déchets sont autant de challenges supplémentaires.

    Tessy Fautsch

    coordinatrice médicale pour MSF dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh, depuis novembre 2018

    « Quand tu vois les nombreux défis à relever, qu’il y a toujours quelque chose à régler, c’est très motivant ! On se rend compte que MSF a un réel impact. Quand on voit le nombre de consultations réalisées par mois par les équipes médicales, c’est quelque chose qui m’impressionne ! »

    Irak

    Les conditions de vie dans les camps de réfugiés sont intolérables

    Dans la région irakienne de l’Anbar, le conflit contre l’État islamique a laissé des traces : des familles décimées, des maisons détruites et des populations déplacées. L’action de MSF dans cette région est essentiellement centrée sur les besoins de santé de ces populations déplacées. Les équipes sur place essayent de couvrir les insuffisances temporaires du système de soins. Nos centres dans les camps de déplacés offrent ainsi des consultations de médecine générale, un suivi des maladies de longue durée, des pansements et des consultations en santé mentale. MSF a récemment mis en place une filière de soins pour les blessés de guerre comprenant rééducation et chirurgie reconstructive.

    Pit Braquet

    médecin MSF en Irak pendant six mois, de janvier à juillet 2018

    « La vie des familles dans les camps de déplacés est simplement intolérable. Il n’y a pas de raison valable à ce que ces enfants vivent dans une tente, aient un accès limité à l’école et à la nourriture. MSF arrive à aider les familles les plus vulnérables dans le domaine de la santé. Cela contribue à rétablir un brin de justice sociale, perdue depuis longtemps à cause des guerres successives. »

    Liban

    L’accès aux soins de santé est un défi pour les communautés vulnérables

    Les populations les plus vulnérables du Liban - qu'elles soient libanaises, palestiniennes, syriennes ou d'une autre nationalité - rencontrent des difficultés d'accès aux soins de santé, car la gratuité des soins est quasi inexistante dans le pays.

    Le système de santé libanais est fortement privatisé et fragmenté, ce qui rend l’orientation des patients difficile lorsqu'ils cherchent un traitement immédiat et des médicaments appropriés.

    Afin de faciliter l'accès aux soins de santé pour les communautés vulnérables, MSF offre des soins de santé gratuits aux personnes dans le besoin depuis 2008.

    Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, compte tenu du nombre élevé de réfugiés qui ont traversé la frontière libanaise, le système de santé actuel a du mal à faire face à l'augmentation massive des besoins médicaux des populations vulnérables.

    Wilma van den Boogaard

    coordinatrice médicale MSF au Liban depuis octobre 2017

    « La connaissance du contexte et de la situation au Liban nous amène rapidement aux besoins les plus manifestes : ceux des réfugiés, qui dépendent principalement de l’aide humanitaire, car ils n’ont que très peu de droits sur le territoire libanais. Les besoins en soins de santé sont donc nombreux et MSF y répond à travers des activités en soins de santé primaires, de soins en santé mentale, sexuelle et reproductive, par le traitement des maladies chroniques ou encore avec un nouveau volet de soins à domicile pour les 10% de personnes qui en sont atteintes et qui ne peuvent plus se déplacer dans les cliniques et centres de santé MSF. »